Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Saint Jack
Peter Bogdanovitch  octobre 2018

Réalisé par Peter Bogdanovich. Etats Unis. Comédie dramatique. 1h52 (Sortie le 17 octobre 2018 - 1ère sortie 5 décembre 1979). Avec Ben Gazzara, Denholm Elliott, James Villiers, Joss Ackland, Lisa Lu, George Lazenby, Peter Bogdanovich et Bridgit Ang.

Peter Bogdanovitch revient sur le devant de la scène. Le seul cinéaste de Hollywood à pouvoir faire de la concurrence à Martin Scorsese et Quentin Tarentino en termes de cinéphilie a eu une carrière mouvementée.

Marquée par des débuts impressionnants, avec "La Cible" puis "La Dernières séance" (qui ressort en DVD/Blu-Ray chez Carlotta*), la carrière de Bogdanovitch a connu des arrêts brutaux. Et pourtant, c’est une œuvre riche, inattendue, souvent émouvante. "What’s up, doc (On s’fait la valise, Doc ?-1972)" est un hommage réussi à la screwball comedy et aux cartoons. "Paper moon (La Barbe à papa- 1973)" raconte le périple d’un homme et d’une petite fille (Ryan O’Neal et sa propre enfant) dans l’Amérique rongée par la dépression.

En 2013, Boganovitch composait un chant d‘amour à Lubitsch avec "Broadway Therapy". Et l’on redécouvre en salles le beau "Saint Jack", sorti en 1979.

C’est un sacré type, ce Jack Flowers ! Suivez-le, et il vous trouvera ce que vous voulez. Vous cherchez quoi ? Une femme ? Un garçon ? Un endroit paisible où prendre un verre, à l’abri de la chaleur étouffante de Singapour ? Il saura toujours ce dont vous avez besoin, et avec le sourire, s’il vous plaît.

Serviable, et beau mec avec ça. Quand il marche dans la rue, Jack (Ben Gazzara) ne peut pas faire cent mètres sans tomber sur quelqu’un de sa connaissance. Il sait le prénom de toutes les filles qui passent. Le roi de la combine, la chemise à motifs en plus.

C’est aussi un curieux numéro, ce Jack Flowers. Il construit tranquillement son empire, service rendu après service rendu. Proxénète décomplexé - il y a tant de mauvaises raisons pour faire l’amour, alors pourquoi pas le faire pour de l’argent - il est adoré par toutes ses filles. Il le dit en riant à William Leigh (Denholm Elliot), comptable fraichement débarqué de Hong Kong : il veut la grande maison, avec les paons dans le jardin.

Et pourtant, au fond, Jack ne semble pas tellement se soucier de l’accumulation. Il donne en permanence : de l’argent pour des bières qu’on ne lui a pas servies, sa montre à une fille déprimée, une boîte à musique à une prostituée. Et quand son bordel de luxe est saccagé par une bande rivale, il ne pleure ni ne crie. Patient. Fataliste.

Singapour fait sans doute cet effet-là. Cette ville monde est un centre de la débrouille, un labyrinthe dont Jack connaît les tours et les détours. Servant de guide à William, ou aux touristes avides de passer le temps en bonne compagnie, il fait corps avec cette ville de beauté et de danger.

Sous ses dehors avenants, sa bonne humeur permanente, Jack garde toujours un œil ouvert. Le personnage, mine de rien, surveille le monde qui l’entoure, que ce soient les malfrats qui le suivent dans la rue ou la voiture qui débarque au petit matin dans sa propriété. Il sait que Singapour défait les hommes aussi vite qu’elle les fait.

Il n’est pas étonnant, au fond, que Singapour ait fait de Jack un mac. Là-bas, tout peut se trouver, tout peut s’acheter. Il suffit d’y mettre le prix. La ville elle-même est une belle putain. Partagée entre les Anglais, dont les derniers représentants achèvent de noyer leur spleen sous les ventilateurs paresseux des hôtels de luxe, remâchant un "glorieux" passé colonial, et les Américains, qui partent au casse-pipe au Vietnam,

Singapour se vend. Les lieux sont scindés entre une culture asiatique ancienne et les nouvelles habitudes venues de l’Occident, symbolisées par la mise en parallèle de deux enterrements, l’un anglais, l’autre singapourien.

Jack Flowers, malgré toute son aisance, est aussi double que cette ville. Expatrié américain, il reste un étranger qui ne maîtrise pas la langue, et traîne avec les touristes à qui il sert d’entremetteur. Un entre-deux qui s’avère dangereux quand il s’agit de traiter avec les triades ou de se mêler des affaires américaines.

Peu à peu, Jack se met à travailler pour les Etats-Unis, incarnées dans leur forme la plus cynique par Eddie Seymour, Peter Bogdanovitch lui-même. Il propose à Jack de créer une base de loisirs réservée aux gamins qui partent pour le front, puis de participer à un coup monté pour décrédibiliser un candidat démocrate un peu trop clean. Une dégradation morale dont Jack est bien conscient.

Progressivement, ce qui n’aurait pu être qu’un film comique, consacré aux tribulations d’un Américain à Singapour, se teinte de mélancolie. Jack est las. Dans son bordel, une nuit, un soldat attaque une prostituée. Jack vient lui régler son compte, et le trouve assis, sur le bord du lit, les yeux perdus dans le vague, dopé sans doute. Un enfant perdu dans un monde d’adulte, de la chair à canon qu’on envoie au front deux jours plus tard. Alors Jack ferme la porte.

"Saint Jack" de Peter Bogdanovitch est construit sur un principe de répétition, de circularité. Dans un premier temps, cette construction crée du comique : la maîtrise de Jack sur son environnement semble totale, son speech de vendeur est parfait. Et puis, la belle machine se dérègle. Le récit est scandé par le retour annuel de William, qui retrouve son vieux copain.

Si une ellipse d’un an montre un Jack devenu le roi du bordel, seigneur omniprésent dans un palais de la volupté où il est aux petits soins pour chacun, plus dure sera la chute. L’étouffement gagne peu à peu dans ce monde où l’on croise toujours les mêmes têtes, les mêmes blagues, le même désespoir de vivre. Singapour est une ville de sable mouvant où l’on s’enfonce dans l’indifférence générale. C’est même sans doute pour cela qu’on y va.

La vie de Jack, c’est toujours repartir de zéro. On comprend, dans le plan final, que la maîtrise apparente du personnage est une illusion. Comme tous les autres, il se débat, il séduit, il boit ("Si tu ne manges pas, tu meurs", lui répète sa vieille gouvernante, et Jack s’en fout). Il retourne dans les mêmes lieux, servir les mêmes gens, en attendant, peut-être, de retourner au pays. Sur ses bras, Jack a recouvert des menaces de mort gravées par les triades par des fleurs.

 
* Une actualité Bogdanovitch intense chez Carlotta : outre la sortie de" La Dernière séance" et de "Saint Jack" en DVD et Blu-ray, on notera la parution d?un ouvrage d?entretiens entre Bogdanovitch et Jean-Baptiste Thoret, "Le Cinéma comme élégie", ainsi que la publication d?un livre inédit du cinéaste, "La Mise à mort de la licorne".

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=