Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Utoya 22 juillet
Erik Poppe  décembre 2018

Réalisé par Erik Poppe. Norvège. Drame. 1h33 (Sortie 12 décembre 2018). Avec Andrea Berntzen, Müller Osbourne, Aleksander Holmen, Brede Fristad, Sorosh Sadat, Daniel Sang Tran et Mariann Gjerdsbakk.

Personne n'a oublié ce qui s'est passé en Norvège, le 22 juillet 2011. Dans l'île d'Utoya a lieu un camp de jeunes militants du parti travailliste. Ils sont 500 dans cette petite île pas très loin d'Oslo quand, à 17 h 22, retentissent des coups de feu.

Anders Behring Breivik donne le départ de ce qui sera l'un des plus grands massacres de tous les temps perpétré par un seul homme. Pour la première fois, l'Europe connaît l'un de ces drames qui endeuillent régulièrement les États-Unis.

"Utoya 22 juillet" d'Erik Poppe raconte le plus fidèlement possible ce qui s'est passé. Mais il a choisi la forme de la fiction et suit quasiment en temps réel une jeune fille et son entourage pris dans la fusillade.

De prime abord, on pourrait se demander quel est l'intérêt de reconstituer un "fait-divers" dont on connaît tous les tenants et les aboutissants. Comment peut-on "fictionner" une histoire forcément banale dans son déroulement et, ô combien, morbide ?

Erik Poppe a trouvé le bon angle d'attaque : on ne verra jamais l'assassin. Son film est une constante fuite éperdue des personnages qui ne savent pas d'où vient le danger. Paniqués, les uns et les autres se croisent, tentent de se cacher, de trouver un endroit idéal pour échapper à la mort.

Ils entendent des bruits mais ignorent d'où ils proviennent. Alors certains se jettent dans la gueule du loup", d'autres se protègent momentanément mais l'invisible et diabolique Breivik peut, à tout moment, changer de route et les abattre.

Quelque part, "Utoya 22 juillet" d'Erik Poppe rappelle "The Blair Witch Project". C'est un film d'horreur diffuse avec un suspense très bien menée. La caméra pourrait être totalement subjective et être les yeux de la jeune adolescente que le cinéaste suit constamment. On ressent ses peurs, ses battements de cœur plus rapides, ses moments de relâchement et ces instants d'extrême tension.

Qui plus est, on ne sait pas quel sera son sort final. Si l'on raisonne en se souvenant que Breivik a tué 69 personnes et en a blessé encore plus, on se dit qu'elle a eu un peu plus d'une chance sur deux d'en sortir indemne.

Bien entendu, on ne révèlera pas la fin du film qui s'avère haletant de bout en bout. Jamais voyeuriste ni larmoyant, il donne une vision "objective" de ce qui a dû vraiment arriver pendant ces longues minutes d'angoisse pour ces très jeunes gens. Pour parvenir à ce résultat, le réalisateur s'est entouré de rescapés qui lui ont permis de bien restituer les faits et l'état dans lequel ils se trouvaient.

"Utoya 22 juillet" d'Erik Poppe est une réussite, un vrai moment de cinéma et un hommage pudique à ses jeunes immolés sur l'autel du fanatisme.

En prenant des non-professionnels pour incarner les victimes de Breivik, le réalisateur a certainement fait le bon choix car on a l'impression qu'ils auraient pu être parmi les victimes et leur effroi et leur désarroi ne paraissent pas jouer.

En sortant de la salle, on a une pensée pour tous ceux qui sont morts figés dans l'incompréhension de ce destin absurde qu'a scellé pour eux Anders Behring Breivik.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=