Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Avant-dernier des hommes
Lavoir Moderne Parisien   (Paris)  novembre 2018

Monologue dramatique de Valère Novarina dit par Claude Merlin dans une mise en scène de Claude Buchvald.

Le comédien Claude Merlin interprète, dans une mise en scène de Claude Buchvald, le monologue "L’Avant-dernier des hommes" adapté d’un chapitre de "La Chair de L’homme" de l’écrivain franco-suisse Valère Novarina dans une fidélité entière à l’univers de l'auteur avec lequel il a collaboré.

"En parlant je suis devenu sujet des objets". Ces objets sont autant de prétexte à l’exploration du langage qui se déploie sur un plateau nu.

Seule une table occupe, en avant côté jardin, le périmètre de jeu. "Remettre mon corps en moi", comme si cette extériorisation continue de la langue, en interaction avec des objets hétéroclites déversés dès l’entrée en scène du comédien, et dans les allez-venus entre le "je" et le "il" puisse permettre à l’homme de reprendre contact avec son essence intime.

Le vide, vide de l’espace et de l’homme ? La langue, ici maniée, déformée, parfois douloureuse dans la frénésie avec laquelle elle est déployée, occupe le vide que représente ce grand espace scénique sans délimitations.

Dans cette performance, la langue s’échappe, presque malgré elle, de la bouche exaltée du comédien. Cet état de création malgré soi, dans la frénésie d’être devenu autre décrite par Valère Novarina dans son processus créatif, est exposé dans une proximité exploitée par la mise en scène.

Dans une puissante dynamique de transmission, Claude Merlin établit avec le public un dialogue humain théâtral dans lequel il mobilise la force de l’"intime conviction" de son incarnation autant que de l’"adresse" à un auditoire qu’il sollicite constamment du regard.

La solitude de cet avant-dernier des hommes le pousse pour la tromper à une exploration viscérale pour faire émerger la langue, pouvant passer par l’insensé pour illustrer le désordre créateur, le chemin de la recherche.

Cette langue, prose poétique, est une délectation pour celui qui la partage, autant que pour le spectateur emporté par ses retrouvailles avec l’auteur. Les mots sont, dans le regard malicieux de Claude Merlin, empreints de délice dans leur déploiement quand les objets finissent par apparaitre comme prétexte au plaisir savoureux de leur expression.

Rendez-vous où l’on retrouve avec jubilation la "novlangue" que Claude Merlin maitrise avec virtuosité, dans une tension de l’espace maintenu par la langue et urgence de la dire égale à la beauté de cette réincarnation.

A l’issue de cette représentation reste une évidence, cet avant-dernier homme bouleverse.

 

J. Wattel
 

        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=