Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Miró
Grand Palais  (Paris)  Du 3 octobre 2018 au 4 février 2019

La Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais présente "la" grande exposition d'ouverture de la saison muséale 2018-2019 avec la rétrospective en 150 peintures, dessins, céramiques et sculptures de l'oeuvre du maîte catalan Joan Miró.

La monstration simplement intitulée "Miró" dont le commissariat est assurée par Jean-Louis Prat, ancien directeur de la Fondation Maeght (1969-2004), membre du Comité Joan Miró et ami de l?artiste, se développe sur deux niveaux dans un parcours chronologique à la scénographie "white cube" réalisée par l'Atelier Maciej Fiszer.

Ainsi se dévide le fil de sept décennies d'une création majeure dans l'Histoire de l'Art de la première moitié du 20ème siècle qui navigue entre figuration et abstraction et retrace un rapport au monde entre tellurisme et onirisme, réalisme visible et abstraction poétique signée par celui se voulait "l'assassin de la peinture" et dont la vision de l'oeuvre était celle d'"un poème mis en musique par un peintre".

Joan Miró, les pieds sur terre et la tête dans les étoiles

Contemporain de Matisse et de Picasso, Joan Miró a réalisé une oeuvre prolifique résultant d'une production intense et plus complexe qu'il n'y paraît en raison de l'effervescence de son invention plastique.

En effet, elle résulte d'une combinatoire atypique entre l'art catalan, l'attraction pour la palette chromatique saturée du fauvisme, la tentation cubiste, le surréalisme pour l'alchimie des formes et des lignes qui irrigue son langage pictural, l'expressionnisme abstrait pour la dimension spatiale de ses triptyques et même le Nouveau réalisme avec ses toiles brulées.

Son oeuvre oscille entre la figuration et l'abstraction lyrique, le tellurisme et l'onirisme, l'infiniment petit et l'infiniment grand, pour traduire son univers intime et sa cosmogonie. Ainsi à la réalité visible Miró substitue la figuration fantastique des "Paysages imaginaires" scellant la symbiose de la nature, de la faune et de l'homme.Ce qu'il pratique également dans la série de gouaches les "Constellations" à laquelle s'ajoute l'expérimentation sur les effets de texture.

Mais si le peintre crée sa planète-refuge, "le miromonde", il est néanmoins rattrapé par le principe de réalité et happé par les événements politiques et historiques de la première moitié du 20ème siècle : la montée du fascisme qui se traduit dans le cycle des "Peintures sauvages" et la guerre d'Espagne avec les "Peintures sur masonite" puis plus tard en réaction contre les exactions franquisme avec le Triptyque du condamné à mort.

Celui-ci constitue la deuxième série des "Grands Formats" après "Les Bleus" de 1961 sur le thème du ciel qui entre en résonance avec l'abstraction à l'américaine.

Dans les années 1950-60, Miró privilégie l'art en trois dimensions et puise dans ses origines catalanes pour, oeuvrant dans la céramique, réaliser les superbes "Terres de grand feu" en exemplaire unique.

Ensuite, il renoue avec la sculpture-objet expérimentée dans les années 30 avec ses "constructions" qui ressort à l'assemblage et au recyclage de matériaux divers à la manière du Nouveau Réalisme.

Il renoue également avec la figuration stylisée pour ses motifs de prédilection que sont notamment la femme et l'oiseau parfois réunis dans d'amusants assemblages.

L'exposition se clôt sur l'oeuvre ultime du peintre alors nonagénaire qui se révèle en proie à ses préoccupations ultimes avec l'invasion violente de la couleur noire et la reprise de la pratique de la carbonisation et de la lacération.

Et des toiles telles "Les oiseaux de proie foncent sur nos ombres" ou "Silence" s'avèrent éloquentes.

A ne pas rater l'oeuvre graphique de Miró, qui fut conséquente, avec les lithographies réalisées pour ses amis poètes et écrivains tel Tristan Tsara pour son recueil "Parler seul", pour "A toute épreuve", celui de Paul Eluard ou les eaux fortes pour le recueil "Adonidès" de Jacques Prévert.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Grand-Palais

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de la RMN-Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=