Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Sunday Drivers - Mudflow
Elysée Montmartre  (Paris)  13 octobre 2005

C'est dans un Elysée Montmartre amputé de moitié par de grands rideaux que se produit se soir l'attraction festivalière du moment : le groupe ibérique au nom anglais The Sunday Drivers.

Mais pour commencer la soirée, le rock est invité par la pop. Depuis quelques temps, tout ce qui est rock nous vient de Belgique. Et pour ne pas contredire ce nouvel adage, c'est Mudflow qui ouvre la soirée.

Après avoir joué cet été à Paris Plage, le groupe bruxellois a migré vers Pigalle pour assurer la première partie des Sunday Drivers, avec son rock énervé et assez sombre. Associant le visuel, des images défilent derrière le groupe allant, suivant la chanson, d'un remake de "Le cercle" à un film tendance road movie. La musique est accrocheuse et les décibels déferlent rageusement à travers les enceintes.

Pendant l'entracte, la demie salle finit doucement de se remplir mais le risque de suffocation par compression thoracique semble écarté pour ce soir. Sûrement faute à une date trop rapprochée de leur dernière venue en France (lors du festival Rock en Seine) et au passage radio d'un unique single, le concert de ce soir de The Sunday Drivers n'a pas rameuté le public escompté. Qu'importe, cela donne une ambiance de show case, et l'atmosphère n'en est que plus conviviale.

Le groupe arrive sur scène et enchaîne tout de suite par "I ain't down", morceau rythmé où le groupe dispense toute son énergie.

Heureux d'être là, le groupe fait passer sa bonne humeur. On est en plein 60' avec "Can't you see" et ses vocalises d'intro à la Beach Boys et son refrain à la Beatles.

Alors que "Tears and Years" lorgne du côté country, "Only in the dark days" lance le mouvement psychédélique avec orgue Hammond en prime.

Lyndon, seul non espagnol du groupe, accompagne en alternant, clavier guitare acoustique ou pedal steel ce qui accentue parfois le côté folk-country à la limite de la caricature.

Ça pourrait paraître un peu too much par moment mais on a du mal à leur en vouloir tant ils apportent leur fraîcheur.

Le chanteur répète plusieurs fois leur bonheur d'être en France pour leur première tournée ici et dans un français bien meilleur que mon espagnol donne dans le "C'est comme un rêve! ".

Puis dès les premières notes du très attendu et entendu "Oh my mind", le public s'anime pour le morceau emblématique du groupe, qui même si l'on a frôlé l'overdose radiophonique a toujours un effet certain.

Pratiquement tout leur album A little heart attacks y passe, avec cependant une excursion du côté de leur premier opus, non édité en France, avec le morceau "Time, Time, Time". Présentant leur prochain single en terme de chanson romantique, sur l'amour impossible, le groupe déroule son "Love, Our Love". Quelques briquets isolés tentent un éclairage timide et le public se laisse entraîner par la ballade.

Le dernier morceau de l'album, "Little heart attacks", aux guitares alanguies est également le dernier du concert (tout du moins avant rappel).

Le "Lalala", déjà présent sur l'album est repris à capella par le public pour la plus grande joie du groupe.

Le rappel sera l'occasion, pour Jéro, le guitariste chanteur, de présenter sa théorie de "la chanson que l'on n'écoute jamais sur un album". Pour le leur il s'agirait de "Dark does die" qu'il entame dans une version toujours entièrement acoustique.

Le groupe le rejoint ensuite pour l'ultime morceau, une reprise de "Your time is gonna come" de Led Zeppelin, qui dans un registre plus enjoué peut supporter sans complexe la comparaison.

Alors que la salle commence déjà à se vider, un ultime rappel ramène le groupe sur scène pour un salut collégial.

Le concert est à l'image de leur musique, simple et mélodique, mais irrésistiblement sympathique et entraînant.

Playlist du concert

1-I Ain't down
2-Can't you see
3-Hate yourself
4-Tears and Years
5- Love, our love
6-Only in the dark days
7-Often
8- Time ,Time ,Time
9-On my mind
10-Little heart attack
11-Dark does die
12-Your time is gonna come

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Little Heart Attacks de The Sunday Drivers
La chronique de l'album Tiny Telephone de The Sunday Drivers
The Sunday Drivers en concert au Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (vendredi)
The Sunday Drivers en concert au Festival Art Rock 2005 (Vendredi)
The Sunday Drivers en concert à l'Ubu (10 octobre 2005)
The Sunday Drivers en concert au Poste à Galène (21 octobre 2005)
The Sunday Drivers en concert au Festival International de Benicassim 2006 (jeudi)
The Sunday Drivers en concert à La Maroquinerie (28 novembre 2007)
The Sunday Drivers en concert au Festival International de Benicàssim #16 (samedi 17 juillet 2010)
L'interview de The Sunday Drivers (15 mars 2005)
L'interview de The Sunday Drivers (13 octobre 2005)
L'interview de The Sunday Drivers (21 mars 2007)

Crédits photos : JyL


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=