Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Grayson Perry - Vanité, Identité, Sexualité
Monnaie de Paris  (Paris)  Du 19 octobre 2018 au 3 février 2019

La Monnaie de Paris présente en partenariat avec le Musée Kiasma d’Helsinki et le soutien de la Galerie Victoria Miro de Londres la première exposition monographique de l'artiste britannique Grayson Perry à la notoriété tant nationale - il a notamment reçu le prestigieux Turner Price en 2003 et a été intronisé en 2012 au rang des membres de la Royal Academy of Arts - qu'internationale.

Ironiquement intitulée "Vanité, Identité, Sexualité" sur le mode de la devise républicaine française et conçue sous le commmissariat de Lucia Pesapane, commissaire d’exposition à la Monnaie de Paris, elle se décline dans un parcours thématique en dix sections qui synthétise le champ d'exploration et de réalisation personnelle d'un créateur atypique qui se positionne en trublion anticonformiste* qui correspond à a conception de l'artiste.

Grayson Perry behind the mirror

Grayson Perry se présente comme un artiste-travesti, soit, indique-t-il, un homme qui porte une robe, ce qui toutefois ne doit pas être considéré comme un performance, et intervient, précise-t-il, en tant que "intellectuel organique" au sens défini par le philosophe italien Antonio Gramsci, comme investi de la mission de "développer de façon critique l'activité intellectuelle" non dans le champ formel privilégie par l'art contemporain, dont notamment celui de ses compatriotes générationnels des British Young Artists dont il se démarque mais dans l'expérimentation sociale et politique.**

Usant des médiums traditionnels, de la poterie à la tapisserie, et d'un humour typiquement british qu'il applique même à l'égard de Sa Très Gracieuse Majesté ("Queen's bitter", "Comfort blanket"), il dresse des chroniques sans concession du monde moderne et épingle les phénomènes de société contemporains.

Mais cette approche est largement conditionnée par un ancrage autobiographique, patent et assumé, lié à sa naissance dans un milieu populaire, son enfance dysfonctionnelle et son appétence pour le travestissement qui ont déterminé, sur le mode de l'expression "Me, Myself and I", une trinité quasi mystique "Me, Claire and Ale" qui chapeaute sa cosmogonie, avec des cartes au graphisme des siècles passés dont une carte des affects inspirée de la Carte du Tendre ("Map of nowhere", "A Map of Days") et ses mythologies personnelles.

Grayson Perry, qui se représente également en odalisque transgenre ("Recycling artist"), se travestit en femme mais d'une manière très particulière car après avoir usé de l'apparence de femme au foyer de la middle class ("Claire as the Mother of all the battles", "Claire at the Tate Gallery", "Claire with X92"), qui évoque les métamorphoses de la photographe Cindy Sherman, il a ensuite opté pour le "costplay" avec des tenues de petite fille modèle du style "kawaï" revisitées dans un genre pop-trash.

Ainsi apparaît-il sur l'affiche de l'exposition qui, au demeurant, commence par une sélection de la garde-robe de son avatar féminin prénommée Claire qui constitue un véhicule haut en couleurs pour explorer les problématiques de la question du genre.

La seconde figure majeure est celle de Alan Measles, son doudou transitionnel qui tout en conservant son apparence de teddy bear en peluche est érigé en figure héroîque et déique ("Vote Alan Measles for God", "Wise Alan", "Prehistoric Gold Pubic Alan Dogu", "Alan Measles on horseback") et accompagne souvent Claire dans ses pérégrinations ("Alan and Claire visit the Trust belt").

Ce qui induit un de deux grands axes de sa réflexion artistique, celui sur l'identité individuelle pour esquisser des alternatives à la sexuation de la société qu'il décline en questionnement de l'idéal masculin, en remise en cause du modèle conventionnel de virilité, et en revendication de reconnaissance de la part féminine qui existe en chaque homme pour élaborer une nouvelle masculinité ("Women of Ideas", "Precious Boys", "I Am a Man", "Good and Bad taste").<

Le second axe est celui du questionnement sociétal et de l'approche politique du collectif. Grayson Perry épingle les dérives sociétales tels le consumérisme et le snobisme social, avec la stigmatisation de la société de l'image et des modes ("The Ultimate Consumer Durable", "Style Riot"), la xénophobie à l'égard des migrants "Comfort Blanket"), le repliement autarcique avec le Breixit ("Matching Pair", "Battle of Britain"),le clivage social et la violence urbaine ("The Agony in the car park").

Au plan formel et stylistique, Grayson Perry se situe dans la pratique du "recycling art" qui consiste à revisiter les traditions artistiques de toutes les époques ainsi que les médiums et iconographies traditionnels voire académiques pour les décliner sur des sujets contemporains et ce par voie syncrétique.

Ainsi sont présentées deux sculptures ("Our Mother", "Our Father") qui évoquent les bronzes africains et de nombreux vases en céramique émaillée, dont les formes s'inspirent de celles des poteries antiques, dont la quasi intégralité de la surface est recouverte de dessins en creux effectués par la technique du sgraffite auxquels s'ajoutent, et entre autres, textes manuscrits, calligraphies, pochoirs et transferts photographiques.

Cette hantise du vide et ce fossonnement décoratif se retrouve de manière encore plus évidente sur les tapisseries monumentales qui, par le dessin naïf et la palette chromatique pop de couleurs saturées, entrent en résonance notamment avec les oeuvres de Joe Coleman, figure de l'art outsider, les dessins du bédéiste Robert Crumb.

Grayson Perry à un "recyclage" significatif dès lors qu'il utilise l'art ancien de la tapisserie murale destinée aux grandes représentations classiques de la peinture d'histoire, les scènes mythologiques, bibliques et religieuses et la célébration des batailles historiques en leur substituant les drames ordinaires du commun des mortels.

Ainsi les six pièces de la série "The Vanity of Small Differences" qui sont présentées ("The Adoration of the Cage Fighters", "The Agony in the Car Park", "Expulsion from Number 8 Eden Close", "The Annunciation of the Virgin Deal", "The Upper Class at Bay" et "Lamentation".

A voir également la maquette du "Temple for Everyone" construit dans le comté natal de Grayson Perry, celui d'Esssex, dont il a dessiné les plans et réalisé les ornements conçu comme un santuaire dédié à Julie Cope un personnage imaginaire symbole des femmes ordinaires qui sont, et demeurent, l'avenir de l'Homme.

Et à ne pas rater dans la section Historicité consacrée aux médailles anglaises, la médaille d'artiste en forme de pendentif créée par Grayson Perry à l'occasion de cette exposition car elle symbolise sa trinité avec la figure sanctifiée de Alan Measles représenté en tenue militaire bardé de médailles comme un général de république bananière avec Claire couronnée en médaillon et tenant dans la main la plume et le pinceau emblèmes de l'artiste avec pour devise "Imagination Différence Courage Effort".

 
* "There will always be somebody who sees it as their duty to rebel. That's what artists do: we're contrarians". Grayson Perry lors de la Summer Exhibition 2018 de la Royal Academy
** "Mon but est de noter les choses que les autres ne notent pas et d'amener ces choses dans la clarté de la conscience. Mon ambition est d'accroître l'intérêt des gens pour l'art sans abâtardir celui-ci"

En savoir plus :

Le site officiel de la Monnaie de Paris

Crédits photos : MM avec l'aimable autorisation de la Monnaie de Paris


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=