Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Banquet
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  octobre 2018

Comédie burlesque écrite et mise en scène par Mathilda May, avec Sébastien Almar, Roxane Bret, Bernie Collins, Jérémie Covillaut, Lee Delong, Stéphanie Djoudi-Guiraudon, Arnaud Maillard, Françoise Miquelis, Ariane Mourier et Tristan Robin.

Les occasions de rire franchement sont si rares qu'il ne faut pas faire la fine bouche sur "Le Banquet" conçu et mis en scène par Mathilde May. Certes, ces convives à une noce où tout va vite déraper sont de joyeuses caricatures (la grosse dame, le petit monsieur) qui n'annoncent aucune critique sociale ni aucune étude des mœurs des "noces et banquets" d'aujourd'hui.

Ici, la convention règne gaiement en maître et le but n'est pas d'étudier la société moderne mais de déclencher l'hilarité avec un bellâtre à lunettes de soleil ou une mariée vraiment pas faite pour cette fonction qui, heureusement, n'occupe qu'un jour de la vie d'une jeune femme catholique ou conformiste.

Disciple lointaine, mais fervente, des "Branquignols" de Robert Dhéry, qu'elle mâtine avec les acquis de Jacques Tati et la subversion d'un Peter Sellers réservant sa dynamite à une "Party" mémorable, Mathilde May multiplie les figures de style comique. Comme dans ce genre de spectacle sans paroles, les personnages utilisent une espèce de sabir bâti sur les onomatopées avec des réminiscences d'accents divers et variés.

Si l'on n'aime pas le principe du gag redondant et étiré, "Le Banquet" irritera et n'attirera aucun rire. En revanche, seront clients de ce spectacle ceux qui, à la dixième fois, continueront de pouffer de rire en voyant tous les personnages glisser et se vautrer en tentant de franchir le petit monticule de moquette au-dessous de la table où les convives peuvent se servir boissons et mets.

Peut-être, malgré tout, aurait-il fallu couper quelques scènes qui se répètent (danses, séances vidéo ou diapo, discours en volapük) au profit de trouvailles plus incongrues comme cette scène torride de "burlesque" - au sens américain c'est-à-dire de "show olé olé" - les quatre convives féminines montrent d’affriolants sous-vêtements rouges.

Pareillement, pourquoi avoir soudain cédé au conformisme de morceaux tous chantés en anglais, alors qu'on aurait pu avoir des scènes plus croustillantes si Mathilda May avait déniché des pépites hawaïennes, moldaves ou autres ? On imagine qu'elle vise - à raison - le marché international avec ce "Banquet" compréhensible universellement.

Il faut dire qu'il est dans un bel écrin : du décor de Jacques Voizot aux lumières de Laurent Béal et aux costumes de Valérie Adda, tout est soigné, pensé théâtre et conçu pour éviter les temps morts et garder un bon rythme. Il faut aussi préciser que les comédiens choisis forment une troupe homogène, aguerrie aux gags et aux effets circassiens.

Pivot de ce mariage catastrophe, Ariane Mourier est une mariée souple qui se retrouve souvent les quatre fers en l'air et encaisse tout avec une vraie générosité comique. Son néo-mari, Tristan Robin, est un poncif sur pattes de l'époux faussement idéal. Son père, Bernie Collins, a une capacité phénoménale à s'empourprer pendant que Françoise Miquelis, la mère de la mariée, a la distinction déclinante à mesure que les verres s'enchaînent.

On soulignera spécialement les performances de Sébastien Almar, Roxane Bret, Jérémie Covillault, Stéphanie Djoudi-Guiraudon et d'Arnaud Maillard qui tiennent deux rôles entraînant des changements incessants de costume qui s'opèrent à la vitesse de l'éclair. Dans le rôle de la grosse dame au petit chien, Lee Delong est à l'unisson fantaisiste de cette brillante distribution qui permet à ce "Banquet" d'être un spectacle formellement réussi.

Une pure distraction qui fait passer très vite une heure quarante et qui fera moins traîner des pieds pour se rendre au prochain mariage où l'on sera convié.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=