Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Confins du monde
Guillaume Nicloux  novembre 2018

Réalisé par Guillaume Nicloux. France. Drame. 1h43 (Sortie le 5 décembre 2018). Avec Gaspard Ulliel Gaspard, Guillaume Gouix, Lang-Khê Tran, Gérard Depardieu, Jonathan Couzini, Kevin Janssens, Anthony Paliotti et François Négret.

En y repensant quelques semaines après l'avoir vu, "Les Confins du monde" de Guillaume Nicloux reste un film mystérieux, un film trivial ou fantasmatique, une plongée documentée dans la jungle indochinoise au début du conflit qui oppose les Français aux communistes de Ho Chi Minh ou une épopée cauchemardesque d'un homme sous opium...

Pour son déjà seizième film, Guillaume Nicloux revisite un genre un peu oublié du cinéma français, celui du film "d'aventures" qui a lieu dans l'Empire colonial français.

Même s'il croit s'être mis dans les pas de la "317ème Section" de Pierre Schoendoerffer, c'est-à-dire d'un film de guerre tellement au plus près des hommes qu'il finit par devenir un documentaire, il reprend le chemin d'un cinéma où tout paraît tourner et reconstituer en studio.

On y sue, on y croupit dans la boue et les eaux fangeuses, on y contracte le paludisme et le mal de la métropole et l'on y déserte pour répondre à l'appel de prostituées si belles dans la lumière chromo de bordels sordides et kitschs.

Les références de Guillaume Nicloux sont des films pas forcément reluisants des années 1930 ou 1950 qui n'ont d'intérêt que pour leur atmosphère lourde, leurs figures d'expatriés au bout du rouleau. On pense aux "Pirates de la nuit" de Christian-Jacque ou aux "Orgueilleux" d'Yves Allégret et aux "Héros sont fatigués" d'Yves Ciampi.

Symptomatique de ce cinéma d'antan est le personnage magnifiquement composé par Guillaume Gouix. Ce faux parigot qui sent Paris dans un ticket de métro conservé à dix-mille kilomètres de la ligne 4 s'est fait la tête d'un Raymond Cordy, semi vedette des films de René Clair.

Pareillement, Gaspard Ulliel, en militaire meurtri, poursuivant une vengeance personnelle dans une guerre qui devient de jour en jour plus opaque, tente d'incarner un héros au-delà du bien et du mal, dont l'horizon final est aussi brumeux et crépusculaire que les paysages qu'il traverse en zombie.

Gaspard Ulliel n'a jamais été aussi bien que dans ces "Confins du monde" de Guilaume Nicloux. La souffrance qu'il s'est infligé pour jouer au petit soldat qui porte cette non-guerre sur ses épaules est vraiment palpable et sa composition vaut celle des acteurs survantés des films américains.

Ses relations avec la belle Lang-Khé Tran, loin de n'être qu'une plastique, et celles avec un Gérard Depardieu totalement juste dans la peau d'un écrivain en chemise ouverte qui manipule l'action, voire est en train de l'écrire, alternent avec le combat qu'il mène contre soi-même.

Cette narration circulaire, saturée d'éléments signifiants, prend peu à peu de la consistance, s'éloigne des anecdotes des films dont elle se nourrit, et parvient grâce aux acteurs, à l'intense photo de David Ungaro et à la musique étonnante de Shannon Wright, à prendre la forme d'une fresque sur un sujet peu et mal traité.

"Aux confins du monde" de Guillaume Nicloux devra attendre quelques passages de télé pour qu'il devienne ou non un film référence. Pour l'heure, il faut le voir comme une tentative de sortir le cinéma français de son petit bain habituel.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=