Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Au coeur de la folie
Luca d'Andrea  (Editions Denoël)  octobre 2018

J’ai découvert Luca d’Andrea, cet auteur italien, l’an dernier, avec son premier roman maîtrisé, L’essence du mal, que j’avais pris grand plaisir à lire et à chroniquer. Suite à cette chronique, j’ai eu la chance de pouvoir recevoir son deuxième ouvrage, Au cœur de la folie, toujours publié chez Denoël édition.

Quand on découvre un auteur et que son premier roman nous plaît, on se retrouve avec une double envie, celle de lire le plus rapidement son prochain ouvrage avec la ferme intention d’y prendre de nouveau un immense plaisir. Un an est passé déjà entre les deux ouvrages, j’ai eu l’occasion durant ce temps de découvrir de nouveaux auteurs, de lire de nouveaux polars qui souvent m’ont beaucoup intéressés. Et puis voilà, j’ai reçu Au cœur de la folie, je l’ai lu et la magie a opéré de nouveau.

Ce livre confirme tout le bien que je pensais de cet auteur italien, tout ce que j’ai déjà pu dire sur lui dans la chronique de son précédent livre. je me demande même si ce nouvel ouvrage n’est pas encore plus puissant que le précédent, avec une histoire à nous couper le souffle. Dans son précédent ouvrage, l’auteur flirtait avec le fantastique. Avec Au cœur de la folie, il s’y engouffre avec talent, pour notre plus grand plaisir.

Retour en Italie avec cet ouvrage, toujours dans le Tyrol, lieu de prédilection de cet auteur né à Bolzano. L’histoire se déroule en 1974, quand une femme nommée Marlène décide de fuir le sud-Tyrol à bord d’une Mercedes, laissant derrière elle son mari Herr Wegener, et emportant avec elle les saphirs qui lui avaient été confiés par la puissante mafia locale.

Alors que, devenu fou, il retourne la région pour la retrouver avec l’aide son homme de confiance, Marlene prend un mauvais virage et perd connaissance dans l’accident. Simon Keller, un Bau’r, un homme des montagnes qui élève des porcs, la recueille et la soigne. Marlene se remet petit à petit, dans un chalet isolé, hors de portée des poursuivants infatigables, et fait un jour la connaissance de Lissy, une truie de plus de 400 kilos, enfermée dans une cage spéciale, le grand amour de Simon Keller.

Le livre est construit autour de l’histoire de quatre personnages, de leur passé et de ce qu’ils veulent faire de leur avenir. L’histoire démarre vite et fort, le livre est construit autour de chapitres très courts qui donnent un rythme puissant au livre. On ne s’ennuie pas un seul instant et les temps morts autour de cette traque n’existent pas. Marlène se retrouve coincée entre son mari, son homme de confiance et la mafia qui la traque mais aussi son hôte que l’on découvre au fil des pages comme étant un personnage complexe et terriblement ambivalent, remettant en cause sa sécurité auprès de cet homme. Le titre du livre illustre parfaitement l’ouvrage car le lecteur se retrouve bel et bien au cœur de la folie.

Angoisse, suspense et frayeurs se développent au fil des pages, une tension monte comme dans le livre précédent. Les descriptions de la nature tyrolienne sont aussi très présentes, une fois encore. L’auteur aime les montagnes et les légendes qui sont aussi présentes dans le livre. L’auteur aime enfin construire ses romans autour de personnages offrant une noirceur fascinante.

Au cœur de la folie s’avère donc être un livre incroyable, un ouvrage dans lequel l’écriture nerveuse de l’auteur fonctionne à merveille pour nous offrir un thriller psychologique qui nous plonge dans l’angoisse au fil des pages. Le lecteur se retrouve tenu en haleine du début jusqu’ à la fin, en nous faisant passer par différents états. Brillant, maîtrisé et addictif, voilà trois mots qui complètent parfaitement tout le bien que je viens de dire de cet ouvrage et de cet auteur, qui continue donc à me surprendre.

On peine à poser le livre sur notre table de nuit tant il est compliqué de s’en séparer. Les 430 pages se dévorent et de nouveau, on se retrouve maintenant à attendre un nouvel ouvrage de Luca d’Andrea, peut-être dans un an, s’il poursuit le rythme qui conduit son écriture.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "L'essence du mal" du même auteur


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 janvier 2019 : La Culture n'est pas en solde

Au sommaire cette semaine, du live, du livre, des films, des disques, des découvertes et des oeuvres de légendes et des spectacles à foison. C'est parti pour le sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"Origami harvest" de Ambrose Akinmusire
"La fille de l'air" de Evelyne Gallet
"Egdes" de F/LOR
"Chemin vert" de Joseph Fisher
"Lignes parallèles : Haydn, Lipatti, Mozart" de Julien Libeer et les Métamorphoses et Raphael Feye
"Bien avant que le soleil se lève" de Screamming Kids
"Transparence" de TOOOD (That Obscure Object Of Desire) à retrouver également en interview ici même mais aussi pour une superbe session électrique de 4 titres à prolonger par leur passage dans l'émission Trifazé de Radio Campus à réécouter ici
"The white album" de The Beatles
"Scenario" de Ysé Sauvage
et toujours :
"Maté / Vallancien" de Philippe Maté et Daniel Vallancien
"Princess Thailand" de Princess Thailand
"Peninsular II (The bridge)" de Robin Foster
"Zoot suite Vol 2" de Zoot Octet
"Punk rock academy" de Les Rois de la Suède
"4 A M" de Bryan's Magic Tears
"C'est un joli nom camarade", l'Empreinte de Ferrat
et toujours :

Au théâtre :

les premiers spectacles de l'année :
"Ervart" au Théâtre du Rond-Point
"Naufragé(s)" au Théâtre du Rond-Point
"Samo, a Tribute to Basquiat" au Théâtre de la Tempête
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" à l'Espace Cardin
"Pavillon noir" au Centquatre
"King Lear Remix" au Théâtre de Belleville
"Roi et Reine" au Théâtre de Belleville
"Paulina" à la Manufacture des Abesses
"Ma Chanson de Roland" au Théâtre Les Déchargeurs
"Les Soliloques du pauvre" au Théâtre Les Déchargeurs
"Comme disait mon père..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Le Journal d'un fou" au Théâtre Les Déchargeurs
"Un Coeur sauvage" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et les reprises:
"Et si on ne se mentait plus ?" au Théâtre Tristan Bernard
"Sulki et Sulku ont des conversations intelligentes" au Théâtre du Petit Saint Martin
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"Monsieur Fraize" à l'Européen
et les autres spectacles à l'affiche en janvier

Expositions avec :

avec la dernière ligne droite pour :
"Artistes à Montmartre, lieux et ateliers mythiques" au Musée de Montmartre

les films de la semaine :
Oldies but goodies avec :
"La Garçonnière" de Billy Wilder
et "Les Nuits de la pleine lune" de Eric Rohmer dans le cadre des rétrospectives à la Cinémathèque française
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"Des hommes couleur de ciel" de Anais Llobet
"La femme de marbre" de Louisa May Alcott
"La transparence du temps" de Leonardo Padura
"Les couleurs de Fosco" de Paola Cereda
"Oiseau de nuit" de Robert Bryndza
"Philo & co : A la poursuite de la sagesse" de Michael F Patton et Kevin Cannon
"Vesoul, le 7 janvier 2015" de Quentin Mouron
"Vigile" de Hyam Zaytoun"
et toujours :
"Avalanche hôtel" de Niko Tackian
"Dans l'ombre du brasier" de Hervé le Corre
"Le vieil homme et son chat, tome 1" de Nekomaki
"On dirait que je suis morte" de Jen Beagin
"Pygmalion" de Sandrive Revel
"Tête de tambour" de Sol Elias
"Un bref désir d'éternité" de Didier Le Pêcheur
"Un cadenas sur le coeur" de Laurence Teper

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=