Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Munkey Diaries (1957-1982)
Jane Birkin  (Editions Fayard)  octobre 2018

"En relisant mes journaux, il me semble flagrant qu’on ne change pas. Ce que je suis à 12 ans, je le suis encore aujourd’hui. Les journaux sont forcément injustes, on montre ses cartes, il y a des versions de tout, mais là, il n’y a que la mienne. J’ai pris comme principe de ne rien arranger, et croyez-moi, j’aurais préféré avoir des réactions plus sages que celles que j’ai eues...". Jane Birkin

On connaît tous Jane Birkin, elle fait partie de notre paysage artistique depuis bien longtemps, de par sa carrière d’artiste, sa vie de couple autour de l’icône Serge Gainsbourg mais aussi au travers de ses enfants devenus aussi artistes.

C’est donc son journal intime qu’elle nous propose avec la parution de son Munkey Diaries que viennent de publier les éditions Fayard. L’ouvrage rassemble les journaux intimes de Jane Birkin entre 1957 et 1982 qu’elle a choisis, rassemblés et traduits. Un second volume devrait voir le jour couvrant de 1982 jusqu’au décès de sa fille Kate.

L’artiste à commencer à écrire son journal à partir de 11 ans, adressé à Munkey, son confident, un singe en peluche qu’elle avait gagné à une tombola. Il a dormi à ses côtés, il a partagé sa vie aux côtés des hommes qu’elle a aimés. Il a été le témoin de ses joies et de ses peines. Devant la dévastation de ses enfants, elle a fait le choix de le déposer dans les bras de Serge Gainsbourg dans le cercueil où il repose, tel un pharaon. Munkey avait alors une nouvelle mission, le protéger dans l’après-vie.

Avec cet ouvrage, l’artiste nous permet de mieux la connaître. Qu’on l’aime ou pas, le livre a le mérite de se lire avec plaisir car il faut bien avouer que Jane Birkin a eu une vie déjà bien remplie et que son histoire fait un peu partie de la notre. Elle nous fait donc revivre les grandes périodes de sa vie, du Swinging-London au Saint-Germain-des-Prés des années 70. Elle nous offre à lire le quotidien d’une grande amoureuse, désopilante et fantasque, d’une artiste exceptionnelle.

Evidemment de ces écrits se dégage une incroyable franchise alors que l’artiste n’hésite pas à dépasser les frontières de l’intime. Elle n’élude rien, fait preuve d’une grande honnêteté sur elle et les personnes avec qu’il elle a vécu.

Jane Birkin nous parle de son enfance et de son adolescence, de son premier mariage avec John Barry (alors qu’elle vient à peine d’entrer dans la majorité), un homme beaucoup plus âgé qu’elle. Elle nous parle da sa fille Kate, aujourd’hui décédée.

Jane Birkin nous parle beaucoup de Serge Gainsbourg, ce qui m’a le plus intéressé, de leur rencontre, de leur amour incroyable. Un amour fait de douceur et de violence, qui donna naissance à Charlotte. Et elle nous parle aussi de Jacques Doillon avec lequel elle aura aussi une fille. Enfin, elle parle aussi de Bambou, la compagne de Serge Gainsbourg après leur séparation.

Alors voilà, j’ai beaucoup aimé cet ouvrage alors qu’au départ, je ne suis pas un grand admirateur de Jane Birkin. J’ai aimé son écriture, ses nombreuses anecdotes et sa sincérité. J’ai découvert une personne qui force le respect qui nous montre qu’elle une personne comme nous, traversant joies et peines au cours de l’existence, faisant de son journal un écrit à la fois intime et universel.

J’attends maintenant la suite avec impatience pour prolonger le plaisir d’être aux côtés de cette femme.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Jane Birkin
Le Facebook de Jane Birkin


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=