Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Fabrique du Luxe - Les marchands merciers parisiens au XVIIIème siècle
Musée Cognacq-Jay  (Paris)  Du 29 Septembre 2018 au 27 Janvier 2019

Sous le commissariat de Rose-Marie Herda-Mousseaux, conservatrice en chef du patrimoine et directrice du Musée Cognacq-Jay, ce musée dédié aux oeuvres et arts décoratifs du 18ème siècle propose avec "La Fabrique du Luxe" une exposition sur le commerce du luxe à cette époque et ses acteurs privilégiés et influents que furent les marchands merciers parisiens.

En effet, ceux qui constituent une des plus importantes corporations parisiennes jouent un rôle majeur tant dans l'émergence du marché de l'art et l'essor de l'industrie du luxe à cette époque que dans l'histoire du goût qui est illustré, à travers quelques unes de ses figures célèbres, par une centaine d’objets d’art, de documents et d’archives.

Le petit espace monstratoire est savamment transformé en bonbonnière par le Studio Tovar qui a opté pour une palette de couleurs poudrées pour évoquer les décors intérieurs parisiens dans lesquels s'inséraient meubles et objets décoratifs, des bibelots aux peintures.

Les marchands merciers précurseurs de l'industrie du luxe

Négociant, importateur, décorateur et "designer", le marchand mercier était essentiellement, nonobstant ses qualités personnelles, un commerçant dont l'échoppe souvent modeste sise rue Saint Honoré ou Pont Notre Dame générait un chiffre d'affaires annuel, de l'ordre de plusieurs dizaines de millions d'euros, qui laisse rêveur, soucieux de la prospérité de sa maison pour laquelle il développe, avant l'ère du marketing, des stratégies de vente en initiant notamment la promotion publicitaire.

A cet égard, est présenté une reproduction à l'échelle réelle du tableau "L'Enseigne de Gersaint" peint par Watteau pour servir de panneau publicitaire à la galerie de son ami le marchand Edme-François Gersaint.

Celui-ci, à l'instar d'autres de ses homologues, comme Dominique Daguerre et Lazare Duvaux, bénéficie d'un focus avec des documents relatifs à la composition de son stock et la présentation de pièces emblématiques

L'exposition démontre ainsi le rôle du négociant tant dans la (re)vente d'objets importés, avec le monopole d'importation de ceux en provenance d'Orient, ou fabriqués par des "grands maîtres entrepreneurs" français, tels les ébénistes et ciseleurs doreurs.

S'il pouvait les revendre en l'état, il leur apportait souvent une valeur ajoutée.

Ainsi procédait-il par assemblage d'éléments "sur mesure" pour répondre à des demandes particulières et à la vogue du moment en recyclant son stock ou en pratiquant un enjolivement du produit avec, par exemple, "le fleurissement", l'apposition de fleurs sur des porcelaines, qui répondait à la très prisée esthétique "rocaille".

De même, il pouvait s'investir comme maître d'oeuvre dans l'élaboration de véritables projets décoratifs livrés "clé en main" dont il gérait la sous-traitance auprès d'autres corporations et artistes.

Cette thématique muséographique qui se prolonge dans les collections permanentes du musée permet de redécouvrir les richesses du lieu.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Cognacq-Jay

Crédits photos : MM avec l'aimable autorisation du Musée Cognacq-Jay


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=