Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Joueurs - Mao II - Les Noms
Ateliers Berthier  (Paris)  novembre 2018

Trilogie dramatique d'après les romans de Don DeLillo, adaptation et mise en scène de Julien Gosselin, avec Rémi Alexandre, Guillaume Bachelé, Adama Diop, Joseph Drouet, Denis Eyriey, Antoine Ferron, Noémie Gantier, Carine Goron, Alexandre Lecroc-Lecerf, Frédéric Leidgens, Caroline Mourier, Victoria Quesnel et Maxence Vandevelde.

Julien Gosselin poursuit, avec la Compagnie Si vous pouviez lécher mon cœur, ce qu'il nomme "son rêve de théâtre", un déroulé immersif de formes artistiques soutenue par une recherche formelle syncrétique qui repose sur l'hybridation trinitaire littérature-théâtre-cinéma associée à une nouvelle rhétorique entre scène textuelle et scène visuelle déclinées dans le cadre de spectacles-fleuve caractérisés par la prégnance de la vidéo.

Après Michel Houellebecq ("Les Particules élémentaires") et Roberto Balano ("2666"), il réunit trois opus - "Joueurs", "Mao II" et "Les Noms" - dans le thésaurus du romancier américain Don DeLillo qui s'avère d'autant plus judicieux que, dans son questionnement critique du monde, l'oeuvre de celui-ci est placée sous le signe de la réflexion sur l'image et de la saturation de l'information visuelle - qui répond à la pulsion scopique archaïque de l'homme - et conduit à une réflexion sur la prévalence, et la fascination, de la représentation du réel sur le réel.

De plus, cette sélection présente une cohérence dramaturgique en raison de la concordance thématique des trois opus articulés autour de la violence et du terrorisme dans des décennies successives - le terrorisme politique des années 1970 avec les organisations d'extrême gauche prônant la guérilla urbaine ("Joueurs"), sectaire des années 1980 avec la pratique d'assassinats rituels ("Mao II") et religieux des années 1990 ("Les Noms") - et de la fascination qu'elles exercent sur des personnages étasuniens, yuppies, consultants expatriés et intellectuels en situation personnelle de déréliction.

Outre son analyse sur la terreur, Don DeLillo livre de passionnants développements sur la question de l'écriture et du langage, l'écrivain comme "architecte de la sensibilité er de la pensée", l'Amérique comme mythe vivant du monde, le cinéma comme partie de l'esprit du 20ème siècle et l'interdépendance entre le terrorisme et la littérature, le premier ayant investi le territoire perdu par la seconde, celui de pouvoir agir sur la conscience de masse.

Outre son analyse sur la terreur, Don DeLillo livre de passionnants développements sur la question de l'écriture et du langage, l'écrivain comme "architecte de la sensibilité er de la pensée", l'Amérique comme mythe vivant du monde, le cinéma comme partie de l'esprit du 20ème siècle et l'interdépendance entre le terrorisme et la littérature, le premier ayant investi le territoire perdu par la seconde, celui de pouvoir agir sur la conscience de masse.

Julien Gosselin a procédé à une transposition scénique efficace et éclairée des textes publiés en France dans la traduction de Marianne Véron et une mise en scène en symbiose avec le style delillien, qui interpellera son lectorat, pour composer ce vertigineux voyage au bout de la nuit du siècle qui clôt le deuxième millénaire.

Il en résulte un spectacle-fleuve dont chacun des trois volets dure trois heures, qui est impacté non seulement par quelques longueurs dispensables et des changements de décor chronophages mais également par le choix d'un rythme lent qui, toutefois, permet de poser l'atmosphère contemporaine de déliquescence soutenue par la création musicale de Rémi Alexandre, Guillaume Bachelé et Maxence Vandevelde entre loops electro, rock progressif à la Mogwai et rock atmosphérique de Sigur Ros, dispensée en direct live.

p> Le scénographe Hubert Colas a conçu d'immenses blocs vitrés modulables qui se combinent à l'envi pour composer différents espaces scéniques dans lesquels interviennent une troupe de comédiens époustouflants par leur négociation du jeu sur le plateau et devant la caméra. De celle-ci, Julien Gosselin n'use pas de la manière illustrative devenue un incontournable de la "jeune scène contemporaine" mais comme un outil scénographique renforçant, par ailleurs, la présence organique des officiants.

Usant de toutes les techniques cinétiques, du hors champ au gros plan, et passant par la démultiplication sur plusieurs écrans qui sollicitent constamment l'intérêt et la curiosité du spectateur, la qualité et la pertinence des images-vidéo réalisées en direct par Jérémie Bernaert et Pierre Martin méritent amplement une mention spéciale dédiée.

Impressionnante se révèle la maitrise d'oeuvre de Julien Gosselin pour coordonner avec fluidité et acuité toutes ces composantes sans omettre la direction d'acteur dans les scènes mouvantes quasi chorégraphiées d'intrigues imbriquées qui ont interprétées de manière exemplaire par une troupe de comédiens trentenaires déjà aguerris - Adama Diop, Joseph Drouet, Denis Eyriey, Antoine Ferron, Noémie Gantier, Carine Goron, Alexandre Lecroc-Lecerf, Caroline Mourier, Victoria Quesnel - et leur aîné l'excellent Frédéric Leidgens.

Une immersion saisissante - à voir de préférence par épisode - et une incitation à la (re)lecture de Don DeLillo.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=