Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Japon - Japonismes 1867- 2018
Musé des Arts Décoratifs  (Paris)  Du 15 novembre 2018 au 3 mars 2019

Avec l'exposition "Japon - Japonismes" inscrit dans le cadre de la célébration du 160ème anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et la France, le Musée des Arts Décoratifs, pionnier en matière d'art japonais depuis sa fondation en 1864 et dont il détient l'un des plus importants fonds en France, s'est engagé dans une entreprise pharaonique.

En effet, il a souhaité mettre en valeur simultanément, et sur une très large période, de 1867 à 2018, mais sans opter pour un parcours chronologique, les collections de tous ses départements - arts décoratifs, design, bijoux, mode, textile, papiers peints, publicité, graphisme et jouets - et ce, à la façon "pêle-mêle".

Ainsi la monstration riche de plus d'un millier de pièces procède à une mise en regard des pièces japonaises et japonisantes françaises, anciennes et contemporaines, selon un parcours qualifié de thématique qui s'avère dépourvu de logique et surtout de cartels permettant d'identifier les pièces exposées ce qui ne s'avère guère aisé pour le visiteur néophyte auquel il est donc conseillé une déambulation guidée par le plaisir des yeux.

Conçue sous le commissariat de Olivier Gabet et Béatrice Quette, respectivement directeur et conservatrice des collections asiatiques du musée, Noriko Kawakami, directrice de la fondation d’Issey Miyake à Tokyo, Masanori Moroyama, commissaire en chef honoraire du Musée national d’Art moderne de Tokyo et la créatrice de mode Junko Koshino, elle se déroule sur trois niveaux scénographiés par l'architecte japonais Sou Fujimoto.

S'inspirant de l'esthétisme nippon, celui-ci réalise une prouesse pour sublimer les objets présentés, à la manière du cabinet de curiosités des collectionneurs, dans les vitrines fixes des deux premiers étages en plaçant les espaces dans un éclairage feutré et les rythmant avec des supports et des inserts fabriqués avec le papier blanc utilisé pour les estampes

Japon - Japonismes : une exposition monde

L'exposition commence par une introduction rétrospective intitulée "les acteurs de la découverte" qui évoque, avec l'avènement de l'Ere Meiji, l'ouverture à l'international de l'ancestral japon autarcique avec sa participation active aux expositions universelles, époque retracée par l'exposition "Meiji - Splendeurs du Japon impérial" qui se tient concomitamment au Musée Guimet, le rôle des collectionneurs et marchands français dans le négoce d'une production destinée à l'exportation qui a entraîné la vogue du japonisme soutenu par les expositions d'art japonais.

Des retours vers le passé scandent également l'exposition avec une série de vitrines consacrées à l'art japonais antérieur à cette époque et un focus sur le style Rinpa né au 17ème siècle qui fait l'objet d'une monstration dédiée "Trésors de Kyoto - Trois siècles de peinture Rinpa" au Musée Cernushi.

Ensuite, parmi les cinq thématiques annoncées, celles de la nature, du temps et du mouvement s'avèrent redondantes dès lors qu'elles se conjuguent dans l'art japonais ancré dans la représentation de la flore, qui par essence, évolue au fil du temps et le mouvement est inhérent à celle de la faune.

Par ailleurs, d'autres vitrines regroupent des objets relatifs aux rituels et croyances ou à la cérémonie du thé, aux bibelots miniatures, aux affiches et costumes des spectacles du début du 20ème siècle et même à la mode japonisante de ce temps.

Une belle sélection de meubles et d'objets au design ultra-contemporain réalisés en métal, telles les pièces réalisées par la maison Kaikado, ou en grès clôt le deuxième niveau.

La mode est au coeur de la thématique "Innovation" qui, avec la déferlante nippone des années 80 portée notamment par Kenzo, Rei Kawabuko, Issey Miyake et Yohji Yamamoto initiant une rupture stylistique radicale en révolutionnant tous les codes avec le minimalisme et la déconstruction du vêtement.

Trois décennies après, ils tiennent toujours le haut du pavé de la mode parisienne alors qu'une nouvelle génération dont Yuima Nakazato est déjà prête à prendre la relève.

Outre la mode et le graphisme avec un hommage au au graphiste Tanaka Ikko qui hybridait la tradition japonaise et l'abstraction géométrique occidentale et a collaboré avec Issey Miyake, le troisième niveau présente un conséquent florilège d'objets d'intérieur avec des luminaires inédits et une conséquente sélection de céramiques.

Une une exposition foisonnante qui ne saurait donc se découvrir au pas de charge.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Arts Décoratifs

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée des Arts Décoratifs


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=