Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Happy Prince
Rupert Everett  décembre 2018

Réalisé par Rupert Everett. Grande Bretagne/Belgique/Allemagne/Italie. Biopic. 1h45 (Sortie 19 décembre 2018). Avec Rupert Everett, Colin Firth, Colin Morgan, Edwin Thomas, Emily Watson, Franca Abategiovanni, Tom Wilkinson et Antonio Spagnuolo.

Pour son premier film, Rupert Everett a décidé de raconter les derniers mois de l'existence d'Oscar Wilde et s'est rendu compte, bien qu'il ne l'ait pas prévu au départ, qu'il devait tenir le rôle de l'écrivain mondain devenu maudit.

"The Happy Prince", titre d'une nouvelle poétique que le grand homme raconte aux enfants alors qu'il est proche de la fin, est très ironique car ici il n'a plus rien de princier alors que le bonheur l'a fui depuis plus longtemps encore.

Rupert Everett fait de son Oscar Wilde un Dorian Gray vieilli et en train de payer au prix fort ses amours passés. Il multiplie les plans crépusculaires, confond à dessein les petites rues londoniennes et les ruelles parisiennes dans lesquelles hésite sa longue silhouette devenue un peu massive, le chapeau mou sur la tête, la démarche mal assurée.

C'est un fantôme titubant qui s'enfonce dans la nuit de nulle part et qui contraste avec les retours en arrière, ceux où on le voit avant son incarcération, inconscient, brillant, feu follet du bon mot.

Même s'il n'est pas parfait et peut-être parfois redondant, "The Happy Prince" de Rupert Everett est un premier film plus baroque qu'académique, qui échappe au plan-plan du biopic moyen.

On sent tout l'implication de l'acteur dans la construction du personnage et son goût pour un auteur peut-être plus sous-estimé par les anglo-saxons que par les Français.

D'ailleurs, les séquences "françaises" montrent un Oscar Wilde plus à son aise dans les bouges de la capitale qu'en compagnie de ses compatriotes, à l'image de son mauvais ange, Bosie, ce triste "sir" dont l'inconstance l'a mené dans la fameuse geôle de Reading...

On se souviendra des scènes singulières où apparaît Béatrice Dall, en chanteuse et tenancière de beuglant et l'on soulignera le beau rôle obtenu par un acteur français de complément au long visage de croque-mort, André Penvern, qui joue Monsieur Dupoirier, le bon logeur parisien du romancier.

Et, évidemment, revoir à son meilleur Rupert Everett, un peu égaré depuis vingt ans dans le tout-venant des productions anglaises, est un vrai plaisir pour le cinéphile qui n'a pas oublié son irruption dans "Another Country".

"The Happy Prince" de Rupert Everett a quelque chose d'un conte pour enfants à destination des grandes personnes. Si l'on aime Oscar Wilde, on ne sera pas déçu de l'hommage que lui rend ici l'acteur britannique à qui l'on conseillera de renouveler cette expérience tardive derrière la caméra.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=