Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dominique A
La Fragilité  (Cinq7 / Wagram Music)  octobre 2018

Un nouvel album de Dominique A est toujours pour moi un événement. J’aime cet artiste depuis ses débuts, j’aime tous ses albums et il fait partie de ces artistes dont j’achète les albums les yeux fermés, persuadé bien avant d’avoir écouté le disque que je ne serais pas déçu.

2018 est donc une grande année pour moi puisque l’artiste nous a donné la chance de pouvoir déguster non pas un mais deux albums. Après Toute Latitude, paru en mars dernier, disque d’hiver selon l’artiste, arrive La Fragilité, disque d’automne, toujours selon l’artiste.

Les deux albums se succèdent donc sur un temps relativement court, offrant un saisissant raccourci du mouvement qui semble traverser la musique de Dominique A depuis bientôt trente ans, une oscillation entre intimisme et grandes échappées sonores, solitude et aventures collectives, simplicité et recherches orchestrales.

J’avais beaucoup aimé Toute Latitude, disque intimiste aux sonorités électroniques. Selon l’artiste, Toute Tatitude était un disque tendu, lacéré d’éclairs électriques, aux cieux visités d’orages et nourri des rythmiques sourdes et électroniques.

La Fragilité qui vient de sortir en est la parfaite réponse et l’occasion de respirer à l’aide de textures plus vaporeuses laissant passer quelques brises légères, filtrer des lumières plus tamisées et des teintes plus claires. Avec ce disque, je retrouve le Dominique A des premiers albums, celui qui s’impose par sa simplicité, s’accomplissant autour d’une guitare et d’une voix.

La Fragilité est un disque sublime, tout simplement. Si les fondations du disque précédent étaient la programmation d’une boîte à rythmes, La Fragilité voit sa trajectoire guidée par le son acoustique de cette guitare finalement retrouvée. Des relations existent évidemment entre les deux disques, notamment dans les thèmes explorés par les chansons qui évoquent l’enfance, la ruralité ou encore la guerre. Les chansons ont été écrites au cours de la même période, entre 2016 et 2017 et l’artiste a fait le choix d’accommoder ses textes à une boîte à rythmes ou à une guitare acoustique, les orientant alors vers l’un des deux albums en fonction de ce choix.

La Fragilité est donc le pendant lumineux de Toute latitude. Il est une source intarissable d’apaisement, une magnifique célébration de la beauté des choses et du monde comme seul Dominique A est capable de le faire. "Le temps qui passe sans moi" nous offre une contemplation heureuse des paysages dont certains remontent à l’enfance, évoqués par "Comme au jour premier" quand d’autres sont découverts au gré de voyage avec "La splendeur".

L’album regroupe 12 titres aussi beaux les uns que les autres avec néanmoins deux titres que j’aime particulièrement, "La poésie", qui ouvre l’album et rend hommage à Leonard Cohen et "La Fragilité", qui le clôt l’album tout en lui donnant son nom. Les douze titres sont entièrement interprétés par Dominique A et enregistrés chez lui sur une console huit pistes. C’est le troisième album que l’artiste enregistre ainsi après le fondateur La Fossette datant de 1992 et La Musique sorti en 2009.

La plupart des chansons sont des premières prises, celles qui semblent leur conférer un sentiment d’immédiateté, d’intimité et de simplicité que l’artiste cherche souvent à posséder. Avec cet album, Dominique A ne cherche donc pas à se renouveler, préférant creuser son sillon et explorer de manière étonné l’univers qui lui appartient et que j’aime tant.

Et puis il y a cette guitare acoustique qui imprime sa marque à l’album. Cette guitare achetée à l’époque de La Mémoire Neuve, une guitare usée par les années et les tournées, celle de "Antonia", superbe titre du cinquième album de l’artiste. Cette guitare reposait depuis plusieurs années dans un coin de la maison de Dominique A avant que ce dernier ne se décide à la reprendre pour cet album. Sa sonorité un peu brute, presque rudimentaire, a finalement offert à l’album sa couleur et son humeur. Certains titres de l’album se pare néanmoins de guitares électriques aériennes et réverbées et de quelques rythmiques.

C’est donc un disque tout en douceur et en fragilité que nous offre, le mot est faible, l’immense Dominique A, un disque dépouillé et intimiste que je risque d’écouter pendant de longues années et qui va rentrer de ce pas ma discothèque idéale.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Tout sera comme avant de Dominique A
La chronique de l'album L'horizon de Dominique A
La chronique de l'album Sur nos forces motrices de Dominique A
La chronique de l'album La Musique de Dominique A
La chronique de l'album Kick Peplum (EP) de Dominique A
La chronique de l'album Vers les lueurs de Dominique A
La chronique de l'album Eléor de Dominique A
La chronique de l'album Toute latitude de Dominique A
Dominique A en concert à la Salle Jeanne d'Arc (21 novembre 2003)
Dominique A en concert à la Salle de la Cité (11 novembre 2004)
Dominique A en concert à l'Olympia (30 novembre 2004)
Dominique A en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Dominique A en concert au Festival International de Benicassim 2006 (vendredi)
Dominique A en concert au Festival La Route du Rock 2009 (dimanche)
Dominique A en concert au Grand Mix (vendredi 27 novembre 2009)
Dominique A en concert à Casino de Paris (jeudi 26 novembre 2009)
Dominique A en concert au Fil (samedi 6 février 2010)
Dominique A en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Dominique A en concert au Festival La Route du Rock #22 (vendredi 10 août 2012)
Dominique A en concert au Festival La Route du Rock #22 (samedi 11 août 2012)
Dominique A en concert à Théatre Lino Ventura (jeudi 4 avril 2013)
Dominique A en concert à L'Aéronef (samedi 25 mai 2013)
Dominique A en concert au Festival Europavox 2015 - Samedi 23 mai
Dominique A en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Vendredi
Dominique A en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2015 - Du jeudi au dimanche
Dominique A en concert au Colisée (dimanche 29 novembre 2015)
La vidéo de En solo aux Bouffes du Nord (DVD) par Dominique A
L'interview de Dominique A (6 mars 2006)
L'interview de Dominique A (26 avril 2006)
L'interview de Dominique A (octobre 2007)
L'interview de Dominique A (27 mars 2009)
L'interview de Dominique A (samedi 7 juillet 2012)
L'interview de Dominique A (jeudi 19 mars 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Dominique A
Le site Comment certains vivent
Le Soundcloud de Dominique A
Le Facebook de Dominique A


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Laetitia Velma et Dominique A (28 mars 2011)


# 4 avril 2021 : La Culture encore Chocolat

Vaccins pour tous avant le retour de la culture pour tous ? On espère pourtant que les lieux de cultures (et les restaurants) réouvriront avant que tout le monde soit vacciné... L'espoir fait vivre. En attendant voici de quoi se faire du bien chez soi avec notre sélection culturelle hedbomadaire. On commence par le replay de la MAG #24

Du côté de la musique :

"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites décourtes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone
et toujours :
"Blue shaman" de Abaji
"Separated" de Bingo Club
"World's most stressed out gardener" de Chad VanGaalen
"Hymnes à l'amour, deuxième chance" de Christophe Monniot & Didier Ithursarry
"A principiu" de L'Alba
"L'ambulancier" de L'Ambulancier à retrouver également en interview
"Heavy grounds" de Liquid Bear
"Live" le mix 17 de la saison 2 de Listen In Bed à écouter en ligne
"Nouveux mondes" de Samuel Strouk
"Love leave traces" de Stéphanie Lemoine
"Tail man was here" de Surnaturel Orchestra

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Bigre, mélo burlesque " de Pierre Guillois, Olivier Martin-Salvan et Agathe L'Huillier
"Einstein on the beach" de Philip Glass et Robert Wilson
"Les Justes" d'Albert Camus
"Le dépeupleur " de Michel Didym
"Vacances de rêve" d'Olivier Lejeune
"Les Caves" des Frères Taloche"
"Max Bird - L'Encyclo-spectacle"
“Acqua Alta” de Adrien B et Claire M
"Madame Arthur dépousiière Queen"
et un concert "L'Oiseau de feu" d'Igor Stravinski

Expositions :

en virtuel :
"Amour, une histoire des manieres d'aimer" au Louvre-Lens
"Pharaon, Osiris et la Momie" au Musée Granet
L'œil de Huysmans. Manet, Degas, Moreau" au Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
"Botero, dialogue avec Picasso" à l'Hôtel de Caumont
"Global(e) Resistance" au Centre Pompidou
"Christian Dior, couturier du rêve" au Musée des Arts Décoratifs
"Correspondances (Gérard Garouste - Marc-Alain Ouaknin)" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home en vidéo gratuite :
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"Caramel" de Nadine Labaki
"Syngué Sabour - Pierre de patience" de Atiq Rahimi
"De bruit et de fureur" de Jean-Claude Brisseau
"Le Retour de Martin Guerre" de Daniel Vigne
"L'âme du tigre" de François Yang
"Comme des voleurs (à l'Est) Comme des voleurs de Lionel Baier
en VOD :
"The Last Tree" de Shola Amoo

Lecture avec :

"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth
et toujours :
"Autopsie d'un drame" de Laurent Combalbert
"Histoire antique, histoire ancienne ?" de François Lefèbre
"L'appel du cacatoès noir" de John Danalis
"Lily a des nénés" de Geoff
"Malamute" de Jean-Paul Didierlaurent
"No war" de Anthony Pastor

Du côté des jeux vidéos :

N'hésitez pas à nous suivre sur la TV de Froggy's Delight et profiter des directs et des replays jeux vidéo tout au long de la semaine

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=