Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Richard Hawley
La Maroquinerie  (Paris)  12 octobre 2005

La soirée commence par une première partie anecdotique composée d'une demoiselle à la main cassée qui nous annonce que de ce fait elle ne pourra pas jouer de guitare.

Du coup, elle chantera a capella et d'une fort belle voix, une reprise de Nick Cave "Into my arms" ainsi qu'une chanson de son crû à propos du fait de faire des choses pour l'argent ce qu'elle ne semble pas aimer du tout…

Joana Piterson et sa choriste ont sans doute un potentiel vocal intéressant mais ce micro show est un peu frustrant.

Comme souvent à la Maroquinerie, l'efficace équipe technique prépare la scène en en temps record et Richard Hawley et ses musiciens ne tardent pas à arriver sur scène devant un public certes relativement nombreux mais qui ne rempli pas la salle à son maximum.

En un sens c'est plutôt agréable et Richard Hawley est attendu de pied ferme.

"Bonsoir, je m'appelle Richard Hawley et je viens de Sheffield, angleterre".

C'est par ces quelques mots plein de modestie que Richard Hawley entame le show.

Ce jeune Morrissey à lunettes entame avec un "Baby you're my light" issue de son premier album solo Last night final puis enchaine sur "Cole's Corner" tiré du tout récent album du même nom.

Nom dont Richard prend le temps de nous expliquer la signification (en l'occurrence un endroit disparu de Shefield ou les amoureux avaient l'habitude d'aller s'embrasser).

Guitare, basse et contrebasse, clavier et batterie accompange Hawley jouant également de la guitare.

Mais tout ce petit monde sait rester discret, ce soir c'est la voix qui est la pièce maîtresse dans cette salle que l'on dirait devenu un club cosy des années 60.

Passant d'une guitare à l'autre, le sourire aux lèvres Richard Hawley fait entrer le public dans son univers avec une facilité déconcertante faisant passer cette heure trente de concert à grande vitesse.

"The Ocean", "Just like rain", "Hotel Room" sont autant de titres de Cole's Corner entrecoupés de quelques incartades dans les titres plus anciens comme "The Motorcycle song" (titre qui lui est cher à propos de sa moto préférée, autre passion du monsieur avec la musique) figurant sur Lowedges, le deuxième album, ou "Something is !" datant de 2001.

 

 

Sur scène, Richard Hawley et son groupe donnent plus dans le pop rock que dans la ballade.

Pas de violons, quelques arrangements de bon goût au clavier et l'absence de chœurs, contrairement à la version album, donnent un côté plus brutes aux compositions qui s'envolent littéralement vers le rock des années 60 dans un impressionnant déferlement de guitares.

Surprenant au premier abord mais qui met d'autant plus en avant la puissance tranquille de la voix de Hawley qui se détache aisément.

 

Mais plus question de rock'n roll sur le morceau qui clôturera le concert, du moins avant le rappel, "Darling wait for me" joué quasiment acoustique dans un silence religieux laissant un peu tout le monde "sur le cul" (passez moi l'expression).

Court rappel ensuite, un peu surréaliste, le public ayant un peu de mal à redescendre de son nuage, lors duquel Richard Hawley nous demande si on apprécie le rockabilly avant d'en entamer un morceau endiablé.

 

 

 

Et puis comme le personnage semble avoir envie de parler de lui, il nous annonce que la prochaine chanson est un titre que chantait son grand père à sa grand-mère, qui elle-même l'a apprise à Richard et que ce soir il va la chanter pour nous, magnifique comptine présente sur Cole's Corner intitulée "Who's Gonna Shoe Your Pretty Little Feet?".

Souriant, Richard et sa bande nous annonce que la tournée se termine et que vraiment, ils sont heureux de cette date ce soir qui est une des meilleurs de leur tournée … OK tout le monde nous fait le coup mais cette fois ci on a envie d'y croire en espérant son retour rapide dans une salle près de chez nous.

1h30 de bonheur … c'est pas si souvent que ça arrive !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Cole's Corner de Richard Hawley
La chronique de l'album Lady's Bridge de Richard Hawley
La chronique de l'album Truelove’s Gutter de Richard Hawley
Richard Hawley en concert à Glee Club (15 novembre 2005)
Richard Hawley en concert au Nouveau Casino (25 octobre 2007)
Richard Hawley en concert au Festival International Benicàssim 2008
Richard Hawley en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème

En savoir plus :

Le site officiel de Richard Hawley


Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=