Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'arme invisible de la Françafrique, Une histoire du franc CFA
Fanny Pigeaud & Ndongo Samba Sylla  (Editions de La Découverte)  septembre 2018

Une fois n’est pas coutume, j’ai décidé de me plonger dernièrement dans un livre plutôt axé sur l’économie, moi qui habituellement préfère m’intéresser aux livres d’histoire ou de géographie. L’Afrique est un continent pour lequel j’ai beaucoup d’affection, ce qui explique que j’ai tendance à m’intéresser aux ouvrages qui parlent de ses territoires.

Les éditions de La Découverte viennent de publier un ouvrage fort intéressant sur le franc CFA, L’arme invisible de la Françafrique, écrit à quatre mains, celles de Fanny Pigeaud et celles de Ndongo Samba Sylla. Fanny Pigeaud est une journaliste indépendante qui collabore notamment à Médiapart. Ndongo Samba Sylla est un économiste, chargé de programme et de recherche au bureau d’Afrique de l’Ouest de la fondation Rosa Luxemburg.

Lorsque ses colonies d’Afrique ont accédé à l’indépendance, à l’orée des années 60, la France a réussi un tour de passe-passe redoutable. Elle a alors officiellement reconnu la souveraineté politique des Etats tout en gardant la mainmise sur leur économie, grâce à une arme aussi puissante qu’invisible : leur système monétaire. Depuis la création en 1945 du franc CFA (franc des colonies françaises d’Afrique), le sigle a évolué et désigne désormais deux monnaies : celle de la "communauté financière africaine" en Afrique de l’Ouest et celle de la "coopération financière en Afrique centrale". Mais c’est toujours Paris qui décide de la valeur externe de ces monnaies. Et la zone franc, qui assurait le contrôle économique des colonies, garantit encore à l’économie française un avantage comparatif sur le continent africain.

Les deux auteurs décortiquent ces mécanismes monétaires et racontent comment les dirigeants français ont combattu tous ceux, experts ou dirigeants africains, qui se sont élevés contre cette servitude monétaire. Depuis quelques années, le franc CFA est également l’enjeu de luttes populaires. Conscients que les questions économiques sont éminemment politiques, les citoyens africains sont de plus en plus nombreux à réclamer leur pleine souveraineté monétaire.

Ce livre, d’un peu plus de 200 pages est franchement accessible pour tous ceux qui ne sont pas des spécialistes de l’économie et de la monnaie. Didactique, il commence par nous montrer que cette monnaie est un vestige colonial pour ensuite nous dresser une présentation claire du système CFA reposant sur quatre principes. Les résistances et les représailles à ce système sont alors évoquées dans un chapitre construit autour de nombreux exemples. On voit alors une France qui tient absolument à conserver ce système, qui n’hésite pas à le dévaluer avec l’appui du FMI pour garder intact ses intérêts et en faire l’outil indispensable de la Françafrique.

L’ouvrage se termine en nous montrant une évidence terrible, celle qui permet de dire que cette monnaie est un obstacle flagrant au développement du continent africain car le système du franc CFA impose quatre handicaps aux économies des pays africains qui l’utilisent. La France maintient alors un statu quo qui devient de plus en plus intenable face à des populations africaines qui commencent à contester ce franc CFA.

Erudit et didactique, le dernier ouvrage de Fanny Pigeaud et Ndongo Samba Sylla illustre parfaitement les relations de soumission économique qui existent encore entre la France et ses anciennes colonies d’Afrique noire. Il nous incite à réfléchir sur ce que l’on souhaite vraiment : continuer à exploiter l’économie de ces pays ou leur laisser enfin la chance d’être maître de leur destin économique.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Ndongo Samba Sylla


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=