Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Chris the Swiss
Anja Kofmel  octobre 2018

Réalisé par Anja Kofmel. Suisse/Croatie/Allemagne/Finlande. Animation. 1h25 (Sortie le 3 octobre 2018).

La réalisatrice Anja Kofmel avait un héros dans son enfance : Christian Würtenberg, son cousin. Jeune et intrépide, il a déjà parcouru le monde, de la Laponie, la Thaïlande à la Namibie avant même d'être journaliste.

Quand éclate la guerre de Yougoslavie dans les années 1990, il est devenu officiellement journaliste et va couvrir un conflit atroce et fratricide... Mais tout s'arrête au siège de Vukovar : il est retrouvé mort à 30 kilomètres de la ville en 1992.

"Chris the Swiss" d'Anja Kofmel pourrait n'être que l'histoire d'un Tintin Suisse idéalisée par sa cousine. Sauf que les choses sont beaucoup moins simples qu'il n'y paraît. Christian Würtenberg a franchi la frontière tentante entre suivre une guerre et y participer.

D'ailleurs, il n'est pas mort d'une balle perdue, mais étranglé. Car, comme quelques autres, il a rejoint un groupe para-militaire croate, un groupe connu pour ses exactions, un groupe qui ne reculait pas devant l'assassinat de civils, des blessés, des prisonniers...

Avant "Chris the Swiss", Anja Kofmel avait déjà consacré un court métrage d'animation à son cousin en 2009 ("Chrigi"). Dans son long, elle va aussi largement utiliser l'animation, reconstituant subjectivement des passages de la vie de Chris, ceux où il est devenu un "chien de guerre", ceux qui vont le mener à cette mort sale à 28 ans.

Documentaire au sujet fort et à la forme très travaillée, "Chris the Swiss" d'Anja Kofmel plonge le spectateur dans une des pires guerres de la fin du vingtième siècle, tente d'expliquer pourquoi Chris s'est jeté à corps perdu dedans et montre les conséquences de ses actes inexcusables sur une famille qui, plus de vingt ans après, en est encore meurtrie.

Menant une enquête aux quatre coins du monde, interrogeant les témoins de l'époque, Anja Kofmel aboutira à de surprenants résultats qui mériteraient de faire basculer la sortie de son film dans les pages politiques ou internationales...

Car Chris, qui était passé par l'Afrique du Sud et la Namibie avant de devenir journaliste, était peut-être un agent d'une puissance étrangère... C'est ce que suggère Carlo Illitch Ramirez - oui, le fameux Carlos - interrogé du fond de sa geôle, et qui éclaire sur les raisons de son exécution.

Plusieurs hypothèses parcourent le film, mais Anja Kofmel remonte une piste principale en suivant la trace du chef du groupe de mercenaires dans lequel s'était rangé son cousin.

Ce Bolivien qui se faisait appeler "Chico" aura une mort violente, lui aussi, tué par la police de son pays où il était rentré en 2009 pour fomenter un attentat contre le président Morales. Membre probable de l'Opus Déi, il aurait été mandaté par celle-ci pour rendre impossible la réconciliation entre chrétiens et musulmans dans la Yougoslavie finissante...

Anja Kofmel, rappelant que l'Opus Déi est le bras armé du Vatican, s'interroge même fugacement sur le rôle tenu par le pape de l'Est, Jean-Paul II, dans tout cela, et notamment dans la mort de son cousin. Chris en savait-il trop ? Aurait-il révélé le rôle de l'Homme en blanc ? Jouait-il un double-jeu ou un jeu tellement compliqué qu'il n'y avait pas d'autre issue que de s'en débarrasser ?

"Chris the Swiss" d'Anja Kofmel est donc un documentaire vertigineux qui dresse à la fois le portait d'un jeune homme à l'idéalisme dévoyé et se suit pas à pas comme un roman de John Le Carré. Les dessins de la réalisatrice ajoutent paradoxalement une dimension réaliste à ce qui pourrait plus n'être qu'un fait-divers fantasmé.

Une belle réussite pour un film fort et stimulant...

 

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=