Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les fureurs invisibles du coeur
John Boyne  (Editions Jean-Claude Lattès)  août 2018

Passionné par la littérature française et étrangère, lecteur compulsif, je passe beaucoup de temps, en dehors de mes activités professionnelles, un livre à la main. D’habitude, quand j’adore un livre, particulièrement les polars, je l’avale à très grande vitesse, voulant connaître l’épilogue. Je m’enferme alors dedans, sortant de toute vie sociale pour le terminer le plus vite possible.

Avec Les fureurs invisibles du cœur, écrit par John Boyne et publié aux éditions JC Lattès, ce fut tout l’inverse. Dans mes mains depuis plus d’un mois, j’ai pris soin, dès les premières pages lues, de le lire avec parcimonie, de façon précautionneuse et en prenant le temps de le savourer, tant la lecture de cet ouvrage me ravissait.

Il est des livres que l’on n’a pas envie de terminer, où l’on regarde le nombre de pages qu’il nous reste à lire pour avoir un aperçu du bonheur qu’il nous reste. Les fureurs invisibles du cœur en fait partie. 587 pages donc pour ce livre, je me souviens précisément du nombre, et un bonheur immense d’avoir découvert cet auteur avec ce superbe livre.

John Boyne est né en Irlande au début des années 70 et il est l’auteur de dix romans et de quelques livres pour la jeunesse. Avec Les fureurs invisibles du cœur, il signe ici son roman le plus personnel et le plus ambitieux.

L’histoire se passe en grande partie dans son pays natal, l’Irlande, sur une période allant des années 40 jusqu’à nos jours. Et ces fureurs invisibles du cœur sont celles portées par le narrateur Cyril Avery qui, au travers de son histoire, va nous dresser un portrait saisissant de la société irlandaise depuis ces années 40.

Cyril Avery n’est pas un vrai Avery et il ne le sera jamais. C’est ce que lui répètent ses parents adoptifs. Cyril a été abandonné à sa naissance par une mère pas encore majeure, bannie elle-même par ses parents dès sa grossesse. Devenu fils adoptif d’un couple dublinois aisé et excentrique, il n’a manqué de rien durant son enfance sauf de savoir réellement qui il est et d’où il vient.

Sexuellement aussi Cyril se cherche, il comprend très vite qu’il n’aime pas les femmes et qu’il est attiré par les garçons, notamment Julian, rencontré dès son plus jeune âge. L’auteur nous montre alors l’impossibilité d’affirmer son homosexualité dans la société irlandaise des années 60. Ne pouvant pas assumer son désir pour les hommes, Cyril va accumuler les rencontres éphémères, s’enfermant dans un labyrinthe sentimental qui se terminera par un mariage avec Alice, la sœur de Julian dont il est secrètement amoureux.

Le jour de la noce, Cyril va révéler à Julian ses sentiments que ce dernier va très mal prendre. Cyril va alors fuir, abandonner son épouse comme sa mère jadis l’a abandonné pour partir aux Pays-Bas où il connaîtra une liaison avec un médecin hollandais. D’autres épreuves l’attendent car le passé resurgit toujours et son histoire ne s’arrêtera pas aux confins d’Amsterdam.

Alors voilà ! Que dire d’autre que ce roman est d’une puissance narrative rare, qu’il nous fait passer par toutes les émotions, du rire aux larmes en passant par la révolte. C’est un roman magnifiquement écrit qui nous propose une véritable réflexion sur l’homosexualité des années 40 jusqu’à aujourd’hui. En même temps, l’histoire de Cyril s’associe parfaitement à l’histoire de l’Irlande que l’auteur nous dresse parfaitement autour des tensions religieuses et des actes terroristes perpétrés par l’IRA.

Les fureurs invisibles du cœur n’est pas seulement un livre sur l’homosexualité. Sa grande qualité vient aussi du fait qu’il aborde en profondeur de nombreux thèmes universels comme l’adoption, la filiation, le Sida, la violence et la prostitution. C’est un ouvrage immensément riche qui justifie parfaitement ses presque 600 pages.

L’auteur nous dresse un portrait sans complaisance de son pays sur un ton souvent acerbe, tout en y ajoutant de nombreuses touches de cynisme. Tout semble juste néanmoins dans cet ouvrage et on ne peut qu’aimer la plupart des personnages du livre malgré leurs défauts.

Les fureurs invisibles du cœur restera très longtemps dans ma mémoire tant j’ai adoré lire cet ouvrage. Il fait maintenant partie de ces livres qui marquent et je vais de ce pas m’évertuer à le conseiller à tous ceux qui, comme moi, sont des admirateurs des belles lettres.

Les fureurs invisibles du cœur n’est pas une priorité de lecture, c’est une nécessité.

 

En savoir plus :
Le site officiel de John Boyne


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=