Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Munkey Diaries (1957-1982)
Jane Birkin  (Editions Fayard)  octobre 2018

"En relisant mes journaux, il me semble flagrant qu’on ne change pas. Ce que je suis à 12 ans, je le suis encore aujourd’hui. Les journaux sont forcément injustes, on montre ses cartes, il y a des versions de tout, mais là, il n’y a que la mienne. J’ai pris comme principe de ne rien arranger, et croyez-moi, j’aurais préféré avoir des réactions plus sages que celles que j’ai eues...". Jane Birkin

On connaît tous Jane Birkin, elle fait partie de notre paysage artistique depuis bien longtemps, de par sa carrière d’artiste, sa vie de couple autour de l’icône Serge Gainsbourg mais aussi au travers de ses enfants devenus aussi artistes.

C’est donc son journal intime qu’elle nous propose avec la parution de son Munkey Diaries que viennent de publier les éditions Fayard. L’ouvrage rassemble les journaux intimes de Jane Birkin entre 1957 et 1982 qu’elle a choisis, rassemblés et traduits. Un second volume devrait voir le jour couvrant de 1982 jusqu’au décès de sa fille Kate.

L’artiste à commencer à écrire son journal à partir de 11 ans, adressé à Munkey, son confident, un singe en peluche qu’elle avait gagné à une tombola. Il a dormi à ses côtés, il a partagé sa vie aux côtés des hommes qu’elle a aimés. Il a été le témoin de ses joies et de ses peines. Devant la dévastation de ses enfants, elle a fait le choix de le déposer dans les bras de Serge Gainsbourg dans le cercueil où il repose, tel un pharaon. Munkey avait alors une nouvelle mission, le protéger dans l’après-vie.

Avec cet ouvrage, l’artiste nous permet de mieux la connaître. Qu’on l’aime ou pas, le livre a le mérite de se lire avec plaisir car il faut bien avouer que Jane Birkin a eu une vie déjà bien remplie et que son histoire fait un peu partie de la notre. Elle nous fait donc revivre les grandes périodes de sa vie, du Swinging-London au Saint-Germain-des-Prés des années 70. Elle nous offre à lire le quotidien d’une grande amoureuse, désopilante et fantasque, d’une artiste exceptionnelle.

Evidemment de ces écrits se dégage une incroyable franchise alors que l’artiste n’hésite pas à dépasser les frontières de l’intime. Elle n’élude rien, fait preuve d’une grande honnêteté sur elle et les personnes avec qu’il elle a vécu.

Jane Birkin nous parle de son enfance et de son adolescence, de son premier mariage avec John Barry (alors qu’elle vient à peine d’entrer dans la majorité), un homme beaucoup plus âgé qu’elle. Elle nous parle da sa fille Kate, aujourd’hui décédée.

Jane Birkin nous parle beaucoup de Serge Gainsbourg, ce qui m’a le plus intéressé, de leur rencontre, de leur amour incroyable. Un amour fait de douceur et de violence, qui donna naissance à Charlotte. Et elle nous parle aussi de Jacques Doillon avec lequel elle aura aussi une fille. Enfin, elle parle aussi de Bambou, la compagne de Serge Gainsbourg après leur séparation.

Alors voilà, j’ai beaucoup aimé cet ouvrage alors qu’au départ, je ne suis pas un grand admirateur de Jane Birkin. J’ai aimé son écriture, ses nombreuses anecdotes et sa sincérité. J’ai découvert une personne qui force le respect qui nous montre qu’elle une personne comme nous, traversant joies et peines au cours de l’existence, faisant de son journal un écrit à la fois intime et universel.

J’attends maintenant la suite avec impatience pour prolonger le plaisir d’être aux côtés de cette femme.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Jane Birkin
Le Facebook de Jane Birkin


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 janvier 2019 : La Culture n'est pas en solde

Au sommaire cette semaine, du live, du livre, des films, des disques, des découvertes et des oeuvres de légendes et des spectacles à foison. C'est parti pour le sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"Origami harvest" de Ambrose Akinmusire
"La fille de l'air" de Evelyne Gallet
"Egdes" de F/LOR
"Chemin vert" de Joseph Fisher
"Lignes parallèles : Haydn, Lipatti, Mozart" de Julien Libeer et les Métamorphoses et Raphael Feye
"Bien avant que le soleil se lève" de Screamming Kids
"Transparence" de TOOOD (That Obscure Object Of Desire) à retrouver également en interview ici même mais aussi pour une superbe session électrique de 4 titres à prolonger par leur passage dans l'émission Trifazé de Radio Campus à réécouter ici
"The white album" de The Beatles
"Scenario" de Ysé Sauvage
et toujours :
"Maté / Vallancien" de Philippe Maté et Daniel Vallancien
"Princess Thailand" de Princess Thailand
"Peninsular II (The bridge)" de Robin Foster
"Zoot suite Vol 2" de Zoot Octet
"Punk rock academy" de Les Rois de la Suède
"4 A M" de Bryan's Magic Tears
"C'est un joli nom camarade", l'Empreinte de Ferrat
et toujours :

Au théâtre :

les premiers spectacles de l'année :
"Ervart" au Théâtre du Rond-Point
"Naufragé(s)" au Théâtre du Rond-Point
"Samo, a Tribute to Basquiat" au Théâtre de la Tempête
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" à l'Espace Cardin
"Pavillon noir" au Centquatre
"King Lear Remix" au Théâtre de Belleville
"Roi et Reine" au Théâtre de Belleville
"Paulina" à la Manufacture des Abesses
"Ma Chanson de Roland" au Théâtre Les Déchargeurs
"Les Soliloques du pauvre" au Théâtre Les Déchargeurs
"Comme disait mon père..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Le Journal d'un fou" au Théâtre Les Déchargeurs
"Un Coeur sauvage" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et les reprises:
"Et si on ne se mentait plus ?" au Théâtre Tristan Bernard
"Sulki et Sulku ont des conversations intelligentes" au Théâtre du Petit Saint Martin
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"Monsieur Fraize" à l'Européen
et les autres spectacles à l'affiche en janvier

Expositions avec :

avec la dernière ligne droite pour :
"Artistes à Montmartre, lieux et ateliers mythiques" au Musée de Montmartre

les films de la semaine :
Oldies but goodies avec :
"La Garçonnière" de Billy Wilder
et "Les Nuits de la pleine lune" de Eric Rohmer dans le cadre des rétrospectives à la Cinémathèque française
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"Des hommes couleur de ciel" de Anais Llobet
"La femme de marbre" de Louisa May Alcott
"La transparence du temps" de Leonardo Padura
"Les couleurs de Fosco" de Paola Cereda
"Oiseau de nuit" de Robert Bryndza
"Philo & co : A la poursuite de la sagesse" de Michael F Patton et Kevin Cannon
"Vesoul, le 7 janvier 2015" de Quentin Mouron
"Vigile" de Hyam Zaytoun"
et toujours :
"Avalanche hôtel" de Niko Tackian
"Dans l'ombre du brasier" de Hervé le Corre
"Le vieil homme et son chat, tome 1" de Nekomaki
"On dirait que je suis morte" de Jen Beagin
"Pygmalion" de Sandrive Revel
"Tête de tambour" de Sol Elias
"Un bref désir d'éternité" de Didier Le Pêcheur
"Un cadenas sur le coeur" de Laurence Teper

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=