Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Low
Double Negative  (Sub Pop / PIAS)  septembre 2018

Chère Mimi, cher Alan,

Longtemps restera en moi gravé ce soir d’été 2018 où pour la première fois, j’entendis les premiers titres de Double Negative. Ce triptyque sombre, fragile et bouleversant qui lançait sans compromis, sans détour, le fil conducteur de votre nouvel album.

Je vous ai aimé durant de longues années et puis, ces derniers temps, mon désamour pour votre musique récente s’était lentement installé. Ce n’était pas mauvais, mais le frisson n’était plus garanti, ou par épisodes, par instants.

Et puis, j’ai écouté votre Double Negative. Je suis resté bouche bée, béat, et béant d’un manque tout à coup comblé. La première écoute fut une décharge électrique. J’ai eu du mal à en croire mes oreilles. L’inconfort de cette découverte s’estompa en quelques minutes et j’ai trouvé en votre nouveau paysage, l’ensemble des éléments qui compose mon pays intérieur. Qu’est-ce que c’était beau ! Tout ce soleil noir et brûlant, cette fin du monde éteint sous les cendres, cette chambre frigorifique où la lumière du jour peine à percer, s’étiraient devant moi comme une mer de poussière, une tempête de mer en pleine accalmie. Pardon, je perds le fil…

Il faut dire qu’à malmener mon sens giratoire à grands renforts d’envolées, de chamades sous l’épiderme, d’ossatures écartelées, j’ai fini par sentir ma tête tourner. Derrière vos chansons les plus bouleversantes depuis au moins quinze ans se cache une forêt d’effets qui posent une chape de plomb sur la lumière. Excessive et débordante, elle est rapidement devenue pour moi l’évidente composante essentielle à votre respiration au long souffle. Vous m’avez coupé ce souffle, d’abord par cette sensation indescriptible d’être en apnée durant 48 minutes, alors que chaque morceau chahute l’autre en lui rentrant dedans, puis cette expiration qui vous offre une délivrance salutaire. Vous avez créé ce poumon artificiel et addictif qui est pour moi vital lorsque j’écoute une musique. Vous avez rempli ce besoin primaire de me sentir aspiré lorsque j’écoute un disque.

Et puis, en cette fin d’été, je pose enfin le disque sur la platine, et là, c’est tout mon être qui déraisonne. Vous adjoindre les services de BJ BURTON est sans doute la plus belle idée du disque car cette production excessive, qui dévore la peau d’âme dès que l’on s’en approche, vous immerge jusqu’à la gorge pour la nouer un peu plus fort à chaque écoute. Oui, vous m’avez pris par surprise, là où tous les sons se sont mis à danser partout autour de moi, comme à 360 degrés, comme posant vos bras autour de moi pour m’accabler et me réconforter à la fois. Jamais vous ne m’êtes apparus si puissants, si miraculeux, mais aussi si glaciaux et lucides sur le monde qui nous entoure.

Car il n’est finalement question que de cela. Une description au scalpel de notre monde en déliquescence. Depuis tout ce temps que je vous suis, j’ai tout de même posé un genou à terre, comme lors d’un retour de flammes éternelles qui jaillissent d’on ne sait où, à cet instant précis où l’on n'attendait plus rien. Sans doute allez-vous diviser, entre ceux qui vont aimer, ceux qui vont trouver votre nouvel album insupportable de manière et de production, mais le point névralgique où se croisent les bruits blancs, les silences frôlant les cieux ou les drones tendus, les voix fragiles ou déstructurées, les batteries concassées et les guitares éthérées comme jamais, est un axe qui m’est paru évident puisque regroupant plus ou moins tout ce que j’aime en musique.

A l’image de l’être que l’on chérit le plus et qui vous offre, par surprise et sans raison, le cadeau dont vous auriez rêvé toute votre vie. Chère Mimi, cher Alan, merci d’avoir décidé de quitter définitivement les terres largement cultivées du Slowcore pour éclore au grand jour sous cette lumière embrasée et d’avoir donné naissance à ce qui sera sans doute à jamais pour moi, votre plus belle œuvre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album A lifetime of temporary relief de Low
La chronique de l'album The great destroyer de Low
La chronique de l'album Drums and guns de Low
La chronique de l'album Oh my god, Charlie Darwin de The Low Anthem
La chronique de l'album C'mon de Low
La chronique de l'album The Invisible Way de Low
La chronique de l'album Ones and Sixes de Low
La chronique de l'album Sélection singles & EP de Bantam Lyons - Clara Néville - Jay-Jay Johanson - Nadéah - Matt Low - OMOH - Zebra - Perez
La chronique de l'album eponyme de Vox Low
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
Low en concert au Festival Primavera sound 2007 (vendredi)
Low en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
Low en concert au Festival La Route du Rock #21 (samedi 13 août 2011)
Low en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Vendredi
Low en concert à la Salle Moebius du Beffroi (samedi 10 octobre 2015)
Low en concert au Grand Mix (vendredi 30 octobre 2015)
L'interview de Low (22 avril 2005)
L'interview de Low (février 2007)
L'interview de Low - Alan Sparhawk (juin 2015 )
L'interview de Matt Low (mardi 27 octobre 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Low
Le Bandcamp de Low
Le Facebook de Low


Jack Line         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Matt Low (27 octobre 2015)


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=