Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Silesian Quartet and Friends
Grazyna Bacewicz : The Two Piano Quintets - Quartet for four violins - Quartet for four cellos  (Chandos)  avril 2018

"I do not agree with a statement that I hear quite often that if a composer discovered his own musical language he should adhere to this language and write in his own style. Such an approach to this matter is completely foreign to me, it is identical with the resignation from progress, from development. Each work completed today becomes the past yesterday. A progressive composer would not agree to repeat even himself. He has to not only deepen and perfect his achievements, but also broaden them. It seems to me, that for instance in my music, though I do not consider myself an innovator, one can notice a continuous line of development. […] My compositional workshop and the emergence of the work is for me something personal and intimate. Contemporary composers, and at least a considerable number of them, have a different stance. They explain what system they used, in what way they arrived at something. I do not do that. I think that the matter of the way by which one arrived at something is, for the listeners, unimportant. What matters is the final result, that is the work itself." Grazyna Bacewicz

Molto espressivo, voilà qui caractérise bien la musique de Grazyna Bacewicz, compositrice Polonaise de la première moitié du XXème siècle (1909-1969). Comme Frédéric Chopin, Grazyna Bacewicz est issue d’une famille avec une double nationalité avec un père lituanien et une mère polonaise. Une famille de musiciens. Elle a choisi de devenir polonaise, mais son frère Witold est retourné à Vilnius avec son père et a émigré aux États-Unis en tant que compositeur. Elle fait ses études de violon, piano et composition au conservatoire de Varsovie. Karol Szymanowski, professeur au Conservatoire lui conseille comme à d’autres étudiants en composition d'aller à Paris étudier avec Nadia Boulanger. Elle travaillera donc la composition avec Boulanger et le violon avec André Touret et Carl Flesch.

À cette époque, elle adopte un style néoclassique pour son langage de composition et devient la première compositrice polonaise à atteindre une stature nationale et internationale. Dans les années 1930, elle est la violoniste principale de l'orchestre de la radio polonaise sous la direction du chef d'orchestre Grzegorz Fitelberg. C’est avec cet orchestre qu’elle jouera sa propre musique, notamment le Concerto pour violon n° 1 et Three Songs pour ténor et orchestre. Pendant la guerre, elle a vécu à Varsovie, continuant à composer et à donner des concerts clandestins. Après la guerre, elle devient professeur au Conservatoire national de musique de Lodz. Au cours de la période stalinienne de 1945 à 1955, Bacewicz est soumise à un contrôle idéologique et esthétique du nouveau gouvernement socialiste. Mais cela ne l’empêchera pas de s’épanouir dans la composition pour ne plus devenir à partir des années 50 que son seul travail.

Quel que soit le genre : symphonique, concertos, ballets, opéra, musique de chambre (qui au cœur de son catalogue), son langage (du néoclassicisme à des choses plus abstraites, plus fragmentaires sans jamais vers l’atonalité pure) possède une réelle intensité, quelque chose qui ne vous lâche plus, une force dans l’écriture. Qui dépasse même cette écriture. C’est souvent une tempête. On la retrouve aussi bien dans le quintet n°1 pour piano et quatuor à cordes que dans le second où se dégagent des forces contraires. Elle est aussi présente dans le quatuor pour quatre violons aux nombreuses textures différentes comme dans l’audacieux quatuor pour quatre violoncelles. Une grande dame de la musique Polonaise auquel ce disque rend un bien bel hommage.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Silesian Quartet
Le Facebook de Silesian Quartet


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=