Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un Peuple et son roi
Pierre Schoeller  septembre 2018

Réalisé par Pierre Schoeller. France. Drame historique. 2h01 (Sortie le 26 septembre 2018). Avec Gaspard Ulliel, Adèle Haenel, Olivier Gourmet, Louis Garrel, Izïa Higelin, Noémie Lvovsky, Céline Sallette, Denis Lavant et Laurent Lafitte.

Comment un pays trouve-t-il sa liberté ? Une interrogation politique et morale qui parcourt le dernier film de Pierre Schoeller, "Un Peuple et son roi", et qui s’incarne à travers le corps de Louis, souverain à la fois aimé et détesté. De la prise de la Bastille le 14 juillet 1789 à la mise à mort du roi le 21 janvier 1793, le film suit les mouvements du peuple et les débats de l’Assemblée. Louis doit-il mourir pour que vive la Patrie ? La liberté désertera-t-elle un pays qui a osé s’affranchir de son roi ?

L’ambition est immense : dresser le portrait d’une France en pleine ébullition. Les hommes et les femmes du peuple, pleins d’espoirs, pleins de colères, frémissent au mot de Liberté; ceux qui font les lois écrivent la Convention, c’est-à-dire les règles d’un nouveau monde; le roi et sa famille attendent, déjà fantômes dans une France qui découvre ne pas avoir besoin d’eux, corps encombrants qui symbolisent l’ancien régime.

Tous ces êtres se déchirent et s’aiment durant trois ans, portés par les flots de l’Histoire. Mais, tout en subissant la violence politique, ces personnages ont bien conscience de participer, eux aussi à l’Histoire.

Le film s’ouvre sur la prise de la Bastille. Pierre Schoeller choisit de raconter cet événement sans pénétrer à l’intérieur de la prison; c’est à travers les discussions des personnages, réunis dans une pièce, que le spectateur entre dans le récit. Ce beau début donne à voir ce monde du XVIIIe siècle, où les habitants les plus démunis partageaient le même espace de vie ; cette promiscuité offre des compositions pleines de vie, où les personnages s’interpellent, s’entraident, mangent dans un joyeux chaos.

Cette manière de filmer le groupe est l’une des plus belles réussites de "Un peuple et son roi". Le réalisateur met l’accent sur le rôle des femmes, filmant les rassemblements de celles qui chantent, qui revendiquent, qui se battent. Moteurs de l’action, elles prennent les devants et font front face aux hommes qui dictent les lois dans un monde où la "citoyenne" n’est pas assez estimée pour voter, mais assez bonne pour prendre les armes et mourir.

Le film se confronte à cette épineuse question : comment raconter, comment filmer l’Histoire sans tomber dans l’illustration, en montrant à la fois la distance et la proximité que nous entretenons avec le passé.

Sur cette question, les écoles sont aussi nombreuses que les cinéastes : dans "La Commune", Peter Watkins faisait revivre une autre révolution en jouant volontairement sur une mise à distance des événements; l’effet en était saisissant. Jean Renoir, dans une "Marseillaise" toute empreinte de l’esprit du Front populaire, exaltait l’amour de la liberté.

Moins radical que Watkins, plus critique que Renoir, Pierre Schoeller choisit d’attirer l’attention du public sur un échantillon représentatif des opinions et des milieux sociaux de l’époque, dont on suit les joies et les peines.

"Un Peuple et son roi" donne parfois une impression d’inachevé. Devant un tel foisonnement de personnages, de tels bouleversements historiques, on se prend à rêver d’un film bien plus long, tant les questionnements politiques soulevés par le cinéaste sont passionnants. On aimerait sentir davantage les changements politiques, les dissensions qui se creusent entre les groupes et les citoyens, voir le temps qui passe, fait et défait les espérances.

Le film rassemble la fine fleur du cinéma français, de la lumineuse Adèle Haenel à Louis Garrel en Robespierre, d’Olivier Gourmet, personnage principal du film précédent de Schoeller, "L’Exercice de l’Etat", à Gaspard Ulliel, vagabond rattrapé, presque malgré lui, par la marche du temps. Denis Lavant campe quant à lui un inénarrable Marat, cabotin à souhait.

Ce petit jeu de qui est qui nuit-il au film ? Reconnaître, sous les perruques poudrées, tel ou tel acteur qui joue un grand personnage historique, fait une apparition, même courte, produit une distanciation. L’effet est peut-être voulu, et permet de mettre en évidence l’aspect théâtral de ce grand procès qui occupe la seconde moitié du film. Mais il distrait parfois des enjeux exprimés par l’action.

Le débat concernant la mort du roi, moment clé du film, complexe en raison de la multiplicité des paroles, de la longueur des arguments, est abordé assez frontalement. Le cinéaste prend soin de marquer le passage du temps; de l’aube blafarde au soir qui tombe, les orateurs se succèdent. En même temps que les personnages, public ou acteurs de ces discussions où se joue le futur de la nation, le spectateur s’interroge, change d’avis, doute. Le rapport, toujours pertinent, de l’intérêt de l’Etat et de la morale devient obsédant, dans un monde qui veut se purger des anciens privilèges tout en hésitant devant le chemin à emprunter pour conquérir la liberté.

On sent également la volonté de Schoeller de donner corps à ce Louis XVI (Laurent Lafitte) dont la vie et la mort décideront du destin d’une nation. L’évocation demeure parfois maladroite, comme dans cette scène d’hallucination où le roi voit apparaître les spectres de ses ancêtres. Si la dimension théâtrale, shakespearienne de cette séquence est revendiquée, elle ne suffit pas à donner vie à ce personnage dont il est sans cesse question. Toutefois, Schoeller prend soin de restaurer le monarque dans sa dignité face à la mort, redonnant à ce corps dont on ne cesse de débattre, au point d’en faire une abstraction, toute son humanité.

Même si elle ne résiste pas à un certain symbolisme - l’Oncle qui devient aveugle, la naissance d’un enfant en cet An I de la Révolution - on sort de cette expérience cinématographique et politique l’esprit éveillé, curieux. Elle nous rappelle que la République est une construction, et la liberté un combat.

Quand il s’agit de montrer les troubles d’une nation en devenir - pareille à la masse compacte que l’Oncle travaille, rend incandescente, pour obtenir finalement un nouvel objet, proche de la perfection - Pierre Schoeller parvient à faire vivre ce Paris où retentissent tour à tour les cris de liesse et le fracas des baïonnettes. C’est un édredon de plume qu’on crève, une chanson qu’on jette à la face d’un ennemi, un rayon de soleil qui perce à travers une prison qu’on abat.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=