Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jakuchu - Le Royaume coloré des êtres vivants
Petit Palais  (Paris)  Du 15 septembre au 14 octobre 2018

Dans le cadre de la célébration du 160ème anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon sur le thème Japonismes 2018, de nombreuses manifestations artistiques scanderont l'événement dont l'exposition "Jakuchu - Le Royaume coloré des êtres vivants" co-organisée par le Petit Palais dans lequel elle siège, la Fondation du Japon ,Nikkei Inc et l’Agence de la Maison impériale du Japon .

Conçue sous le commissariat de Aya Ota, conservatrice en chef du Musée des collections impériales et Manuela Moscatiello, responsable des collections japonaises au usée Cernuschi, elle revêt toutefois un caractère exceptionnel, et ce, à plus d'un titre.

En effet, ressortant aux Trésors des collections impériales du Japon, elle présente un ensemble monumental de trente rouleaux de soie peinte "Doshoku sai-e" qui constitue un chef d'oeuvre de la peinture japonaise du 18ème siècle et le grand oeuvre de Ito Jakuchu, un des peintres singuliers qui n'appartenaient à aucun mouvement de leur temps, dont notamment celui de l’ukiyo-e, les images du monde flottant, connus comme Les Trois Excentriques de Kyoto.

De plus, la monstration est inédite dès lors que ces oeuvres, qui sortent pour la deuxième fois hors de Japon, sont présentées pour la première fois en France, de surcroît, pour une courte durée en raison de leur fragilité.

Enfin, cette célébration de la nature comme source de vie et de joie s'avère un éblouissement tant elle suscite une superposition d'émotions tant esthétiques et métaphysiques que spirituelles.

Le Royaume coloré des être vivants - Sérénité, Beauté et Admiration

La première impression qui saisit le visiteur à la découverte de cette oeuvre d'un artiste hors du commun surnommé "l'homme à la main divine" et d'une grande religiosité est la sérénité.

La seconde, à l'approche de chaque kakémono, est la beauté, beauté esthétique et beauté de la nature immanente que le peintre saisit avec une obsession maniaque du plus menu détail qui caractérise l'observateur méticuleux de son environnement familier, n'ayant jamais voyager hors de Kyoto, celui des étangs, du ciel, des jardins et de la basse-cour.

Cependant il ne s'agit pas que de simples reproductions d'après nature de son environnement familier, celui de proximité dans lequel il a vécu n'ayant jamais voyagé, la faune et la flore du ciel, des jardins, des étangs et de la basse-cour.

Car les panneaux polychromes, au demeurant destinés à l'important monastère zen Shokoku-jiun sis à Kyoto, s'articulent autour d'une triade sacrée, avec le portrait de deux bodhisattva entourant celui du Bouddha Sakyamuni, fondateur historique du bouddhisme.

Ils traduisent la plénitude spirituelle dans laquelle s'inscrit le peintre avec sa représentation du monde en symbiose avec la cosmogonie bouddhique dans laquelle à la conception commune de Dieu architecte de l'univers se substitue celle de l'esprit (du bouddha) qui est peintre, ce qui initie une invitation à la méditation.

Enfin, la lecture attentive de chaque panneau révèle une époustouflante maîtrise non seulement technique des procédés picturaux mais du sens de la composition picturale.

Le raffinement de l'expression artistique tient au recours à la peinture du soie, alors que la peinture sur papier est privilégiée en son temps, au tissage particulier du support avec des espaces dans la trame qui donne le rendu de la gaze, la technique traditionnelle de la coloration du revers avec l'apposition de pigments minéraux sur les deux faces, et à l’absence de lignes de contour.

Quant à la composition, elle s'avère magistrale alors même qu'elle met en scène des figures identiques en solo ou en groupe. Spectaculaire avec le cadrage en gros plan déporté du majestueux phenix blanc tout en volutes plumagères du "Vieux pin et phénix blanc" retenu pour l'affiche et qui avait été modestement présentée à Paris à l'Exposition Universelle de 1900 dans la catégorie "Textiles" comme pour le vol enpiqué de "Oie sauvage et roseaux".

Harmonieuse avec le trio de grues ("Prunier en fleur et grues"), subtile avec les minuscules oiseaux disséminés dans le paysage ("Roses et petits oiseaux", "Pivoines et petits oiseaux", "Fleurs de pecher et petits oiseaux"), dynamique avec l'escadrille aérienne ou lacustre ("Millet d'automne et moineaux", "Etang aux lotus et poissons").

Et en motif majeur, le coq est décliné en majesté ("Nandina et coq", "Tournesol et coq"), en couple avec la poule faisant acte de soumission ("Vieux pin, coq et poule blancs" "Hibicus, coq et poule", "Hortensia, coq et poule"), en duo de mâles blanc et noir qui se jaugent ("Palmiers de Chine et coqs") ou en fantasia multicolore ("Coqs").

Et sortant de la salle, sont présentées les planches de l'album "Genpo yoka" réalisé par Jakuchu avec des gravures en noir et blanc usant de la technique de l’estampage chinoise utilisée pour la reproduction sur papier des inscriptions gravées sur les stèles votives, qui montrent, dans des cadrages d'une modernité aussiaudacieuse qu'absolue "Les Fleurs précieuses du jardin mystérieux" qui fleurissent sur le terre des Immortels.
 

En savoir plus :

Le site officiel du Petit Palais

Crédits photos : MM avec l'aimable autorisation du Petit Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mars 2019 : C'est le Printemps...

Heure d'été, heure d'hiver, Brexit, Gilets Jaunes... heureusement que pour se détendre il y a encore la culture. Voici notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à entendre ! C'est parti !.

Du côté de la musique :

"Tempéraments" de Malik Djoudi
Interview avec Andrew Bird autour de son nouvel album "My finest work yet"
"Ma chair, mon sang" de Mo Cushle
"Bach to the future" de Olivier Latry
"Tout va bien se passer" de The Wild Classical Music Ensemble
A shiny day" de LANE
"Love in the time of shark attacks" de Attic Lights
"Move on, A Sondheim adventure" de Cyrille Aimée
"Horse in the house" de Gilles Poizat
"Whispered songs" de Julien Dexant
et toujours :
Rencontre avec Frédéric Lo autour de son album "Hallelujah!"
"Data Mirage Tangram" de The Young Gods
"Grand casino" de Manu Lanvin & The Devil Blues
Rencontre avec Mass Hysteria
"Boccherini" de Ophélie Gaillard, Sandrine Piau et Ensemble Pulcinella
"Le dilettante d'Avignon, Jacques Fromental Halévy" de Orchestre Régional Avignon-Provence et Michel Piquemal
"The golden fascination" de Richard Andrews
"10 ans plus tarés" de Fastened Furious
"14th boyz EP" de Fastlanes
King Child, Mouse Dtc, Innvivo dans une sélection de EP et singles
"Erik Trufaz Quartet en concert à l'Aéronef, Tamino à l'Aéronef de Lille
Patrick Coutin est de retour, à retrouver en concert privé et en entretien

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Belgian Rules - Belgium rules" à la Grane Halle de la Villette
"La Trilogie de la vengeance" aux Ateliers Berthier
"Le Direktør" au Théâtre de la Bastille
"Les Chaises" au Théâtre de l'Aquarium
"Dom Juan - Le Festin de Pierre" au Théâtre de l'Union à Limoges
"La Mort (d')Agrippine" au Théâtre Dejazet
"Anaïs Nin, une de ses vies" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Madame Pink" au Théâtre du Rond-Point
"Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"le Festival le printemps de la danse arabe" à l'Institut du Monde Arabe
des reprises:
"Opéra Panique" au Lavoir Moderne Parisien
"Les Carnets de Harry Geller" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée" au Théâtre Le Lucernaire
"Ma cuisine" au Monfort Théâtre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mars

Expositions avec :

"Les Nabis et le décor" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Synonymes" de Navad Lapid
"Styx" de Wolfang Fischer
et la chronique des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Animal" de Sandrine Colette
"Ce qui ne tue pas" de Rachel Abbott
Festival Quai du polar #15 avec entre autres Roberto Saviano - Elizabeth George - Michael Connelly - Ron Rash - Brian De Palma - Arturo Pérez-Reverte
"La cage" de Lilja Sigurðardóttir
"La faille du temps" de Jeannette Winterson
"La maison" de Vanessa Savage
"La punition qu'elle mérite" de Elizabeth George
"La transparence selon Irina / Une année de cendres" de Benjamin Foel / Philippe Huet
"Le chien de Madame Halberstadt" de Stéphane Carlier
"Une confession" de John Wainwright
et toujours :
"Desh" de Tofépi
"Firebird" de Thomas Harnois
"Guillaume le Conquérant / Léonard de Vinci" de David Bates / Carlo Vecce
"Iggy Salvador" de Antoine Zebra
"Lincoln au Bardo" de Georges Saunders
"Oyana" de Eric Plamondon
"Rendez vous à Samarra" de John O'Hara

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=