Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Broadcast
La Maroquinerie  (Paris)  11 octobre 2005

C'est dans une Maroquinerie copieusement remplie que Trish Keenan et James Cargill sont venus assurer le service après vente de leur impeccable Tender Buttons , qui s'impose déjà d'ores et déjà comme un des grands disques de 2005. Pour l'occasion, le duo s'est adjoint les services d'un guitariste/claviériste et d'un (trop ?) énergique batteur.

Le public semble impatient de voir ce que vont donner les nouvelles compositions du groupe, qui a quelque peu délaissé les ambiances bucoliques et guillerettes de ses précédents disques pour explorer des territoires musicaux plus âpres et moins chatoyants.

La prestation du groupe est accompagnée d'une projection de visuels résolument arty et abstraits, parfaitement au diapason avec les motifs répétitifs et les ambiances tissés par James Cargill.

Les compositions de Tender Buttons sont bien évidemment à l'honneur : l'impeccable "Mickael" ou encore l'hypnotique "Corporeal".

Seul petit bémol : l'ensemble à l'air terriblement guindé et clinique. Chaque musicien semble appliqué sur son instrument à jouer chaque note avec une rigueur quasi prussienne Cette impression est renforcée par la rigueur métronomique, limite martiale des basses… C'est dire si ça déconne…

La jolie Trish passera la plupart du concert à se planquer derrière sa frange terriblement sixties et à balbutier de timides "Merci".

Même si le groupe tente parfois de créer de petits interludes à la My Bloody Valentine, ça reste un peu hésitant…On aura tout de même le droit à une petite brise fraîche (il faut dire qu'il fait une chaleur suffocante dans la salle) avec un "Come On Let's go" efficace et sexy.

Peu avant de quitter la scène le groupe se lancera dans un morceau qui jouera beaucoup sur la montée en tension.

D'ailleurs le tout se terminera dans un maelström sonique qui suscitera l'enthousiasme de la foule parisienne.

Reste à savoir pourquoi le batteur en fait des tonnes. Il donne vraiment l'impression d'avoir tout juste été débauché de chez Napalm Death…

Le groupe se fendra de deux rappels, dont une magnifique et très réussie reprise de Nico, à qui Trish est souvent comparée pour son phrasé froid et limite frigide.

Broadcast s'impose comme un groupe discret mais terriblement essentiel et inventif, certes une peu atypique dans la faune du "renouveau" de la scène britannique, mais qui laisse présager de nouvelles et excitantes aventures sonores…

A suivre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Haha Sound de Broadcast
La chronique de l'album Tender buttons de Broadcast
La chronique de l'album Building Blocks EP de Broadcast 2000
Broadcast en concert au Café de la Danse (29 septembre 2003)
L'interview de Broadcast 2000 (6 octobre 2008)

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Le Morceau Caché, Special Broadcast (23 janvier 2011)
Broadcast 2000 (6 octobre 2008)


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=