Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alexis HK
Comme un ours  (La Familia)  octobre 2018

En plus d’avoir un nom de famille imprononçable à qui a le muscle buccal mal entraîné, le moins que l’on puisse dire, c’est que l’homme est prolixe. Alexis HK s’est talentueusement mesuré à Brassens dans Georges & moi, a écrit pour les plus petits Ronchonchon et Compagnie et a fait chavirer nombre d’amateurs de phrases chaloupées. Comme un ours est son neuvième album.

Les plus cyniques diront que la qualité n’égale pas la quantité (parce qu’il faut bien dire quelque chose de désagréable pour être craint – donc respecté – dans leur monde du qu’en dira-t-on…). Chacun son point de vue.

J’aime retrouver le timbre grave et profond d’Alexis HK, sa façon de fredonner en sourdine, pas de colère dans sa voix, pas de résignation dans ses propos. Seul reste le simple constat poétique des paradoxes humains pas si simples. Ses silences éloquents ne culpabilisent pas. Ses paroles ne pointent pas les comportements. Il est un chansonnier du quotidien, suffisamment blasé pour ne pas paraître trop enthousiaste, un poète solitaire friand de collaborations.

C’est presque tout seul qu’il façonna cet album tendre et lucide. Comme un ours incarne le désarroi de la bonne grosse bêtise humaine, humains désappointés puisant le courage dans l’amour et la nostalgie.

"Méchant bobo parisien, crypto gauchiste de malheur, responsable du déclin de la famille et des valeurs, se prépare vos grands retours des fossoyeurs qui fascisent […] Tant de responsables aux misères du peuple offusqué, les bouc-émissaires risquent d’être assez surbookés" ("Les pieds dans la boue"). Il chante les cicatrices que les conflits armés laissent, nostalgie du temps des cerisiers fleuries d’antan ("Le cerisier") et la solitude des êtres sommés de se socialiser : "Ils n’étaient pas les seuls à faire de leur lit une base arrière à la mélancolie" ("Comme un ours").

Tendres, les textes d’Alexis HK ont la bienveillance des sourires sincères, "les fruits vermeils qui nous poussent aux enfantillages et que j’accroche à ton oreille" ("Le cerisier") et l’inexplicable amour quasi filial entre les hommes et leur chien : "C’est un ami qui te guérit de la défaite, qui te suivra même si tu finis malhonnête, qui a dans les yeux une étincelle plus généreuse que beaucoup de déclarations d’amour douteuses, Je veux un chien, un vrai, un chien qui sert à rien […] J’en ai assez de tous ces chats égocentriques qui te méprisent entre deux siestes" ("Je veux un chien").

Non sans humour, Alexis HK vit le moment présent, un air de passé pour un instant de futur. L’auteur est de ces doux rêveurs, un peu poète, un peu ascète, tenant toujours par la main l’enfant qui le regarde de son œil serein. Le musicien, lui, use de la délicatesse des cordes frappées et de la mélancolie des cordes frottées, maniant l’un et l’autre en mélodies trotte menues s’insinuant sur le bout de la langue.

Des conséquences du sucre massacreur de silhouette ("Sucré") aux grands carnages de la bêtise humaine ("Marianne"), l’auteur-compositeur-interprète a tout des chansonniers dont on aime fredonner les airs et paraphraser les tournures. Chaque titre raconte une histoire, il est là le Brassens du siècle, n’attendons pas son trépas pour le couvrir d’éloges.

Non, Alexis HK n’est pas un ours mal léché, grinçant des dents et grognant sans vergogne, il n’a d’ours que la voix et la douceur à l’intérieur, faut pas le chercher, voilà tout…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Belle ville de Alexis HK
La chronique de l'album L'homme du moment de Alexis HK
La chronique de l'album Les Affranchis de Alexis HK
La chronique de l'album Le Dernier Présent de Alexis HK
Alexis HK en concert à l'Espace Vauban (29 avril 2005)
Alexis HK en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Alexis HK en concert au Festival Les Inrocks 2005
Alexis HK en concert à Denfert Rochereau (dimanche 21 juin 2009)
Alexis HK en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - jeudi
Alexis HK en concert au Festival des Oreilles en Pointe 2011 (21ème édition)
Alexis HK en concert au Casino de Paris (mercredi 19 juin 2013)
L'interview de Alexis HK (29 avril 2005)
La conférence de presse de Alexis HK (9 juillet 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Alexis HK
Le Soundcloud de Alexis HK
Le Facebook de Alexis HK


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Et si on ne se mentait plus ?" à la Scène Parisienne
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=