Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Hop Pop Hop #3 (édition 2018) - samedi 15
Marc Melià - Flamingods - Pale Grey - Tamino - Bad Nerves - Gramme - La Jungle - The Limiñanas - Life  (Orléans)  14 & 15 septembre 2018

Aujourd’hui, le festival est plein à craquer. Après un vendredi bien chargé, j’ai décidé de prendre mon temps, je sais que je raterai de beaux concerts, mais j’ai envie de profiter un peu.

Je commence donc tout en douceur avec Marc Melià qui joue son magnifique Music for Prophet à la Salle de l’Institut. J’avais adoré l’album et le découvrir en live me met l’eau à la bouche. Autant être clair, je serai partial, complètement. J’ai adoré.

Le son du Prophet me touche, réminiscence de mon enfance Dr Freud, et je ne peux tout simplement pas lutter contre la sensation de plaisir qui m’envahit à l’écoute de ces chaudes nappes analogiques. Les titres s’enchaînent et si Marc Melià prend parfois le micro pour expliquer sa démarche, ce sont bien ses compositions qui nous parlent le plus. Pour être tout à fait honnête, le public n’adhère pas complètement et la salle est clairsemée. Béotiens. Non, le choix plutôt radical du musicien bruxellois peut être rebutant, mais il tire de son Prophet des sons merveilleux et ses morceaux sont riches et pleins de surprises. Quelques lignes mélodiques au vocoder viennent éclairer le tout. Je profite jusqu’à la dernière note et je prends la route du 108 pour découvrir Flamingods.

Ce groupe est un mélange. De nationalités, de culture, d’instruments de musiques, ces gars-là mélangent tout. Enfin, vous voyez ce que je veux dire. D’un morceau à l’autre, on retrouve le batteur au clavier, le clavier à la guitare, l’autre batteur à la basse, bref ce n'est pas un groupe, c’est une communauté hippie. Notez, je dis ça sans aucune méchanceté ou ironie, et à bien y réfléchir, ce n’est pas complètement insensé. Flamingods, c’est une sorte de tribu hippie sous perfusion de rock des 70’s, de funk, d’électro et d’un peu tout ce qui est passé par leurs oreilles et les a inspirés. Comme tous les mélanges, quand on en met trop, ça peut finir par donner un tout uniforme maronnasse. Mais les 5 garçons s’en sortent avec ce petit plus d’intelligence qui redonne du relief à l’ensemble.

A la Scène Nationale passe Pale Grey, dont le nom m’évoque une ambiance un peu plus automnale que le temps du jour, mais ça colle bien avec mon humeur du jour. Le trio annoncé est venu à quatre et emporte son public. Le groupe belge fait du bon rock à synthé, plus énergique que ce que j’avais supposé. Je n’avais pas pris le temps d’écouter et le dossier de presse vantait une "pop douce et aérienne, folk légère et singulière", mais le live envoie plus que ça. Tant mieux.

J’entends parler de Tamino et j’ai l’impression qu’il ne faut pas rater ça. Je repars donc à la Salle de l’Institut, presque pleine alors que le concert vient à peine de commencer. C’est beau. Un beau jeune homme pose sa belle voix sur de belles chansons agrémentées de beaux arrangements. C’est si beau que je suis triste de ne pas me sentir bien dans cet univers. Je n’ai rien à reprocher à Tamino qui livre un très beau concert – le public réagit franchement et du fond du cœur. J’ai peut-être la sensation que c’est un peu trop lisse à mon goût, mais je crois surtout qu’il y a des rencontres que l’on rate, question de moment et ce jour-là, ce n’était pas le bon. Je quitte donc le chanteur belgo-egyptien-libanais (à lui tout seul, et oui, après un vendredi très suisse, ce samedi commence très belge).

Je vais donc prendre une bière au Jardin de l’Évêché, je pensais voir le dernier quart d’heure de Bad Nerves, j’en verrai un peu plus.

Je croise en passant le gratin du rock Orléanais, et des têtes bien connues des lecteurs de webzines musicaux. On ne discute pas, ou seulement entre les morceaux, impossible le reste du temps.

Les Bad Nerves portent bien leur nom, et leur rock défonce. On dirait un gros groupe australien ou américain mais de Londres. J’ai eu peur un instant qu’ils soient belges, mais non, cette fois le son britannique m’avait mis sur la bonne voie.

Je profite jusqu’au dernier morceau puis je vais à la Scène Nationale écouter un bout de Gramme avant de filer voir La Jungle.

Le groupe débarque sur scène au compte-goutte. Batterie seule d’abord, rythme droit, punchy mais pas lourd, puis arrive le bassiste qui assure le show, le clavier beaucoup plus discret et la chanteuse. Ils lancent leur groove rock-dance, ou pop-électro-rock, enfin, rock mais au service de titres énergiques et dansants. Les quatre donnent de leur personnes avec une très grande générosité, Gramme c’est de l’énergie, du bonheur, de la puissance, une chanteuse magnifique (et je ne parle pas de physique), un public que saute, une très bonne surprise.

Un rapide coup d’œil à ma montre, il est temps de filer voir La Jungle. Je retrouve un groupe de copains dans la rue, et on part ensemble vers le Centre Chorégraphique où se produit le duo belge ( ! ) de La Jungle. La queue à l’entrée nous décourage un peu, et on a tous envie de voir The Limiñanas… donc on reprend la route, direction le Jardin de l’Évêché.

Voilà l’autre groupe dont je voulais profiter du début à la fin. Le célèbre duo est très nombreux sur scène. Ça joue en puissance, j’ai les poils qui se dressent. J’oublie de prendre des notes et il ne me reste que des sensations sur lesquelles j’ai du mal à mettre des mots. C’est un des paradoxes des concerts, ce sont des moments que l’on vit tous ensemble, on y partage une énergie et une émotion incroyable et pourtant, on y vit chacun une histoire différente. J’ai adoré voir The Limiñanas mais pour une raison que j’ignore, c’est un moment qui m’a ramené à l’intérieur de moi. Une chose est sûre, je sortirai de ce concert avec des étoiles dans les yeux. J’ai envie de rester là-dessus, mais je voulais voir Life, boire une bière et manger une frite. C’est bon la musique, ça nourrit l’âme, mais mon ventre crie famine.

Je termine donc ce Hop Pop Hop 2018 avec un programme riche. Et rock. Life, c’est fougueux, sauvage, un gros shoot de distorsion avant de repartir, ça décoiffe, sentiment de voir leurs tripes se répandre sur scène. Une bonne façon de conclure un festival qui ne triche pas et s’impose comme un évènement incontournable de la scène émergente.

PS : Comme l’an passé, je repars avec des regrets (c’est le jeu du festival, et que serait la vie sans un soupçon de frustration ?) : les orléanais Ctrl-Z, Bo Bun Fever ou encore The Patient, les rockeurs de La Jungle, Le Comte (malheureusement malade), Phœnician Drive (malade aussi), l’avenir me dira si j’ai raison d’avoir des regrets !

PS2 : un très grand merci à Fabien Pondard pour la photo de Flamingods.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Festival Hop Pop Hop en concert au Festival Hop Pop Hop #2 (édition 2017)
Festival Hop Pop Hop en concert au Festival Hop Pop Hop #2 (édition 2017) - vendredi 15 septembre
Festival Hop Pop Hop en concert au Festival Hop Pop Hop #2 (édition 2017) - samedi 16 septembre
Festival Hop Pop Hop en concert au Festival Hop Pop Hop #3 (édition 2018) - vendredi 14
La chronique de l'album Best Friends de Pale Grey
La chronique de l'album Waves de Pale Grey
La chronique de l'album Amir de Tamino
La chronique de l'album Aie, aie, aie de Vaguement la jungle
La chronique de l'album Costa Blanca de The Limiñanas
La chronique de l'album Shadow People de The Limiñanas
The Limiñanas en concert au Festival des Eurockéennes #30 (édition 2018) - dimanche 8 juillet
The Limiñanas en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)
La chronique de l'album Life is Killing me de Type O Negative
La chronique de l'album If just today were to be my entire life de Tex La Homa
La chronique de l'album My Life of Leisure de Left
La chronique de l'album Fractured life de Air Traffic
La chronique de l'album Life is elsewhere de Robin Foster
La chronique de l'album Help wanted nights de The good life
La chronique de l'album Deathconsciousness de Have a nice life
La chronique de l'album The Colourful Life de Cajun Dance Party
La chronique de l'album The Chemistry of Common Life de Fucked Up
La chronique de l'album Secular Works de Extra Life
La chronique de l'album Tree of life de Yodelice
La chronique de l'album In the mood for life de Wax Tailor
La chronique de l'album Life is sweet ! Nice to meet you de Lightspeed Champion
La chronique de l'album One life stand de Hot Chip
La chronique de l'album Personal Life de The Thermals
Life parmi une sélection de singles (février 2011 )
La chronique de l'album The Life and Soul de Mamas Gun
La chronique de l'album The Violent Life and Death of Tim Lester Zimbo de 49 Swimming Pools
La chronique de l'album Life Traffic Jam de Manceau
La chronique de l'album Life has not finished with me yet de Piano Magic
La chronique de l'album Alphawaves de Life Coach
La chronique de l'album Lease Your Life de Errors
La chronique de l'album Half Sin Half Life de A Movement Of Return (A.M.O.R)
La chronique de l'album Adore Life de Savages
La chronique de l'album The Golden Mile de My Life Story
La chronique de l'album Life will see you now de Jens Lekman
La chronique de l'album Modern Life vol 1 de Satellite Jockey
La chronique de l'album Life Is Cheap, Death Is free de Nadia Tehran
La chronique de l'album Beautiful people will ruin your life de The Wombats
Articles : 2017, une année faste pour le jeu vidéo - Crash Bandicoot - Assassin's Creed - Far Cry - Red Dead Redemption - Life
Life en concert à l'Elysée Montmartre (Festival Life Live) (18 décembre 2005)
La vidéo de Dream of Life - DVD par Patti Smith
Jeux : Life is Strange - Edition Limitée - PlayStation 4 / Xbox One / Microsoft Windows


En savoir plus :
Le site officiel du Festival Hop Pop Hop
Le Facebook du Festival Hop Pop Hop

Crédits photos : Alex BBH


Alex BBH         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

La Chanson Du Jour 9 - Une Vie de Programme (10 juillet 2016)


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=