Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kingdom Come : Delivrance
Microsoft Windows - PlayStation 4 - Xbox One  (Warhorse Studios)  février 2018

Un jeu de rôle historique flirtant avec la simulation

Oyez, oyez, braves gens du village de Froggy's Delight, laissez-moi vous narrer l'histoire du jeune Henri de Skalice, fils de forgeron, qui va partir à l'aventure afin de venger l'assassinat de son père et de sa mère.

Mais qu’est donc Kingdom Come : Deliverance ?

Ce jeu, développé par Warhorse Studios, est un jeu de rôle historique reprenant l'histoire de la Bohême. l'empereur Charles IV étant mort, son fils Venceslas prend alors le pouvoir. Ce dernier préférant la luxure au pouvoir, délaisse son rôle et son peuple, ce qui n'est pas du goût du pape et des nobles de la région. Se forme alors une alliance contre le roi Venceslas afin de le destituer de son rôle. Sigismond le Roux, demi-frère de Venceslas, profita de cette période sombre pour prendre le pouvoir en faisant enlever ce dernier, avec l'appui de différents nobles de la région de Bohême. La Bohême sans roi est alors abandonnée dans le chaos et Sigismond tente de s'accaparer petit à petit le territoire et ses richesses en semant la peur et le chaos au sein du royaume.

Et que devons-nous faire dans tout ceci ?

Nous incarnons Henry, fils d'un forgeron, qui aime passer son temps à la taverne avec ses amis, et profiter de la vie sans vraiment penser au lendemain. Son but est de découvrir du pays, participer à l'action. Il ne sait pas encore qu'il sera bientôt au c'ur de l'action.

Le village d'Henry se fait attaquer et ses parents assassinés lors de la prise de son village qui était jusqu'alors si paisible.

Henry fit la promesse à son père et au seigneur des lieux de protéger l'épée qu'ils avaient forgée pour le seigneur du village.

l'histoire d'Henry commence alors et vous devrez vous enfuir pour sauver votre vie, et vous réfugiez dans le village voisin. Vous n'aurez en tête qu'à enterrer et venger vos parents, ainsi que de restituer l'épée à votre seigneur comme vous l'avez promis. l'histoire ne fera alors que commencer.

Mais alors ce Kingdom Come : Deliverance, qu'a-t-il de différent par rapport aux autres jeux de rôle ?

c'est une vaste question. En général, quand on parle de jeux de rôle, on pense dragon, magie, sorcellerie, chevalier, etc. Ici, rien de tout cela, vous êtes le fils d'un forgeron et à l'époque, le fils d'un forgeron n'est qu'un gueux, un paysan et un paysan ne sait, ni lire, ni écrire, ni se battre?

Vous devrez alors tout apprendre, vous serez ici dans une vraie simulation de vie au Moyen-Âge. Il vous faudra vous rendre dans différents lieux où vous apprendrez à crocheter des serrures et croyez-moi, quand on parle de crocheter une serrure, on est proche de la vérité, il m'a fallu environ 1h30 pour arriver à sortir du premier village car je n'arrivais pas à crocheter la serrure du coffre qui contenait l'armure de chevalier nécessaire pour passer la porte du château.

Vous devez ensuite apprendre à vous battre à main nues, puis à l'épée, ou encore tirer à l'arc. Puis en vous rendant à un certain endroit de la carte, vous pourrez apprendre à lire pour déchiffrer les différents ouvrages trouvés ici et là.

Histoire de rendre les choses encore plus simples, vous devrez gérer votre alimentation, votre santé, votre apparence. Car oui si vous êtes sale, on refusera de vous parler. Si vous êtes recouvert de sang, les personnages vous éviteront et les quêtes seront alors impossible à obtenir.

Il vous faudra parfois faire preuve d'humilité pour ne pas choquer les nobles des villages. Ne pas transporter des objets volés en ville ou vous faire prendre en train de voler, si vous ne souhaitez pas finir quelques jours en prison. Il est possible également de finir alcoolique, ce qui vous donnera quelque bonus mais surtout énormément de malus. Et j'en passe pour ne pas vous spoiler le jeu. Bref, tout est pensé pour être une simulation et pas seulement un simple jeu de rôle. La fiche du personnage est très complète sans être complexe à prendre en main. Il suffit de s'y mettre et de bien lire les descriptions.

Le jeu peut effrayer par ces points au premier abord, car nous sommes de plus en plus habitués à ce qu'on nous mâche le travail au lieu de faire en sorte que nous nous impliquions vraiment dans le jeu et c'est ce qui fait toute la finesse du gameplay de ce Kingdom Come : Deliverance. Afin de coller au plus près à une simulation, les développeurs ont fait en sorte qu'il soit possible de résoudre les différentes quêtes de plusieurs manières, plus ou moins directes. Par exemple, vous pouvez tenter de discuter avec les protagonistes pour les influencer, ou bien les attaquer frontalement, ou furtivement. Vous pouvez également décider de les étourdir en vous faufilant dans leur dos sans qu'ils ne s'en aperçoivent et ainsi leur dérober l'objet tant convoiter.

Et techniquement qu'en est-il ?

Le jeu est très beau et très riche quant aux environnements et aux villages, la carte est gigantesque et j'ai passé des heures en forêt à chasser à l'arc le lapin, le cerf, la biche, le sanglier?

Il y a toujours quelque chose à faire, et le jeu n'est pas à rusher mais à apprécier en prenant son temps. Tel un Skyrim, vous prendrez plaisir à arpenter les différents lieux afin de découvrir des camps de bandits, des jardins de forêt, des caches, etc.

En revanche, bien que le jeu soit très beau concernant les environnements, on ne peut pas dire que l'animation des personnages soit ce qui se fait de mieux. Les cinématiques sont très belles mais lorsqu'il s'agit d'interactions, il y a souvent des soucis de positionnement de caméra, ou bien des dialogues non traduits en français dans le texte alors que les sous-titres sont bien présents.

La synchronisation labiale n'est pas toujours au rendez-vous mais les doubleurs ont fait un excellent travail et parle en français très soutenu ce qui est agréable en jeu. Malgré les différents bugs, qui sont corrigés au fur et à mesure à l'aide de patch, le jeu est tout simplement une petite perle vidéoludique qui mérite amplement d'être jouée.

Conclusion

Si vous aimez les jeux de rôles et que vous aimez vous investir dans un jeu car oui, il faudra vous investir, ne serait-ce que pour apprendre à crocheter des serrures, voler dans les poches des personnages, lire, vous battre, tirer à l'arc, cuisiner, créer des potions d'apothicaires, etc. Alors oui, vous aimerez ce jeu.

Avec une durée de vie importante, vous en aurez vraiment pour votre argent et si vous aimez parcourir le monde, apprendre des faits historiques alors la Bohême vous ouvre les bras, qu'attendez-vous pour commencer votre voyage ?

 
\r\n

En savoir plus :
\r\n Le site officiel de Kingdom Come : Delivrance
\r\n Le Facebook de Kingdom Come : Delivrance


Ezaechiel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 décembre 2018 : Tout feu tout flamme

Du pain et des jeux, du sang et de la fureur, les analystes sont bien embêtés avec les maillots bleus qui, en l'espace de quelques semaines, sont devenus des gilets jaunes. Ce n'est pas Froggy's Delight qui va pouvoir changer quelque chose mais on essaie de contribuer à votre bonne humeur, à votre bien être et un peu à vos cadeaux de Noël avec notre sélection de la semaine.

Du côté de la musique :

"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys
et toujours :
"The last detail" de The Last Detail
"Douze études" de Tristan Pfaff et Karol Beffa
"Originul" de Cadillac
"Not easy to cook" de Cannibale
"5 Klavierstucke" de Irmin Schmidt
"Reflets" de Julien Hardy et Simon Zaoui
"Auguste" de Leila Huissoud
Peter Bence au Casino de Paris
Festival Rockomotives #26 et le Festival Street Punk Ink Mas Party #3

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Soeurs (Marina & Audrey)" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Sombre rivière" au Théâtre du Rond-Point
"La Réunification des deux Corées" à la MC93 à Bobigny
"La Lettre à Helga" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"D'un retournement l'autre" au Théâtre La Reine Blanche
"La Ronde" au Théâtre 14
"Exécuteur 14" à la Manufacture des Oeillets
"J'ai bien fait ?" au Théâtre de la Tempête
"Chanson Plus Bifluorée... passe à table" au Théâtre La Bruyère
"Origines" au Chapiteau Arlette Gruss
les reprises :
"Tous des oiseaux" au Théâtre de la Colline
"Ionesco Suite" à l'Espace Cardin
"Le Cercle de Whitechapel" au Théâtre Le Lucernaire
"Dormir cent ans" au Théâtre de la Colline
"Comment va le monde" au Théâtre Les Déchargeurs
"Les Palmiers sauvages" au Monfort Théâtre
"Croustilleux La Fontaine" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles de novembre

Expositions avec :

"Tutto Ponti - Gio Ponti archi-designer" au Musée de Arts Décoratifs
et dernière ligne droite pour "Jômon - Naissance de l'Art dans le Japon préhistorique" à la Maison de la Culture du Japon

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"What you gonna do when the world's on fire ?" de Roberto Minervini
"Premières solitudes" de Claire Simon
"Les Confins du monde" de Guillaume Nicloux
Ciné en bef avec :
"Les Veuves" de Steve McQueen
"Mauvaises herbes" de Kheiron
"Les bonnes intentions" de Gilles Legrand
"Sale temps à l'Hôtel El Royale" de Drew Goddard
"Bohemian Rhapsody" de Bryan Singer
"Kursk" de Thomas Vitenberg
"Suspiria" de Luca Guadagnino
"Les chatouilles" de Andréa Bescond et Eric Métayer
"Sauver ou Périr" de Frédéric Tellier
"Chacun pour tous" de Vianney Lebasque
Oldies but Goodies avec :
"Le Fleuve sauvage (Wild River)" de Elia Kazan dans le cadre de la Rétrospective Elia Kazan à la Cinémathèque française
et "Eclairage intime" de Ivan Passer dans le cadre du Cycle La Nouvelle Vague tchèque à la Cinémathèque française
et la chronique des autres sorties de novembre

Lecture avec :

"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake
et toujours :
'Erev à la veille de ..." de Eli Chekhtman
"Inch'Allah : l'islamisation à visage ouvert" Gérard Davet et Fabrice Lhomme
"Les frères K" de D.J. Duncan
"Marthe ou les beaux mensonges" de Nicolas d'Estienne d'Orves
"Trois jours à Jérusalem" de Stéphane Arfi

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=