Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Transmission/Transgression - Maîtres et élèves dans l’atelier
Musée Bourdelle  (Paris)  Du 3 octobre 2018 au 3 février 2019

Le Musée Bourdelle propose régulièrement de superbes et passionnantes expositions au didactisme éclairé autour de l'oeuvre du maître des lieux, le sculpteur Antoine Bourdelle.

Après la dernière en date dédiée à sa passion de l'Antique ("Bourdelle et l'Antique - Une passion moderne"), il invite le public à un parcours-découverte du sculpteur-pédagogue à travers le fil rouge du processus de création avec "Transmission/Transgression - Maîtres et élèves dans l'atelier".

Les commissaires - Claire Boisserolles, Stéphane Ferrand et Amélie Simier, respectivement responsable des archives, de la documentation et des bibliothèques, responsable du cabinet d’art graphique et des peintures et conservateur général du Musée Bourdelle - ont réalisé un superbe travail pour présenter, dans une scénographie claire de Alexis Patras, à travers une conséquente sélection d'oeuvres de sculptures, mais également de dessins et de photographies, la nature tant de l'enseignement que des relations entre le maître-enseignant et ses élèves.

Bourdelle, "meneur de rêves"* et "accoucheur d'âmes"**, passeur de mémoire et pédagogue inspiré

Sculpteur reconnu, Antoine Bourdelle se consacre également à la transmission du savoir et devient une figure majeure de l'enseignement en son temps même si, faute d'avoir été "consacré" par le Prix de Rome, il ne peut intégrer l'Ecole des Beaux-Arts.

Il enseigne donc dans le circuit privé, dans son atelier et dans ceux de l’Académie de la Grande Chaumière pendant vingt années, de 1909 à 1929 qui devient une institution à l'audience internationale.

Comme le synthétise le titre de la monstration, sa pédagogie personnelle et novatrice conjugue la transmission des techniques et du savoir-faire propres à la sculpture et le développement de l'esprit critique pour s'affranchir des règles académiques et ainsi, indique-t-il, oeuvrer pour l'art de demain.

Bourdelle ne croît ni à la science infuse ni à l'artiste "sui generis". L'artiste a toujours un, ou plusieurs, père(s) même si pour exister il doit s'en affranchir, tuer le père comme en psychanalyse. Ainsi Bourdelle rend hommage à ses pères et pairs qui l'ont formé en déclarant, élève du premier et praticien du second : "J'ai appris de Falguière, je procède de Rodin".

Ainsi s'ouvre l'exposition qui montre comment de l'exécution de l'"Eve au rocher" destinée à la "Porte de l'Enfer" à celle du buste de Rodin, Bourdelle s'est dégagé de l'emprise rodinienne.

Cours pratiques et leçons théoriques nourrissent l'enseignement anticonformiste voire iconoclaste de Bourdelle ("Le seul système, c’est de n’en pas avoir"**) qui est prisé par de nombreux élèves tant français qu'étrangers fascinés par sa stature et son charisme qui transparaissent dans ses théories sur l'art et ses qualités d'écriture tel que résultant de ses cours**..

Le Musée et les commissaires ont entrepris un laborieux recensement identificatoire de cette "Internationale des élèves" qui se succédaient au rythme de 50 par année, et présentent les oeuvres d'une dizaine d'élèves étrangers qui ont persévéré, parfois de manière notoire, dans leur art tels, et entre autres, Léon Indenbaum, Otto Gutfreund, Vera Moukhina, Irena Codreano et Takashi Shimizu.

Parmi les élèves français, deux sculpteurs majeurs qui, si leur style présentent de grandes similitudes formelles, leur opinion sur l'enseignement bourdellien se situe radicalement aux antipodes, de l'ingratitude présomptueuse à la reconnaissance.

A savoir Alberto Giacometti ("La Femme de Venise V"), qui déclare que "L'enseignement de Bourdelle ne m'a pas apporté beaucoup", et Germaine Richer ("Le Griffu", "La feuille") qui indique "Tout ce que je sais c'est Bourdelle qui me l'a appris", et, à son tour, empruntera le chemin de la transmission.

Bourdelle prône la vertu du labeur incessant d'après modèle et ses élèves notamment féminines constituent également des modèles pour la création d'un répertoire de formes.

Tant pour les bustes avec des visages archétypaux tels celui hiératique de "La Roumaine" Fanny Moscovici, de la lumineuse Henriette Petit ("La Chilienne") et Madeleine Charnaux pour la "Tête au chignon yeux fermés" que pour les figures en pied.

Et parmi elles, la plus proche, l'élève grecque Cléopâtre. Elle devient son modèle favori, sa muse comme incarnation de la Sculpture ("Femme sculpteur au travail", "Femme sculpteur au repos") et son épouse dont est présenté un inédit, le "Beethoven à deux mains", une oeuvre de Rodin qu'elle a taillé mais restée inachevée, qui réalisera le rêve de Bourdelle de transformer sa maison-atelier en musée;

Par ailleurs, la statuaire est mise en résonance avec l'oeuvre graphique, tout aussi remarquable, de Bourdelle qui aussi enseigné le dessin à la Manufacture des Gobelins.

 

* cf. Cours et Leçons à l'Académie de la Grande Chaumière" compilés par Laure Dalon publiés aux Editions des Cendres
** Antoine Bourdelle

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Bourdelle

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=