Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Fourberies de Scapin
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  novembre 2018

Comédie de Molière, mise en scène de Emmanuel Besnault, avec Benoit Gruel, Schemci Lauth, Emmanuel Besnault, Deniz Turkmen et Manuel Le Velly.

Après le succès de son adaptation jeune public de Charles Perrault dans "Il était une fois… le Petit Poucet" et de "La vraie fiancée" de Olivier Py, la Compagnie L’éternel été s’attaque avec la fougue, la bonne humeur et le brin de folie créative qui la caractérise à un grand classique de la comédie française, en reprenant "Les fourberies de Scapin" de Molière.

Chants italiens, danses orientales, mimiques loufoques et gesticulations cartoonesques dignes des meilleurs Tex-Avery s’enchaînent avec une fluidité calculée, et à un rythme soutenu pour nous conter, dans le texte original, l’histoire de Léandre et Octave, deux fils de bonne famille tentant de déjouer le courroux paternel de Géronte et Argante grâce aux roublardises de l’ingénieux Scapin.

La mise en scène d’Emmanuel Besnault fait la part plus que belle à la farce et la bouffonnerie par le biais du comique gestuel (bras et jambes pédalant dans le vide, chutes, glissades) et du travestissement, grâce au talent du duo de comédien Schemci Lauth et Manuel Le Velly qui interprètent, pour le premier, Géronte (père de Léandre) et Octave (fils d’Argante) et, pour le second, Argante (père d’Octave) et Léandre (fils de Géronte), dans une transcendance générationnelle en clin d’œil et très à propos.

Faisant preuve tout au long du spectacle d’une inventivité scénique inépuisable, la troupe nous régale de trouvailles amusantes, comme un tableau évoquant un théâtre de marionnette, une intimidation dantesque d’Octave par un monstre tout droit sortie d’un univers d’Heroic Fantasy (interprété par Benoît Gruel en verve et … en voix), ou encore la scène de la bastonnade de Géronte que le spectateur est amené à expérimenter depuis l’intérieur même du sac !

Quant à la scénographie, là encore d’Emmanuel Besnault, on relèvera surtout sa grande ingéniosité, qui n’est pas sans évoquer le théâtre de tréteau italien, grâce à un décor modulable composé de deux pans amovibles, d’un plan incliné et de voilages qui sont utilisés pour suggérer les milles lieux où se déroulent l’intrigue à nombreux rebondissements.

Les comédiens mettent toute leur jeune énergie au service de ce rouleau compresseur comique, dansant, chantant, sautant, chutant sans cesse dans une débauche qui trouve de manière étonnante un équilibre avec un texte préservé et qu’on saisi d’un bout à l’autre de l’œuvre.

Emmanuel Besnault dans le rôle principal de Scapin impose sa voix grave et ses manières chevaleresque, tandis que Benoît Gruel incarne en opposition un Sylvestre benêt et attachant. Le couple Schemci Lauth et Manuel Le Velly en Géronte/Octave et Argante/Léandre fonctionne parfaitement tandis que Deniz Turkmen ne fait pas figuration dans son interprétation de Zerbinette, Hyacinthe et la nourrice.

Quelques morceaux de guitare de Manuel Le Velly viennent donner au spectacle une chaude et suave tonalité méridionale qui se marie fort bien avec les amours contrariés et les rocambolesques aventures de nos jeunes protagonistes.

Ces fourberies de Scapin, drôles, enjouées et réjouissantes séduiront à coup sûrs tous les publics, de 9 à 99 ans.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=