Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Que je t'aime !
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  décembre 2018

Seul en scène théâtro-musical écrit et interprété par Clémence Massat dans une mise en scène de Philippe Caubère.

En 1995, Clémence Massart, avec son complice de toujours Philippe Caubère, avait conçu un spectacle bâti autour de textes piochés dans les "Courriers du coeur" d'antan qui fleurissaient dans les journaux avant le vote de la loi Veil et la concurrence de Ménie Grégoire sur Radio Luxembourg.

Alors que l'affaire Weinstein a déclenché une vague de révélations sur le harcèlement sexuel et en a fait une cause internationale, Clémence Massart et Philippe Caubère, qui la met en scène dans une atmosphère de saison, avec guirlandes électriques et sapins de Noël, ont décidé de reprendre ce spectacle.

Déjà d'un autre temps en 1995, ces courriers du cœur interprétés par Clémence Massart, paraissent vingt ans plus tard ceux d'un siècle passé. L'effet est renforcé par l'actrice elle-même avec son robe rouge à pois blancs et son "camélia rouge" dans les cheveux.

Comme elle n'interprète que la partie "lettres", et jamais la réponse de la journaliste préposée à la rubrique qui oscillait entre bon sens et conseil maternaliste, c'est une petite page sociologique des années 1945-1960 qui est donnée à entendre aux spectateurs.

Manière d'écrire les choses à demi-mots, emploi de formules ou de mots désuets ou précieux, tout porte à rire... surtout que Clémence Massart joue des dizaines de personnages différents et complique la performance en s'ingéniant à faire en sorte qu'aucune des lectrices ne ressemble totalement à une autre.

Si l'on apprécie le choix des lettres qui en dit long sur les frustrations des femmes et la difficulté de la condition féminine dans une société à la fois phallocrate et pudibonde, on ne manquera de souligner le travail scénique de Clémence Massart.

Le rire fuse mais l'émotion n'est également jamais absente dans ce parcours jamais désincarné dans une France populaire pleine de tabous mais aussi débordante d'appétit pour la chose dans une vie pas vraiment facile où faire l'amour était le seul loisir des classes défavorisées.

De temps à autre, Clémence Massart se donne des respirations à l'accordéon. Mais, contrairement à ce qu'on aurait pu penser, elle ne tombe jamais dans le pléonasme de la chanson réaliste.

On aura ainsi la chance de l'écouter, entre autres, dans une sublime version de "La Mémoire et la Mer", ce lamento d'amour de Léo Ferré, ou dans une chanson pince-sans-rire sur "la jalousie" signée Jérôme Savary. Cette amoureuse des beaux textes quittera même la scène sur un poème de Robert Desnos... Sans oublier une version à épisodes de la chanson titre du spectacle.

Le "Que je t'aime !" de Clémence Massart moins emphatique que celui de Johnny est à l'image de son spectacle : puissant, nécessaire et plein d'humour. Car si les "courriers du coeur" sont peut-être désormais d'un autre temps, celles qui les envoyaient ont d'autres combats à mener et pas seulement sur le plan sexuel.

Entendre des mots populaires d'hier, c'est aussi entendre les mots populaires d'aujourd'hui. Clémence Massart dit les vertus d'un peuple qui n'a plus la peur au ventre quand son cœur reprend goût à l'amour.

Il faut aller l'entendre dire cela avec une belle énergie communicative.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=