Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Low
Double Negative  (Sub Pop / PIAS)  septembre 2018

Chère Mimi, cher Alan,

Longtemps restera en moi gravé ce soir d’été 2018 où pour la première fois, j’entendis les premiers titres de Double Negative. Ce triptyque sombre, fragile et bouleversant qui lançait sans compromis, sans détour, le fil conducteur de votre nouvel album.

Je vous ai aimé durant de longues années et puis, ces derniers temps, mon désamour pour votre musique récente s’était lentement installé. Ce n’était pas mauvais, mais le frisson n’était plus garanti, ou par épisodes, par instants.

Et puis, j’ai écouté votre Double Negative. Je suis resté bouche bée, béat, et béant d’un manque tout à coup comblé. La première écoute fut une décharge électrique. J’ai eu du mal à en croire mes oreilles. L’inconfort de cette découverte s’estompa en quelques minutes et j’ai trouvé en votre nouveau paysage, l’ensemble des éléments qui compose mon pays intérieur. Qu’est-ce que c’était beau ! Tout ce soleil noir et brûlant, cette fin du monde éteint sous les cendres, cette chambre frigorifique où la lumière du jour peine à percer, s’étiraient devant moi comme une mer de poussière, une tempête de mer en pleine accalmie. Pardon, je perds le fil…

Il faut dire qu’à malmener mon sens giratoire à grands renforts d’envolées, de chamades sous l’épiderme, d’ossatures écartelées, j’ai fini par sentir ma tête tourner. Derrière vos chansons les plus bouleversantes depuis au moins quinze ans se cache une forêt d’effets qui posent une chape de plomb sur la lumière. Excessive et débordante, elle est rapidement devenue pour moi l’évidente composante essentielle à votre respiration au long souffle. Vous m’avez coupé ce souffle, d’abord par cette sensation indescriptible d’être en apnée durant 48 minutes, alors que chaque morceau chahute l’autre en lui rentrant dedans, puis cette expiration qui vous offre une délivrance salutaire. Vous avez créé ce poumon artificiel et addictif qui est pour moi vital lorsque j’écoute une musique. Vous avez rempli ce besoin primaire de me sentir aspiré lorsque j’écoute un disque.

Et puis, en cette fin d’été, je pose enfin le disque sur la platine, et là, c’est tout mon être qui déraisonne. Vous adjoindre les services de BJ BURTON est sans doute la plus belle idée du disque car cette production excessive, qui dévore la peau d’âme dès que l’on s’en approche, vous immerge jusqu’à la gorge pour la nouer un peu plus fort à chaque écoute. Oui, vous m’avez pris par surprise, là où tous les sons se sont mis à danser partout autour de moi, comme à 360 degrés, comme posant vos bras autour de moi pour m’accabler et me réconforter à la fois. Jamais vous ne m’êtes apparus si puissants, si miraculeux, mais aussi si glaciaux et lucides sur le monde qui nous entoure.

Car il n’est finalement question que de cela. Une description au scalpel de notre monde en déliquescence. Depuis tout ce temps que je vous suis, j’ai tout de même posé un genou à terre, comme lors d’un retour de flammes éternelles qui jaillissent d’on ne sait où, à cet instant précis où l’on n'attendait plus rien. Sans doute allez-vous diviser, entre ceux qui vont aimer, ceux qui vont trouver votre nouvel album insupportable de manière et de production, mais le point névralgique où se croisent les bruits blancs, les silences frôlant les cieux ou les drones tendus, les voix fragiles ou déstructurées, les batteries concassées et les guitares éthérées comme jamais, est un axe qui m’est paru évident puisque regroupant plus ou moins tout ce que j’aime en musique.

A l’image de l’être que l’on chérit le plus et qui vous offre, par surprise et sans raison, le cadeau dont vous auriez rêvé toute votre vie. Chère Mimi, cher Alan, merci d’avoir décidé de quitter définitivement les terres largement cultivées du Slowcore pour éclore au grand jour sous cette lumière embrasée et d’avoir donné naissance à ce qui sera sans doute à jamais pour moi, votre plus belle œuvre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album A lifetime of temporary relief de Low
La chronique de l'album The great destroyer de Low
La chronique de l'album Drums and guns de Low
La chronique de l'album Oh my god, Charlie Darwin de The Low Anthem
La chronique de l'album C'mon de Low
La chronique de l'album The Invisible Way de Low
La chronique de l'album Ones and Sixes de Low
La chronique de l'album Sélection singles & EP de Bantam Lyons - Clara Néville - Jay-Jay Johanson - Nadéah - Matt Low - OMOH - Zebra - Perez
La chronique de l'album eponyme de Vox Low
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
Low en concert au Festival Primavera sound 2007 (vendredi)
Low en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
Low en concert au Festival La Route du Rock #21 (samedi 13 août 2011)
Low en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Vendredi
Low en concert à la Salle Moebius du Beffroi (samedi 10 octobre 2015)
Low en concert au Grand Mix (vendredi 30 octobre 2015)
L'interview de Low (22 avril 2005)
L'interview de Low (février 2007)
L'interview de Low - Alan Sparhawk (juin 2015 )
L'interview de Matt Low (mardi 27 octobre 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Low
Le Bandcamp de Low
Le Facebook de Low


Jack Line         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Matt Low (27 octobre 2015)


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=