Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Millionaire - Oceansize
Nouveau Casino  (Paris)  14 octobre 2005

Les soirées se suivent et ne se ressemblent guère au Nouveau Casino. Ce soir c'est rock et riffs à tous les étages, avec deux têtes d'affiche du rock métal qui fait mal.

Déjà entrevu en première partie de Ghinzu à l'Olympia en juin dernier, Millionaire ouvre encore une fois les hostilités et prouve que le rock belge n'a rien à envier aux sbires d'outre-Manche.

Déjà les power chords saturés et la basse vrombissante remplissent la salle, soit dit en passant tout aussi remplie, ras la gueule. Millionaire vibre et propose un set nerveux et trash comme seuls les Queen of the Stone Age savent en distiller.

 

Si l'influence de Josh Homme (ndlr : producteur de Paradisiac, denier opus dans les bacs depuis quelques semaines) se fait entendre sur moult titres ("We dont't live there", "I'm on a high"), c'est pour le plus grand plaisir du public amateur de riffs stridents.

Oui, le son est énorme, l'ambiance malsaine, à la limite du rock foutraque sur certains titres ("Lust unwatched", "Alpha Male"), mais l'essence est là.

Millionaire gagne ce soir sa place à la sueur du poignet rappelant en l'espace d'une chanson, "Rise and fall", que Tim Vanhamel le chanteur a longtemps traîné avec Tom Barman, l'autre chanteur de dEUS.

Un rock énergique donc, et un concert somme toute très honorable, en dépit d'un son trash parfois à la limite du supportablement audible. "Je ne vous connaissais pas, mais ce soir vous avez gagnez une fan" lancera une nouvelle groupie après le concert. Toujours ça de pris pour un groupe en devenir.

Le rock belge se porte bien, merci.

Grosse sensation fortement attendue, Oceansize défend ce soir son deuxième album, couronné ça et là par la presse rock pour son Everyone into position, oscillant entre métal et prog' rock.

Si la balance traîne en longueur (on y revient tout à l'heure…), les fans aux cheveux plus longs que la moyenne attendent sagement pour se défouler.

Envie d'en découdre ou intention de surprendre, le set s'avère rapidement être une tuerie sonore où le riff l'emporte sur la mélodie. Un point de vue comme un autre.

Hélas, à trop flirter entre la débauche sonique ("A homage to a shame") et les guitares aériennes qui font de Everyone into position une réussite, Oceansize se noie un brin et boit la tasse.

Les problèmes techniques s'accumulent (un problème de retour sur le micro de Mike Vennart, le chanteur), et le groupe se retrouve obligé de broder quelques motifs pendant les réglages. De quoi casser l'ambiance festive annoncée.

Pas rancunier, Oceansize distribue sa rage comme autant de notes décochées à la seconde, revendique son malaise et son mal-être ("This song is about death" prévient Mike en préambule d'une chanson, tout un programme…) et révèle malgré tout son potentiel avec quelques titres du premier album. Voire, si mon oreille m'est fidèle, quelques inédits. Pas de quoi fouetter un rocker me direz-vous…

Et pourtant, à s'obstiner comme de bons britons, Oceansize touche enfin au sublime sur cette chanson évidente, "Heaven alive", tout en retenu nerveuse et en riffs contenus. L'évidence même d'un tube annoncé.

Et l'impression se confirme sur "Music for a nurse", petit bijou de rock aérien dans son écrin satiné, à mi-chemin entre le Floyd et Radiohead.

That's all folks. Mike Vennart possède une voix sublime et un groupe solide. La sauce prend, mais il reste des grumeaux. Il faudra donc touiller encore un peu pour obtenir un ensemble cohérent et pertinent sur scène.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Millionaire en concert à l'Olympia (13 juin 2005)
La chronique de l'album Effloresce de Oceansize
La chronique de l'album Everyone into position de Oceansize

En savoir plus :

Le site officiel de Oceansize
Le site officiel de Millionaire

Crédits photos : Laurent (plus de photos sur Taste of Indie )


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=