Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Vie devant soi
Théâtre Jean Arp  (Clamart)  novembre 2018

Spectacle conçu et mis en scène par Simon Delattre d'après le roman éponyme de Romain Gary, avec Nicolas Goussef, Maia Le Fourn et Tigran Mekhitarian.

C'est toujours un plaisir de retrouver Madame Rosa et Momo, le couple de "La Vie devant soi". Au-delà de l'anecdote Ajar-Gary, une des mystifications les plus réussies de l'histoire littéraire et qui fit de Romain Gary le seul écrivain affublé de deux "Prix Goncourt", le roman d'Emile Ajar est entré dans le cercle fermé des "classiques modernes". Il est donc très difficile de vouloir en faire une nouvelle version et d'y apporter son éclairage.

Spécialiste de la marionnette, Simon Delattre était ainsi attendu au tournant puisqu'il a conçu un projet hybride où se mêlent acteurs et marionnettes. S'il a mis l'accent particulièrement sur Momo (Tigran Mekhitarian), le petit arabe que Madame Rosa (Maïa Le Fourn) aime comme un fils et qui fait du Céline sans le savoir, on peut dire qu'il respecte le texte de Romain Gary et le contexte de son roman.

Les scénographes Tiphaine Monroty et Morgane Bullet ont conçu un "appartement-cage" dans lequel vit Madame Rosa. Elle y accède par un escalier aux marches aléatoires.

Cette double structure occupe le milieu de la scène, le reste étant presque vide sauf derrière l'escalier où repose la marionnette de Monsieur Hamil (Nicolas Gousseff) et au premier plan le micro et la guitare électrique où officie la chanteuse Nabila Mekkid du groupe Nina Blue. La présence de celle-ci est finalement le seul apport nouveau de cette version. Elle ponctue les saynètes de sa voix joplinienne, habillée comme pouvait l'être Madame Rosa "quand elle défendait son cul" selon les mots de Momo.

On peut lire dans ce personnage supplémentaire le choix de l'adaptateur Yann Richard pour le "grotesque" plutôt que pour l'humain et l'émotion. Pour jouer Madame Rosa, Maïa Le Fourn est engoncée dans une structure en mousse avec d'énormes jambes et un tronc digne de Falstaff. Cela ne facilite pas les échanges avec Momo, qui lui, est le seul personnage "normal".

Tigran Mekhitarian est très convaincant avec un côté Jamel Debbouze assez assumé. Il est le centre d'un monde où les autres sont des marionnettes (le docteur, Monsieur Hamil) ou des caricatures (Madame Rosa, la chanteuse). Il fait passer l'essentiel du propos même si on aurait aimé des rapports plus forts avec Madame Rosa, rapports rendus difficiles par le choix de la rendre "difforme".

C'est dommage car Maïa Le Fourn est parfaite dans ce qu'on lui donne à faire. Sans doute Simon Delattre a-t-il eu peur du "pathos" et du "mélo", s'il restait sur la ligne de crête du réalisme. Et pourtant, "La Vie devant soi" est un hymne à l'amour caché derrière une farce exubérante dans laquelle il faut que les larmes finissent par couler.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=