Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Raveonettes
Pretty in black  (Columbia)  octobre 2005

Evolution naturelle, prise de risques, hommage, réussite…

Voilà autant d'expressions que l'on pourrait utiliser pour décrire Pretty in black ce nouvel album des Raveonettes.

Le deuxième pour certains, le troisième pour ceux qui comme moi considère le EP Whip it on comme leur premier album qui, ceci dit en passant, est absolument indispensable.

Evolution d'abord car ce duo danois a su en l'espace de 2 disques modifier sa formule et s'est désormais transformé en un vrai quintet, avec guests en plus mais nous en reparlerons !

Prise de risques parce que passer de la formule duo à un vrai groupe rock n'est sans doute pas chose facile, la solution de facilité aurait sans doute été le statu quo et se greffer sur la mode des White S. et autres Kills tout en continuant de cracher les décibels saturés à la façon des frangins Reid.

Prises de risque aussi car le groupe change de registre. Même si précédemment, se cachait derrière le mur du son un fort penchant pour les années 60, voire 50 et leurs fameux films de série B (la pochette de Whip it on est exemplaire sur ce point), les Raveonettes ont pris avec ce Pretty in Black un vrai tournant en mettant à la porte les saturations pour nous proposer de superbes mélodies sixties comme on n'en fait plus même aux Amériques et qui ressemblent à des standard oubliés que même Sheila n'ose plus reprendre depuis longtemps.

Hommage bien évidemment puisque cet album est donc résolument tourné vers les années 60. Bien plus qu'un hommage d'ailleurs puisque non contents de composer et interpréter leur chansons dans la plus pur veine spectorienne, les Raveonettes s'offrent le luxe et le bonheur de collaborer avec les plus grands de l'époque. Et quand je dis les plus grands, je devrais dire les plus grandes puisque ce sont Moe Tucker (mythique batteur des Velvet Underground) et Ronnie Spector (épouse de Phil et chanteuse des Ronettes) qui posent percussions ("Red tan") et chants ("Ode to L.A") sur cet album.

Mais plus proche de notre époque c'est Martin Rev de Suicide, autre idole des Raveonettes qui vient également prêter main forte à quelques morceaux de Pretty in black notamment "Here comes Mary" dont l'effet Jesus and Mary Chain (habituel sur les précédents albums du groupe) arrive en parfait contrepoint au reste de l'album.

Hommage enfin aux séries B désuètes et qui font parties de l'univers visuels des Raveonettes (les pochettes de leurs disques rappellent toutes des affichent de films et le logo du groupes a l'aspect des titres de films d'épouvantes de l'époque) sur le "Twilight" dont le titre est à lui seul déjà suffisamment évocateur de l'ambiance sonore du morceau.

Si on rajoute à tout cela des titres entre deux eaux (mi noisy et mi sixties) comme "Somewhere in Texas", "Love in a trashcan", "Sleepwalking" (lui aussi très JAMC) ou encore la très tendre et romantique ballade finale "If I was young" on obtient un des albums les plus réussis et inattendus de cette rentrée à ranger tout près de celui de Richard Hawley qui lui aussi passe les sixties à la moulinette pop moderne.

Et tant pis pour ceux qui ne verraient là qu'effet de mode vintage.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Whip it on de the Raveonettes
La chronique de l'album Raven In The Grave de The Raveonettes
The Raveonettes en concert au Festival International de Benicassim 2005 (samedi)
The Raveonettes en concert au Festival La Route du Rock 2005 (samedi)
The Raveonettes en concert à La Maroquinerie (20 septembre 2007)
The Raveonettes en concert au Festival La Route du Rock 2008 Collection Hiver
The Raveonettes en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
L'interview de The Raveonettes (13 août 2005)

En savoir plus :

Le site officiel de The Raveonettes


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=