Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Vesoul, le 7 janvier 2015
Quentin Mouron  (Olivier Morattel Editeur)  janvier 2019

Chez Froggy’s Delight, on aime aussi parler des bouquins édités par des petites maisons d’édition qui arrivent aussi à nous offrir des textes intéressants. C’est le cas avec cette jeune maison d’édition suisse, Olivier Morattel éditeur, qui porte le nom de son créateur.

Olivier Morattel est un éditeur passionné et dynamique qui publie des romans francophones. Installé à Dole depuis deux ans, il est maintenant présent da facon un peu plus importante dans l’hexagone. La maison d’édition s’appuie sur quelques auteurs phares dont fait partie Quentin Mouron, un romancier, intellectuel et chroniqueur suisse. Quentin Mouron est considéré comme un écrivain "de mauvais genre", un commentateur amusé de son époque, ironique, intense, au style percutant et épuré.

Son dernier ouvrage, qui vient tout juste de sortir en est la preuve. Vesoul, le 7 janvier 2015, court texte d’un peu plus de 100 pages, est le sixième roman de l’écrivain. L’histoire se déroule sur quelques jours qui débutent l’année 2015. Un jeune cadre prend le narrateur en auto-stop. Ils roulent ensemble jusqu’à Vesoul. Assez vite, la sympathie s’installe entre les deux hommes qui cohabitent dans cette voiture, ils se découvrent une attitude commune dans leur envie d’adhérer au monde qui les entoure. Le narrateur a quitté la Suisse, il n’a pas vraiment d’attache et refuse une vie morne de sédentaire. Son conducteur est un picaro, un nomade aussi des temps modernes, il se rend à un congrès et fait partie de ces gens qui sont toujours en déplacement.

Ils vont fréquenter ensemble, tour à tour, un salon du livre, un festival de sexualité mais aussi un congrès entrepreneurial. A chaque fois, des rencontres différentes, des discours et des pratiques absolument contradictoires qui vont néanmoins les enthousiasmer. De leurs rencontres, de leurs déambulations se dressent devant nous une cartographie de notre époque, autour d’inventaires ridicules de ce que fabrique notre quotidien.

Très vite, ces deux enthousiastes de la vie vont se heurter à la réalité sinistre dessinée par tous ceux qui refusent le nomadisme, le picaresque et la légèreté. De leurs rencontres se dressent très vite des groupes de sédentaires, qui s’opposent à eux et leur mode de vie, qui sont aujourd’hui les maux de notre société : les religieux, les nationalistes et les populistes. Les rencontres s’enchaînent, autour d’amis d’animaux intolérants, des sympathisants du Hezbollah, de nationaux-socialistes peu fréquentables. A chaque fois, des rencontres improbables qui tournent parfois à la bagarre, sans jamais ébranler les certitudes de nos deux enthousiastes. Trois jours d’affrontements donc, de débats d’idées jusqu’au 7 janvier 2015, qui symbolise le vertige et l’hallucination, qui marque la tragédie avec l’attentat de Charlie Hebdo. Une opposition se met en place entre les sédentaires et les picaros, les sédentaires.

C’est donc une lecture intelligente de notre monde et de notre époque que nous propose Quentin Mouron au travers de ces deux personnages et des êtres qu’ils rencontrent au fil de leur voyage. On lit en filigrane la montée des populismes en Europe, l’explosion de la violence sociale, la détresse des populations marginalisées et le fanatisme religieux qui se déploient comme une réponse à l’absurdité de notre monde. Au fil des pages, le narrateur offre au lecteur une variation importante de sourires. On rit noir, on rit jaune pour au final ne plus rire du tout. La comédie accouche d’une tragédie, encore ancrée dans toutes les mémoires. Les réseaux sociaux s’agitent, véhiculant de nouveau des oppositions entre les complotistes et ceux qui rendent hommage aux victimes. La puissance des hommages et des discours officiels annihileront très vite tous ceux qui se réjouissent des attentats. Les sédentaires ont gagné une bataille, les nomades ont remporté la guerre.

Belle surprise donc avec ce petit ouvrage écrit par Quentin Mouron, qui nous offre une petite farce à l’arrière-goût de tragédie.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Quentin Mouron
Le Facebook de Quentin Mouron


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=