Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Jeu de l'Amour et du Hasard
Théâtre de l'Aquarium  (Paris)  septembre 2018

Comédie de Marivaux, mise en scène de Benoît Lambert, avec Robert Angebaud, Rosalie Comby, Etienne Grebot, Edith Mailaender, Malo Martin et Martin Sève (en alternance) et Antoine Vincenot.

Dans "Le Jeu de l'Amour et du Hasard", Marivaux use d'un motif récurrent de la comédie classique, celui du mariage arrangé, qu'il décline toutefois de manière singulière en plaçant l'intrigue sous le signe d'un paternalisme libéral goguenard et du travestissement.

Car ledit mariage entre gens de condition à une proposition laissée à l'appréciation des intéressés qui, méfiants, décident chacun d'interchanger leur situation avec celle de leur domestique chargé de leur représentation officielle.

Deux sentences proverbiales et une locution shakespearienne - "L'habit ne fait pas le moine", "Qui se ressemble s'assemble" et "Tout est bien qui finit bien" - résument les postulats et le dénouement d'une partition avec laquelle Marivaux joue un double, sinon un triple jeu.

Outre la satire sociale, le divertissement, sous couvert de progressisme, conforte l'ordre social établi en illustrant le déterminisme de classe et le caractère illusoire de l'ascension sociale, en son temps, et par le mariage, de ce qui deviendra une pratique bourgeoise au 19ème siècle.

De surcroît, Marivaux, fin stratège, pipe les dés au soutien de sa démonstration avec un double travestissement qui met donc en présence des duos socialement appariés ce qui laisse augurer d'un dénouement dans lequel le hasard n'existe que dans le titre de l'opus.

Dans la proposition de Benoît Lambert, l'accoutrement et les manières des valets travestis s'avèrent peu susceptibles de conforter l’inversion des rôles, cependant soutenue par le langage que l'auteur leur prête, ce qui nove la comédie en farce sous réserve de considérer fidèle la charge caricaturale au point de générer la méprise générale.

Sous sa direction, les comédiens officient en costumes, confectionnés par Violaine L.Chartier, placés sous le signe du "mix and match" - austère livrée noire pour les faux serviteurs, pourpoints d'époque pour les maîtres de maison et tenues contemporaines clinquantes pour les faux maîtres arborant le maquillage visage blanc-pommettes pastillées de rose du 17ème siècle - dans un vrai décor de théâtre n'ayant d'autre fonction qu'illustrative.

Antoine Franchet a conçu de manière brillante un chromo de fastueuse demeure péri-urbaine d'un maître de maison de belles naissance et fortune de surcroît esprit éclairé, façon "dehors-dedans" et de plain-pied avec la salle, avec côté jardin, naturellement, un parc boisé avec une folie en fond de scène et même un daim qui vient s'y aventurer, et, côté cour, sans transition architecturale autre qu'un banc, une collection de tables de salle à manger vintage qui se susbtituent aux vitrines des cabinets de curiosités.

Au jeu, des comédiens chevronnés, Robert Angebaud en pater familias goguenard et Etienne Grebot en inquiétant frère presque sadien, et de jeunes pousses issues de la promotion 2017 de l’École régionale d’Acteurs de Cannes et Marseille : Rosalie Comby en Lisette gourde, Malo Martin en Arlequin commedia dell'arte, Edith Mailaender en Sylvia frénétique et Antoine Vincenot en placide Dorante.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=