Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alphonse Mucha
Musée du Luxembourg  (Du 12 septembre 2018 au 27 janvier 2019)  Paris

Avec la collaboration de la Fondation Mucha, la Réunion des Musées Nationaux propose une incursion dans l'Histoire de l'Art au tournant des 19ème et 20ème siècle avec l'exposition monographique consacrée à Alphonse Mucha, figure du Paris de la Belle Epoque et chantre du mouvement artistique Art nouveau.

Sous le commissariat de Tomoko Sato, conservatrice à ladite fondation, la monstration scénographiée par l'Atelier Maciej Fiszer, qui mise sur les grands volumes du Musée du Luxembourg avec un parti pris affirmé de contrastes tant chromatiques que lumineux, permet de synthétiser son graphisme novateur en matière d'arts décoratifs qui a donné naissance au "Style Mucha" avec ses illustrations évanescentes et lumineuses et de découvrir sa "dark face" avec une oeuvre picturale, sans doute méconnue du grand public, portée par un humanisme mystique.

Alphonse Mucha, le pape de l’Art nouveau français et le chantre de l'épopée slave

Révélé en 1895 par l’affiche créée pour Sarah Bernhardt, dont il deviendra l'affichiste attitré, pour la pièce de Victorien Sardou "Gismonda", Alphonse Mucha, le "Bohêmien" né en Moravie qui est déjà un illustrateur chevronné qui a fait ses classes à Prague, connait un immense succès

Un succès lié, d'une part, à des circonstances conjoncturelles, la vague de slavophilie et l'affichomanie induite par le développement de la chromolithographie en couleur, l'édition de masse des reproductions et le développement des publicités commerciales.

Et d'autre part, il se distingue et se démarque du style réaliste des autres affichistes ayant pignon sur rue tels Chérec, Steinlein et Toulouse-Lautrec. Car il opère par syncrétisme stylistique à partir d'un répertoire de motifs décoratifs qu'il compilera en 1902 dans un portfolio intitulé "Documents décoratifs" destiné aux artisans, décorateurs et étudiants en beaux-arts.

Ainsi il hybride des motifs ornementaux de toutes origines et tous styles, du gothique au rococo, du Japon à l'Islam et, bien évidemment, des éléments traditionnels de l'iconographie tchèque qui tiennent à l'art byzantin, tel le halo emprunté aux icônes (Série sur les Arts), le baroque qui préside au décor des églises tchèques ainsi que l'artisanat populaire marqué par le décor végétal et floral.

Ensuite par une esthétique en résonance avec les codes du symbolisme, un chromatisme en demi-tons pastels et surtout par l'élaboration d'un canon de beauté féminine avec une femme idéalisée à la chevelure en cascades volupteuses vêtue de vêtements fluides à l'antique qui révèle des courbes langoureuses.

Et il va exporter son style dans tous les registres des arts décoratifs, la décoration intérieure avec des panneaux décoratifs ("Les Quatre Saisons"), les arts de la table, les étiquettes pour les produits de consommation, pour la biscuiterie Lefèvre-Utile et les champagnes Ruinart et Moët & Chandon, les bijoux ainsi que les arts de la table.

Croyant à l'union spirituelle de l’humanité, il réalise des illustrations de la prière de la liturgie chrétienne "Le Notre Père" qu'il publie en 1899 sous forme d'un livre illustré intitulé "Le Pater" conçu comme un message aux générations futures et se dirige vers une production picturale plus ambitieuse.

Militant nationaliste, il retourne en son pays natal en 1910 et va se concentrer sur son grand oeuvre, "L'Epopée slave" composée d'une série de vingt toiles monumentales retraçant de manière héroïque l’histoire des peuples slaves ressortant à la peinture d'histoire académique.

Ces toiles offertes par Mucha en 1928 à la ville de Prague à l’occasion du 10ème anniversaire de l’indépendance du pays sont présentées dans un montage vidéo sur double écran panoramique qui donne la mesure de ces compositions qualifiées de "péplum en Europe centrale".

Les oeuvres tardives du peintre s'inscrivent dans le même registre avec des toiles, des cartons pour vitraux d'églises et les études pour son ultime triptyque représentant Les trois Ages, la Raison, la Sagesse et l’Amour.

A noter que qu'un cycle de conférences gratuites sur réservation se déroulera au Centre culturel tchèque.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée du Luxembourg

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de la RMN


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=