Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce J'ai des doutes
Théâtre du Rond-Point  (Paris)  décembre 2018

Spectacle conçu et inteprété par François Morel d'après des sketches de Raymond Devos accompagné par le musicien Romain Lemire (ou Antoine Sahler).

Si l'on excepte les émissions d'humour qui rediffusent leurs sketches - et encore souvent seulement des extraits -, les grands comiques disparus n'ont pas une vraie postérité.

Si l'on se souvient de l'expérience malheureuse de Jean Rochefort qui avait, il y a quelques années, interprété sur scène des sketches de Fernand Raynaud, on se dit que souvent les textes des comiques portent tellement leur marque de fabrique qu'il est impossible, à la différence des chansons, que d'autres essaient de les réinterpréter.

C'est donc une sacrée gageure que François Morel s'est imposé en voulant, avec "J'ai des doutes", consacrer un spectacle à Raymond Devos, d'autant plus que celui-ci jouait de son corps (au fond des bois, aurait-il ajouté), un corps de clown hors normes, volumineux, accompagné d'une voix et d'un phrasé tonitruants.

Et si l'on regarde bien le physique de Morel et sa voix peu portée aux emportements et aux outrances, on ne voit guère de rapports immédiats entre les deux artistes... C'est pour cela que François Morel a tout de suite introduit une espèce de guillemet musical, puisque son pianiste, Romain Lemire (en alternance avec son musicien Antoine Sahler) entame le spectacle en jouant sur un piano d'enfant, "Le clown" de Gianni Esposito. A la fin du spectacle, il referma logiquement ce guillemet, toujours au piano (mais un vrai), refermant ce spectacle-parenthèse.

Il a bien raison de dire tout de suite qu'il ne sera pas Devos, mais qu'il le servira. Pour bien planter le décor, il passera aussi par la cas paradis, histoire de voir là-haut si Devos y est et quels sont ses rapports avec Dieu ou son absence.

Revenu sur la Terre, Morel n'interprète pas directement un sketch, mais profite de la présence de son accompagnateur musical, son parfait alter ego et cette fois à la guitare, pour chantonner un texte de Devos que l'on connaissait justement sous la forme d'un sketch.

L'astuce de François Morel pour ne pas rendre indigeste son hommage à Devos est donc de varier les formes : parfois il sera seul, parfois il sera accompagné ; parfois il chantera parfois il interprètera. En tout cas, jamais il ne se risquera à l'épreuve d'un sketch intégral. "J'ai des doutes" est en fait une évocation de Devos avec des bouts de textes. Et la formule n'est pas choquante. Au contraire. François Morel a cherché et trouvé des morceaux de Devos qui lui conviennent et qu'il peut ainsi valoriser.

La sanction du public est immédiate : il rit et pratiquement sans discontinuer. Peut-être qu'on pourra noter une petite faiblesse question rires quand il reprend "Est-ce que vous m'aimez...", le sketch que Devos joue dans "Pierrot le fou". Mais François Morel, indécrottable cinéphile, tenait sans doute à cette parenthèse godardienne.

Pour le reste, c'est un sans faute. François Morel a conçu un spectacle rythmé, sans temps morts, à la fois varié et très près de son sujet. Le normand redonne vraiment une seconde jeunesse à l'humoriste franco-belge. Comme on le suggérait tout à l'heure, s'il s'en était tenu à une interprétation littérale des sketches de Devos, on aurait pu penser que ceux-ci avaient vieilli, ce qui est bien normal puisqu'ils remontent parfois aux années 1950-1960.

Tant mieux si cet hommage enjolive la mémoire de ce monstre sacré qui ne méritait pas ce très long purgatoire dont François Morel, au sommet de son art, le tire avec une aisance diabolique pour compliquer encore les choses. Mais ne considérait-on pas Devos comme un comique métaphysique qui jonglait avec les mots et la mort.

La chanson finale dit que le clown est mort et qu'il faut applaudir son effort. On ne mégotera pas sur les applaudissements et on les adressera conjointement à François et à Raymond.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=