Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ambrose Akinmusire
Origami Harvest  (Blue Note)  octobre 2018

"America ! Americana ! America -nah ! The big monsta, the pigs kill men with the pigments darka"
"Love only loves, it couldn’t begin to discriminate."
"Savage histories, brutal legacies, illusory democracies, feudal tendencies…"

Qu’Ambrose Akinmusire soit un immense musicien, cela ne semble plus faire de doute, au cas où, vous devriez jeter plus qu’une oreille à : Prélude to... Cora (2008), When the heart emerges glistening (2011), The imagined savior is far easier to paint (2014), A rift in decorum (2017), mais avec ce tourbillonnant et jouissif Origami Harvest, il semble avoir encore franchi une étape.

Origami Harvest est né d’un défi lancé par Judd Greenstein de l’Ecstatic Music Festival de Manhattan et Kate Nordstrum de la série de concerts Liquid Music de St. Paul. Une phrase simple : "Quelle est l'idée la plus folle que vous ayez ?". En résulte un disque comme un grand tout : mélodique et rythmique, politique et contestataire, poétique et dur, masculin et féminin, savante et populaire, jazz, hip-hop, soul, classique... Compliqué mais pas alambiqué, aussi simple et totalement évident que complexe et obligeant à un certain recul. Du jazz audacieux et vivant comme on l’aime. Un vrai bouillon de sorcières circa 2018.

Le trompettiste se donne les moyens de ses ambitions : jouent avec lui le Mivos String Quartet, le batteur Marcus Gilmore, le saxophoniste Walter Smith, le claviériste Sam Harris et le rappeur Kool A.D, (sans basse donc) et sait autant apposer totalement son empreinte (avec sa façon à lui d’improviser, ces changements de tonalités, la narration en spirale) que s’effacer derrière les autres musiciens. Il joue peu en définitif.

Ces chansons répondent au climat politique irrespirable actuel, notamment les tensions raciales, le repli sur soi (L'origami comme un effet miroir) et la pauvreté. "A blooming blood fruit in a hoodie" est une référence directe à Trayvon Martin et dans "Free, White et 21" sont égrenés les noms d’Américains noirs morts de brutalité policière. Pourtant, dans ce même titre, on entend "We are not protest songs" rappelant que rien n’est vraiment simple. Le hip-hop prend toute son importance ici, Kool A.D est très présent, mais nous savons à quel point les frontières entre ces deux genres sont poreuses.

Origami Harvest rappelle des figures aussi importantes que Carla Bley, Ornette Coleman, Miles Davis, Steve Reich, George Crumb, Quincy Jones ou Lalo Schifrin. Il possède une qualité mélodique incroyable, un sens pointu de l’écriture (assez marqué rien que pour le quatuor à cordes entre lyrisme et dissonances), du rythme (ah ce groove...). Nous n’avons pas fini de faire le tour de l’un des plus beaux et captivants disques de l’année 2018...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album A Rift in Decorum : Live at the Village Vanguard de Ambrose Akinmusire

En savoir plus :
Le site officiel de Ambrose Akinmusire
Le Soundcloud de Ambrose Akinmusire
Le Facebook de Ambrose Akinmusire


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 25 août 2019 : C'est la rentrée ... littéraire

Cette semaine on continue de passer en revue les sorties littéraires de la rentrée en attendant la fin des vacances alors que la rentrée théâtrale commence à pointer son nez. Bonne lecture.

Lecture avec :

"Baikonour" de Odile d'Oultremont
"Civilizations" de Laurent Binet
"Kintu" de Jennifer Nansubuga Makumbi
"L'été meurt jeune" de Mirko Sabatino
"Les liens" de Domenico Starnone
"Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon" de Jean Paul Dubois
et toujours :
"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

"Les Témoins" à la Manufacture des Abbesses
"Hervé" au Théâtre de la Reine Blanche
"Quand l'Amour des Notes..." au Théâtre Essaion
des reprises
"La Machine de Turing au Théâtre Michel
"Sherlock Holmes et le Mystère de Boscombe" au Grand Point Virgule
"Michel For ever" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tchekhov en folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Bronx" à la Scène Libre
"Lisa et moi" au Théâtre Essaion
"Les Swinging Poules - Chansons sunchronisées" au Théâtre Essaion
"Cyrano de Bergerac" à La Folie Théâtre
"J'admire l'aisance avec laquelle tu prends des décisions catstrophiques" au Théâtre de la Reine Blanche
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Cinéma avec :

"Une fille facile" de Rebecca Zlotowski


Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=