Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Sunday Drivers
Interview  (Paris)  13 octobre 2005

Arrivant directement de Rennes, où le groupe avait donné un concert en début de semaine, je retrouve les six membres de The Sunday Drivers* alors qu'ils descendent à peine de leur minibus.

Direction la cantine de leur hôtel pour une interview avec le groupe au grand complet, à la veille de leur concert parisien.

Votre histoire ressemble un peu à un conte de fée !

Fausto : C'est vrai que nous avons été très chanceux de pouvoir jouer dans de nombreux festivals l'année dernière et celle d'avant encore, mais ce n'est pas vraiment un conte de fée. Nous avons beaucoup travaillé et ce depuis des années. Nous avons eu de la chance d'être bien entouré, un bon manager et une bonne maison de disque en Espagne et en France.

Vous nous avez donné une interview juste avant la sortie de votre album, Little Heart Attack, en avril, que s'est il passé depuis ?

Jéro : Nous étions venus juste avant la sortie de l'album en France et nous ne savions pas alors ce qui allait arriver. Nous avions joué dans des festivals et nous voyions que les gens commençaient connaître notre musique. Nous sentions qu'il se passait quelque chose.

Mais c'est seulement maintenant, lors de cette tournée, que nous allons voir si le travail que nous avons fait a marché. Nous réalisons tout juste ce qui nous arrive.

Lyndon : Oui, mais dans les festivals, les gens venaient voir d'autres groupes plus connus, pas spécialement pour nous. C'était une chance de jouer devant tant de personnes. La plupart ont du aimer sans plus, mais quelques uns ont du se dire qu'ils reviendraient nous voir.

Vous avez joué aux Vieilles Charrues et Rock en seine, quels groupe vous ont le plus impressionnés ?

Fausto : Aux vieilles charrues, on a joué juste après Iggy Pop. C'était tard dans la nuit du samedi, et c'était très dur de jouer après lui devant 40000 personnes. Mais malgré la pluie qui tombait, tout le monde est resté et a écouté notre concert. Pour nous, c'était fantastique.

A Rock en Seine on a joué avec les Pixies, Arcade Fire ...

Lyndon : Mais ce n'étaient pas les mêmes scènes, ce ne n'est pas comme si on avait joué exactement au même endroit. En général, il n'y a pas trop de relations avec les autres groupes. Ils jouent, et nous, nous sommes dans nos loges. En plus, ce n'est pas comme si on était avec des groupes dont nous sommes vraiment fans. Là, ce ne serait pas pareil.

Mais pour moi, et j'en suis désolé (rires) jusqu'à présent ça ne s'est pas encore passé.Si, l'année dernière peut être à Bénicassim avec Brian Wilson. Par contre si Robert Plant joue, alors là c'est sûr je serai dans les coulisses... En fait lors des festivals, on n'a pas trop le temps de voir les autres groupes....

Vous n'en avez pas assez que l'on vous dise que votre musique sonne comme les 60' , les Beatles ?

Julian : On en a vraiment rien à faire ! On joue la musique que l'on aime, que l'on écoutait lorsqu'on a commencé . Mais maintenant je pense aussi que si on écoute attentivement les groupes, on trouvera toujours une mélodie qui a déjà été faite. Tout le monde remixe ce qu'il aime. Nous on aime la musique des 60' et 70' , et les chansons nous arrivent comme ça.

Lyndon : On a l'habitude d'avoir cette comparaison en Espagne aussi, mais on ne sait pas vraiment ce qui se dit en France.

Passez vous un peu plus dans les médias espagnols depuis votre reconnaissance ?

Jéro : C'est difficile car en Espagne les radios sont soit indépendantes soit généralistes. Et les radios généralistes ne sont pas intéressées par des groupes espagnols qui chantent en anglais.

Mais ne chanterez vous jamais en espagnol ?

Lyndon : Vu la musique que l'on fait, ce serait une mauvaise idée.

Pourtant j'ai vu Deluxe cet été à Benicassim, qui fait de la pop comme vous et il alterne anglais et espagnol !

Jéro : Il a beaucoup changé ! Toutes les chansons de son premier album étaient en anglais, son deuxième n'en comptait que quelques unes et le troisième aucune.

Lyndon : Et le prochain n'aura pas de paroles ! (Rires)

Jéro : C'est son choix, nous avons fait le notre et ça marche bien comme ça.

Parlez nous de votre prochain album !

Fausto : Après la tournée en France, nous allons travailler dessus pour jusqu'à l'été prochain. On a pas encore de chansons de prêtes, justes des idées ...

Le prochain single qui sortira en France va être "Love, Our love", qu'en pensez vous ?

Jéro : Personnellement, j'aime beaucoup cette chanson, et je pense que c'est un bon choix !

Lyndon : C'est sans doute une des chansons les plus différentes de "Oh my mind". Ce titre a pu donner une image fausse de notre musique et laisser de côté notre sensiblité acoustique, soft... romantique.

*Guitare / Chant : Jéro Romero
Guitare / Chant : Fausto Pérez
Basse : Miguel de Lucas
Batterie : Carlos Pinto
Synthétiseur / Guitare slide : Lyndon Parish
Orgue Hammond : Julian Maeso

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Little Heart Attacks de The Sunday Drivers
La chronique de l'album Tiny Telephone de The Sunday Drivers
The Sunday Drivers en concert au Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (vendredi)
The Sunday Drivers en concert au Festival Art Rock 2005 (Vendredi)
The Sunday Drivers en concert à l'Elysée Montmartre (13 octobre 2005)
The Sunday Drivers en concert à l'Ubu (10 octobre 2005)
The Sunday Drivers en concert au Poste à Galène (21 octobre 2005)
The Sunday Drivers en concert au Festival International de Benicassim 2006 (jeudi)
The Sunday Drivers en concert à La Maroquinerie (28 novembre 2007)
The Sunday Drivers en concert au Festival International de Benicàssim #16 (samedi 17 juillet 2010)
L'interview de The Sunday Drivers (15 mars 2005)
L'interview de The Sunday Drivers (21 mars 2007)

En savoir plus :

Le site officiel de The Sunday Drivers


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=