Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce F/LOR
Edges  (Ouvré)  novembre 2018

Fabrice Laureau est musicien, arrangeur, multi-instrumentiste et producteur depuis un bon nombre d'années. On avait pu le croiser au sein de NLF3 et comme bassiste chez Prohibition. Il avait également croisé le chemin de Dominique A, Françoiz Breut, Shannon Wright, Herman Düne, ou encore les Dirty Three ou les Married Monk.

Bref, un CV qui rendrait jaloux pas mal de monde et pourtant, c'est seul qu'il a présenté en cette fin d'année son nouveau disque Edges, sous le pseudonyme F/LOR. Une longue épopée électronique de trois quarts d'heure qui ne s'arrête jamais, et qui s'éprend de mutation à chaque seconde. Créée dans des conditions quasi live, cette lente descente en territoires digitaux doit autant à ses pairs qu'à ses impairs. On pense bien évidement à l'école teutonne du début des années 70, mais également à l'abstract plus récente, entre l'évidence d'un Boards Of canada et une complexité à la sauce Autechre.

Pourtant, moins ardue que la musique de ces derniers, elle est également moins anxiogène, offrant de véritables portes vers une lumière incandescente. Les boucles sonores parviennent à immerger Tangerine Dream dans des sources plus récentes. Cette suite de pièces électroniques se densifie à mesure que l'on avance dans le voyage sans jamais pour autant perdre le sens de l'à propos. Pas une minute d’ennui sous couvert d'expérimentations douteuses, Fabrice Laureau a un sens de la concision et de l'enchaînement qui prévalent sur la tentation de s'oublier un peu dans la répétition. Ses paysages sonores défilent alors sans discontinuer, sans jamais proposer de repasser deux fois par le même chemin qu'il traverse avec aisance et inventivité.

De même qu'il ne laisse pas sa musique se faire envahir par les expérimentations trop poussées qui auraient pu rendre l'écoute fastidieuse, il n'oublie jamais non plus de composer, et aussi étrange que cela puisse paraître, sa musique, après quelques écoutes, devient familière et les mélodies se détachent peu à peu pour surgir comme des évidences teintées de chaleur et de soleil. Car oui, Fabrice Laureau distille une musique bien plus chaleureuse qu'il n'y paraît, même si dans la seconde partie, les mouvements s’accélèrent, se multiplient et tendent peu à peu vers un sentiment d'asphyxie. Là aussi réside la force du disque. L'écueil eut été de n'être que facilement linéaire, mais F/LOR accidente volontairement l'ensemble de ses paysages, pour glisser sur le terrain du minimalisme à mesure que sa musique progresse. On est alors étonné de voir combien Fabrice Laureau a su proposer une musique riche en rebondissements sur la durée, s'interdisant ainsi la moindre répétition et tenant l'auditeur en haleine. Une véritable réussite que ce long travelling glacé et onirique qui vous transporte vers des contrées où le désert côtoie l'abondance de Flore.

 

En savoir plus :
Le Bandcamp de F/LOR


Jack Line         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=