Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Miraï ma petite soeur
Mamoru Hosoda  (décembre 2018) 

Réalisé par Mamoru Hosoda. Japon. Animation. 1h38 (Sortie le 26 décembre 2018).

Cette fin d'année 2018 aura été fertile en grands films d'animation, à commencer par "Dilili à Paris" de Michel Ocelot et plus récemment "Pachamama" de Juan Antin. Après ces merveilles françaises, les Japonais devaient frapper fort pour être à la hauteur. C'est fait !

Avec "Miraï, ma petite soeur" de Mamoru Hosoda, le Studio Chizu prend définitivement la relève du Studio Ghibli qui dominait le domaine du dessin animé avec les monuments nationaux qu'étaient Isao Takahata et Hayao Miyazaki.

Mamoru Hosoda, dont on avait déjà apprécié "Le Garçon et la bête" et surtout "Les Enfants loups Ame et Yuki", entre ici définitivement dans la cour des Grands. Immense succès dans son pays, "Miraï, ma petite soeur" fait entrer le dessin animé nippon dans le cadre de l'intimité familiale.

Finis les dragons, les personnages bizarroïdes comme Totoro, les esprits issus de la forêt comme les tanuki, Hosoda s'intéresse à la cellule familiale. Kun est un petit garçon qui fait la loi dans la belle maison dessinée par son père architecte... mais la vie en a décidé autrement.

Désormais, en plus de son père et de sa mère, et d'un petit chien espiègle, entre dans le cercle familial un cinquième personnage : sa petite sœur Miraï... Et c'est peu dire qu'il prend mal la nouvelle, à l'instar de son compagnon canin.

Toute l'histoire de "Miraï, ma petite soeur" de Mamoru Hosoda est celle d'un apprentissage difficile de la condition de grand frère et, encore mieux, la compréhension par un enfant que le monde bouge sans arrêt, qu'il n'y a pas de point fixe, que la vie et la mort s'entrelacent dans l'existence de l'humain qu'il est.

Sans avoir recours au fantastique et à des mondes parallèles, Mamoru Hosoda donne aux petits Japonais une leçon légère de métaphysique. L'aventure est au coin de la rue et aussi à l'intérieur de cette belle maison qui ne cessera de grandir avec le enfants dans cette ville que l'on voit dans une "vue aérienne" dessinée avec précision, maison par maison.

Mais l'univers de Kun et Miraï n'est pas que circonscrit dans ce territoire remarquablement évoqué. Il est aussi intérieur et s'il y a trace de fantaisie, c'est dans le cœur et l'esprit des enfants qu'on la trouve.

Car Kun bambin est visité - et conseillé - par le Kun adolescent que l'on voit en vrai. Peu à peu, on ne saura plus si l'on est dans le passé, dans le présent ou dans le futur puisque le Kun garçonnet ou la Miraï bébé viendront à leur tour parler au Kun ado et à la Miraï fillette...

Sans doute, certains trouveront parfois mièvre cette histoire très familiale où le père accepte de mettre entre parenthèses son travail pendant que sa femme poursuit sa carrière. Évidemment, cette inversion des rôles ce sera l'occasion de maladresses paternelles que d'aucuns trouverons un peu niaises.

Mais, comme tous les autres spectateurs, ils admettront que "Miraï, ma petite soeur" de Mamoru Hosoda est d'une immense beauté formelle. Toute la partie "ferroviaire" du film sera l'occasion de plans quasi abstraits qui montrent que le réalisateur n'en a pas fini d'explorer le genre dont il est en train de devenir l'un des maîtres. Cela laisse augurer d'autres films encore plus beaux et plus complexes. On s'en régale d'avance.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=