Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alphonse Mucha
Musée du Luxembourg  (Du 12 septembre 2018 au 27 janvier 2019)  Paris

Avec la collaboration de la Fondation Mucha, la Réunion des Musées Nationaux propose une incursion dans l'Histoire de l'Art au tournant des 19ème et 20ème siècle avec l'exposition monographique consacrée à Alphonse Mucha, figure du Paris de la Belle Epoque et chantre du mouvement artistique Art nouveau.

Sous le commissariat de Tomoko Sato, conservatrice à ladite fondation, la monstration scénographiée par l'Atelier Maciej Fiszer, qui mise sur les grands volumes du Musée du Luxembourg avec un parti pris affirmé de contrastes tant chromatiques que lumineux, permet de synthétiser son graphisme novateur en matière d'arts décoratifs qui a donné naissance au "Style Mucha" avec ses illustrations évanescentes et lumineuses et de découvrir sa "dark face" avec une oeuvre picturale, sans doute méconnue du grand public, portée par un humanisme mystique.

Alphonse Mucha, le pape de l’Art nouveau français et le chantre de l'épopée slave

Révélé en 1895 par l’affiche créée pour Sarah Bernhardt, dont il deviendra l'affichiste attitré, pour la pièce de Victorien Sardou "Gismonda", Alphonse Mucha, le "Bohêmien" né en Moravie qui est déjà un illustrateur chevronné qui a fait ses classes à Prague, connait un immense succès

Un succès lié, d'une part, à des circonstances conjoncturelles, la vague de slavophilie et l'affichomanie induite par le développement de la chromolithographie en couleur, l'édition de masse des reproductions et le développement des publicités commerciales.

Et d'autre part, il se distingue et se démarque du style réaliste des autres affichistes ayant pignon sur rue tels Chérec, Steinlein et Toulouse-Lautrec. Car il opère par syncrétisme stylistique à partir d'un répertoire de motifs décoratifs qu'il compilera en 1902 dans un portfolio intitulé "Documents décoratifs" destiné aux artisans, décorateurs et étudiants en beaux-arts.

Ainsi il hybride des motifs ornementaux de toutes origines et tous styles, du gothique au rococo, du Japon à l'Islam et, bien évidemment, des éléments traditionnels de l'iconographie tchèque qui tiennent à l'art byzantin, tel le halo emprunté aux icônes (Série sur les Arts), le baroque qui préside au décor des églises tchèques ainsi que l'artisanat populaire marqué par le décor végétal et floral.

Ensuite par une esthétique en résonance avec les codes du symbolisme, un chromatisme en demi-tons pastels et surtout par l'élaboration d'un canon de beauté féminine avec une femme idéalisée à la chevelure en cascades volupteuses vêtue de vêtements fluides à l'antique qui révèle des courbes langoureuses.

Et il va exporter son style dans tous les registres des arts décoratifs, la décoration intérieure avec des panneaux décoratifs ("Les Quatre Saisons"), les arts de la table, les étiquettes pour les produits de consommation, pour la biscuiterie Lefèvre-Utile et les champagnes Ruinart et Moët & Chandon, les bijoux ainsi que les arts de la table.

Croyant à l'union spirituelle de l’humanité, il réalise des illustrations de la prière de la liturgie chrétienne "Le Notre Père" qu'il publie en 1899 sous forme d'un livre illustré intitulé "Le Pater" conçu comme un message aux générations futures et se dirige vers une production picturale plus ambitieuse.

Militant nationaliste, il retourne en son pays natal en 1910 et va se concentrer sur son grand oeuvre, "L'Epopée slave" composée d'une série de vingt toiles monumentales retraçant de manière héroïque l’histoire des peuples slaves ressortant à la peinture d'histoire académique.

Ces toiles offertes par Mucha en 1928 à la ville de Prague à l’occasion du 10ème anniversaire de l’indépendance du pays sont présentées dans un montage vidéo sur double écran panoramique qui donne la mesure de ces compositions qualifiées de "péplum en Europe centrale".

Les oeuvres tardives du peintre s'inscrivent dans le même registre avec des toiles, des cartons pour vitraux d'églises et les études pour son ultime triptyque représentant Les trois Ages, la Raison, la Sagesse et l’Amour.

A noter que qu'un cycle de conférences gratuites sur réservation se déroulera au Centre culturel tchèque.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée du Luxembourg

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de la RMN


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=