Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jean-Jacques Lequeu - Bâtisseur de fantasmes
Petit Palais  (Paris)  Du 11 décembre 2018 au 31 mars 2019

Le Petit Palais propose de découvrir un ensemble de dessins réalisés par un singulier architecte-dessinateur du 18ème siècle qui ressort à la catégorie "Architecte de papier" dès lors qu'aucun de ses projets n'a été concrétisé.

Pour présenter une oeuvre graphique aussi originale qu'inédite, les commissaires Corinne Le Bitouzé, conservateur général de la BnF, Laurent Baridon, Jean-Philippe Garric et Martial Guédron, historiens d'art, Christophe Leribault et Joëlle Raineau, respectivement directeur et collaboratrice scientifique au Petit Palais, ont sélectionné une centaine d'oeuvres parmi l'important corpus légué de son vivant à la Bibliothèque nationale de France.

Celles-ci sont présentées dans une scénographie dynamique du Studio Tovar/Alain Batifoulier et Simon de Tovar usant des contrastes chromatiques pour signifier les différentes sections de la monstration intitulée "Jean-Jacques lequeu - Bâtssuer de fantasmes" avec, en sus, des cimaises dont les tranches comme les verrières du Hall Girault insèrent des reproductions en gros plan.

Jean-Jacques Leleu : un rêve d'architecture

Formé au dessin technique puis auprès d'architectes parisiens de son temps, Jean-Jacques Lequeu (1757-1826), qui nourrit de grands rêves architecturaux, postule sans succès aux concours des commandes publiques, primé par des architectes à la notoriété établie et des contemporains issus du sérail ou de meilleure naissance.

Par ailleurs, son style "exubérant" ne correspond plus au goût des commanditaires privés qui préfèrent un néo-classicisme rigoureux.Mais ce fils de menuisier qui demeure cantonné à un emploi de bureau, au cadastre, à l'Ecole Polytechnique ou aux Ponts et Chaussées, ne renonce pas à élaborer de nouveaux projets.

Jean- Jacques Lequeu s'avère une figure d'autant plus étonnant étonnante qui publie aussi bien un "Précis méthodique pour apprendre à graver le lavis à l'eau-forte" et "La Nouvelle méthode appliquée aux principes du dessin" qu'un traité de blanchisserie intitulé "Lettre sur le beau savonnage qu’on pourroit appeler Savonnement de Paris".

Excellent dessinateur, il signe des dessins dont des portraits dans le genre en vogue au 18ème siècle, celui des "têtes d’expression" qui ouvre le parcours avec une série de caricatures grimaçantes dont un 'Grand Baailleur" au chapeau melon qui n'est pas sans résonance avec les dessins de Roland Topor.

Pour la clôre, un genre diamétralement différent, celui du nu, notamment féminin, au naturalisme explicite, comme pour la Bacchante, la superbe religieuse au sein dévoilé qui évoque le portrait d'Agnès Sorel par François Clouet et la femme aux rondeurs marmoréennes qui émerge d'un soupirail libérant un oiseau, "Il est libre" repris pour l'affiche.

Ainsi qu'un "Enfer graphique" regroupe des dessins d'organes génitaux représentés de manière davantage clinique qu'érotique ou pornograPhique qui laissent penser que les préoccupations de leur auteur ne sont pas qu'ésotériques tel que semblent révéler son inclination d'architecte.

Entre temps, le visiteur découvrira des dessins de Lequeu ingénieur avec des machines, cartes géographiques et schémas de mécanismes divers, comme la pendule à équation et la roue à piler les pommes, qui étaient rassemblés sous le titre "Les Calques et détails relatifs à des machines hydrauliques, artillerie, instruments de mathématique, etc.".

Et donc, surtout, les dessins de Lequeu architecte qu'il compile en deux volumes intitulés "Architecture civile contenant nombre d'édifices de différents peuples dissémines sur la Terre et au vu desquels sont les éléments de sombres, leurs états différents produits par la lumière solaire ou de corps enflammés sur leurs plans, élévations et profils".

Les projets de Lequeu s'inscrivent dans un courant d'architecture utopique ou visionnaire qu précède l'avènement de l'architecture symbolique à la fin du 18ème siècle, notamment représenté notamment par ses aînés établis et célèbres Etienne-Louis Boullée et Claude-Nicolas Ledoux, chantes du néo-classicisme, qui, dans le sillage des théories de Thomas More ou de Jean-Jacques Rousseau imaginent des cités idéales à vertu morale.

Mais sa singularité tient à ce qu'il s'affranchit des codes du néo-classicisme, dont la symétrie et l'épure décorative, et opère par un syncrétisme stylistique caractérisé de surcroît par une profusion ornementale et un agrégat de symboles empruntés à divers rituels, cérémonies et écrits, des métamophoses d'ovide ("La Ménagerie du lieu des transformations") à l'Histoire naturelle de Buffon en passant par la théorie du mouvement de Descartes et le culte maçonnique.

Ainsi en est-il, entre autres, du "Temple de la Terre, lieu des oraisons persanes temple dédié au soleil avec les signes astrologiques du "Rendez-vous de Bellevue" aux ouvertures atypiques et de la "Chaire des Lumières de l'Age encyclopédique" posée sur le globe terrestre avec une rocaille comportant les animaux associés aux Évangélistes destinée à l'église Saint-Sulpice.

A noter que les dessins, avec coupe et cotes, sont assortis non seulement de légende et explications techniques mais également de minutieuses descriptions de l'architecture intérieure, de l'orientation des lumières naturelles ou artificielles et même des odeurs.

De même pour son "Parc aux chimères" qui regorge de folies, kiosques et labyrinthes de style versaillais rococo. L'Ile d'amour et repos de pêche, l'Etable en forme de vache et la Porte du parc des plaisirs de la chasse constituent quelques unes des extravagances architecturales dont Lequeu, malgré ses indications littérales, a gardé le secret.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Petit Palais

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Petit Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=