Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Syd Matters - Laura Veirs - New Pretoria
La Cigale  (Paris)  5 octobre 2005

Mercredi soir, la Cigale

19h : La salle se remplit petit à petit. Ce soir les stars c'est bien sûr les français de Syd Matters.

En introduction, pour débuter la soirée, le groupe New Pretoria.

Ce jeune groupe, français également, nous offrent un show d'une demi-heure plutôt agréable, un rock mêlant tradition folk et country.

Rien de bien innovant mais une mise en bouche sympathique qui laisse augurer une soirée des plus plaisantes.

20h05 : C'est au tour de Laura Veirs d'entrer en scène.

La blondinette, robe rouge, nattes et guitare sèche ne tarde pas à nous impressionner avec un premier titre "Inspired by Paris".

Pour commencer, c'est sa voix. Une voix pure, à la fois intense et douce qui n'est pas sans rappeler celle des nordiques, Björk et Emiliana Torrini .

Puis c'est ce charme, cet humour, et la simplicité que dégage l'ensemble du groupe. "We love play in Paris", nous confie-t-elle. Et ça se voit.

Toujours souriante, Laura Veirs s'amuse, s'égare, met en scène. Pour "Galaxy", les paillettes et les étoiles s'imposent : elle en farde même ses musiciens et le premier rang du public.

 

 

 

 

Plus tard, c'est lumières éteintes et équipés d'une lampe frontale bleue que les membres du groupe nous interprètent une jolie ballade, à écouter sous les étoiles.

Alternant folk énergique et slows romantiques le groupe charme et même convainc.

Ils reviennent au printemps. Tant mieux, on les attend.

21h30 : La foule n'en peut plus. Une demi-heure d'attente, un bras sort du rideau masquant la scène et c'est le délire. Jonathan Morali, Syd Matters himself, en est encore à ses débuts et déjà attendu par une horde d'adeptes convertis.

Dès les premières minutes, il pose le décor.

Accompagné par ses musiciens il commence par une ballade, sons psychés et choeur en renfort, avant de prendre place sur scène.

Rien d'étonnant dans la présence des classiques guitares, basse, et batterie, du curieux synthé aux sons de sirènes inquiétantes, et des ch?urs en surimpression.

On retrouve d'emblée le rock aérien et la voix planante de Jonathan découverts sur son premier album, "A Whister and a sigh" sorti en 2003.

En revanche, on s'attend moins à une telle énergie scénique. "Someday we will foresee obstacles", sorti en avril dernier, offre il est vrai un son plus folk et plus rock, ou les guitares prédominent.

Mais pour sa première grosse date en France, le groupe étonne.

Ce soir, tout est réuni : les sonorités atypiques, les influences pop anglo-saxonnes de Radiohead et des Floyd, le son doux et lancinant de la flûte traversière apparue sur le dernier album, la voix traînante et rauque de Jonathan.

La surprise tient surtout à cette capacité à passer de la mélancolie à la folie pure. Syd Matters sur scène, on sait comment ça commence, mais jamais comment ça va finir. C'est ainsi que les doux "Bones" et "End and start again" du premier album donnent lieu à des débordements, des élans de furie des musiciens emportés, presque hypnotisés.

Le public, plutôt calme jusque là, se laisse même aller au pogo sur "Stone man". Guitares brutes tout en saturation, basse lourde, batterie folle, au point qu'on entende plus le chant de Jonathan.

En contrepartie, le groupe prend aussi plaisir à interpréter un joli duo guitare- voix entre Jonathan et Anne Brune (petite blonde inconnue), les tant attendues ballades "To all of you" (single de "Someday we will foresee obstacles"), "Have a nice day" ("A Whister and a sigh") et pour finir en beauté "Black and white eyes", le rab de dernière minute, pour une séquence émotion toutes lumières allumées.

23h10 : C'est déjà fini. Affaire à suivre ?.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ghost days de Syd Matters
La chronique de l'album Brotherocean de Syd Matters
Syd Matters en concert à L'Antipode (5 novembre 2005)
Syd Matters en concert au Trianon (1er février 2006)
Syd Matters en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
Syd Matters en concert au Splendid (dimanche 17 avril 2011)
Syd Matters en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - dimanche
Syd Matters en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
L'interview de Syd Matters (14 décembre 2007 )
La chronique de l'album Carbon Glacier de Laura Veirs
La chronique de l'album July Flame de Laura Veirs
La chronique de l'album Tumble Bee de Laura Veirs
Laura Veirs en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Laura Veirs en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent 2007
Laura Veirs en concert à L’Aéronef (samedi 30 janvier 2010)

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)


MarieG         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Syd Matters (14 décembre 2007)


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=