Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hiroshima mon amour
Théâtre de l'Atelier  (Paris)  décembre 2018

Texte de Marguerite Duras dit par Fanny Ardant dans une adaptation et une mise en scène de Bertrand Marcos.

On entend d'abord une voix d'homme dans le noir : "Tu n'as rien vu à Hiroshima". Puis, dans un faible et trouble halo, sa silhouette à elle apparaît du fond de la scène. D'une démarche mal assurée, elle s'avance lentement.

On distingue maintenant son visage et immobile, droite dans toute sa solennité et sa détermination, elle répond à la phrase lapidaire : "Si, j'ai tout vu, tout..."

Cette voix inimitable, chaude au timbre caressant et au phrasé ralenti se prète à merveille à l'écriture brisée de Marguerite Duras, à sa petite musique lancinante. Cette femme, dans ce bouleversant et intense poème d'amour, raconte sa jeunesse à Nevers pendant la guerre et son amour pour un soldat allemand. L'humiliation qui s'en est suivie quand elle a été tondue à la libération.

Adapté et mis en scène avec une sobriété parfaite par Bertrand Marcos (avec qui Fanny Ardant avait déjà joué Marguerite Duras) "Hiroshima mon amour", dont le scénario a été écrit pour le film d'Alain Resnais en 1959, raconte avec émotion une histoire de passion absolue, de mémoire et d'oubli à travers ces deux amours impossibles en lien avec la guerre.

La voix avec laquelle elle dialogue, c'est celle du japonais qu'elle a rencontré dans un Japon contemporain encore marqué par les bombardements atomiques une décennie plus tôt. Les voix du japonais puis de l'allemand, c'est celle de Gérard Depardieu. Choix judicieux de celui qui a tourné lui-même avec Duras et joué de nombreuses fois avec la comédienne.

Quant à Fanny Ardant, qu'on a un réel plaisir à retrouver avec sa sensibilité, son charme et son allure, elle effectue un sans-faute et tout en délivrant de manière poignante, l'oeil plein de malice ou de douleur en un longue confession, le frémissement de l'exaltation, demeure plus que jamais d'une sublime élégance.

Son interprétation d'une extrème finesse, simplement éclairée d'une douche de lumière par Patrick Clitus, touche au coeur les spectateurs qui lui font un triomphe. Ovation qu'elle reçoit avec chaleur, humilité et une vraie émotion, revenant à de multiples reprises pour envoyer des baisers à la cantonnade.

La grande classe.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=