Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Street Punk Ink Mas Party #3 (édition 2018)
The Damned - Stomper 98 - Bonecrusher - Sick of it all - Sheer Terror - Murphy's Law - Vulcain - Anti-Nowhere League - The Undertones - The Selecter  (Saint-Brieuc)  16 et 27 novembre 2018

Vendredi 16 novembre

Une convention internationale du tatouage se tenait pendant trois jours au Palais des Congrès et des expositions de Saint-Brieuc. Parallèlement, au même endroit, on pouvait assister, les vendredi et samedi au festival Street Punk Ink Mas Party. Froggy’s delight y était.

Arrivée tardive le vendredi soir dans la brume bretonne pour assister à la fin du concert de The Damned, groupe de punk rock britannique. Prestation a priori convaincante selon mes amis présents, malgré la voix toujours un peu particulière du chanteur. Malheureusement pour le spectateur les concerts, répartis entre les deux scènes, jouaient simultanément si bien qu’il était impossible de suivre les concerts en entier. Au même moment, jouait Stomper 98, groupe de punk/oï allemand avec la présence de Lars Frederiksen, le guitariste de Rancid. Le groupe a livré une prestation puissante et très efficace. L’achat de leur disque Althergebracht s'impose.

Bonecrusher, un autre groupe de punk/oï était initialement programmé mais a été annulé sans que les festivaliers en soient informés et sans la moindre solution de remplacement. Fort heureusement, le mythique groupe de hardcore New-Yorkais Sick of it all a largement compensé l’attente en livrant un énorme concert grâce à une setlist variée. Un des temps forts de ce festival.

Samedi 17 novembre

De retour le lendemain en fin de journée pour assister à la prestation du groupe de Hardcore New Yorkais Sheer Terror. Ils n’étaient pas venus en France depuis une vingtaine d’années et on ne devrait pas les revoir de sitôt. Ils ont en effet joué dans une salle (ou plutôt un hangar) à la température frigorifique devant un public constitué d’une cinquantaine de spectateurs tout au plus. La situation en était même gênante pour le groupe. Sur le plan musical, Sheer Terror a livré une prestation solide en finissant par leur reprise hardcore de "Boys don't cry". Ils méritaient vraiment un autre accueil.

L’enchaînement s’est fait avec un autre groupe hardcore new yorkais mais plus punk, Murphy's Law, initialement programmé le vendredi qui, au final, a donc joué le samedi. Remarquable prestation avec une belle symbiose entre le public et le groupe (le chanteur allant même jusqu’à partager sa bouteille de Whisky).

Il a été décidé de faire l’impasse sur Vulcain, groupe de hard rock des années 80’s, dont la présence apparaissait assez curieuse par rapport au reste de la programmation. Une petite visite par la très belle convention du tatouage puis place à la restauration. Celle-ci s’est avérée désastreuse avec des prix totalement exorbitants (le burger / frites à 12 euros ou la quiche / salade à 8 euros sans boisson). De mémoire de festivalier, on n’a jamais constaté de tels prix y compris lors de festival parisien type Pitchfork.

La digestion de ce burger de luxe s’est faite devant Anti-Nowhere League, groupe de punk anglais avec le plaisir de chanter à l’unisson leur titre "So What" (titre popularisé par Metallica). Compte tenu du froid régnant dans cette salle, nous avons décidé de nous installer définitivement devant l’autre scène pour assister tout d’abord à The Undertones. Il s’agit d’un groupe punk nord-irlandais de la fin des années 70’s qui a notamment tourné avec The Clash. Ils ont livré ce soir-là une époustouflante prestation notamment grâce à la présence scénique de leur chanteur dont l’attitude faisait parfois penser à Morrissey. Le public a été vraiment conquis par ce set et plus particulièrement à la fin lorsque le groupe a repris ses chansons les plus connues ("Teenage Kicks" et "Here come the summer").

Cette seconde soirée s’est terminée pour nous par un autre groupe mythique anglais de la fin des années 70’s : The Selecter. Il s’agit d’un groupe de ska mais avec sur scène, la présence d’une guitare jouée de façon très rock permettant ainsi d’avoir un rythme plus accéléré. En tout cas, ils ont livré une prestation bien pêchue permettant ainsi de repartir de ce festival avec le plein d’énergie.

Bilan de cette troisième édition : les organisateurs ont clairement voulu franchir une étape supplémentaire cette année, notamment par la mise en place de deux scènes. Or, malheureusement, la marche est pour l’instant trop haute. L’organisation était déficiente au niveau de la nourriture, de la qualité de la salle dite Bries, de l’information des spectateurs (annulation de plusieurs groupes, changement de date), du fait de faire jouer de façon simultanée des groupes. De même, il ne peut pas être passé sous silence la présence inacceptable de spectateurs arborant des signes ostentatoires d’appartenance à des mouvements politiques extrémistes. En revanche, on ne peut que féliciter les organisateurs pour cette très belle programmation musicale couvrant à la fois du punk, du ska, du oï ou du hardcore.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Sick of it all en concert au Festival Le Cabaret Vert #9 (vendredi 23 août 2013)
The Undertones en concert au Festival Les Trans 2005 (Vendredi)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Street Punk Ink Mas Party
Le Facebook du Festival Street Punk Ink Mas Party

Crédits photos: David Drx


David Drx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=