Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Avant-dernier des hommes
Lavoir Moderne Parisien   (Paris)  novembre 2018

Monologue dramatique de Valère Novarina dit par Claude Merlin dans une mise en scène de Claude Buchvald.

Le comédien Claude Merlin interprète, dans une mise en scène de Claude Buchvald, le monologue "L’Avant-dernier des hommes" adapté d’un chapitre de "La Chair de L’homme" de l’écrivain franco-suisse Valère Novarina dans une fidélité entière à l’univers de l'auteur avec lequel il a collaboré.

"En parlant je suis devenu sujet des objets". Ces objets sont autant de prétexte à l’exploration du langage qui se déploie sur un plateau nu.

Seule une table occupe, en avant côté jardin, le périmètre de jeu. "Remettre mon corps en moi", comme si cette extériorisation continue de la langue, en interaction avec des objets hétéroclites déversés dès l’entrée en scène du comédien, et dans les allez-venus entre le "je" et le "il" puisse permettre à l’homme de reprendre contact avec son essence intime.

Le vide, vide de l’espace et de l’homme ? La langue, ici maniée, déformée, parfois douloureuse dans la frénésie avec laquelle elle est déployée, occupe le vide que représente ce grand espace scénique sans délimitations.

Dans cette performance, la langue s’échappe, presque malgré elle, de la bouche exaltée du comédien. Cet état de création malgré soi, dans la frénésie d’être devenu autre décrite par Valère Novarina dans son processus créatif, est exposé dans une proximité exploitée par la mise en scène.

Dans une puissante dynamique de transmission, Claude Merlin établit avec le public un dialogue humain théâtral dans lequel il mobilise la force de l’"intime conviction" de son incarnation autant que de l’"adresse" à un auditoire qu’il sollicite constamment du regard.

La solitude de cet avant-dernier des hommes le pousse pour la tromper à une exploration viscérale pour faire émerger la langue, pouvant passer par l’insensé pour illustrer le désordre créateur, le chemin de la recherche.

Cette langue, prose poétique, est une délectation pour celui qui la partage, autant que pour le spectateur emporté par ses retrouvailles avec l’auteur. Les mots sont, dans le regard malicieux de Claude Merlin, empreints de délice dans leur déploiement quand les objets finissent par apparaitre comme prétexte au plaisir savoureux de leur expression.

Rendez-vous où l’on retrouve avec jubilation la "novlangue" que Claude Merlin maitrise avec virtuosité, dans une tension de l’espace maintenu par la langue et urgence de la dire égale à la beauté de cette réincarnation.

A l’issue de cette représentation reste une évidence, cet avant-dernier homme bouleverse.

 

J. Wattel
 

        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=