Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Vesoul, le 7 janvier 2015
Quentin Mouron  (Olivier Morattel Editeur)  janvier 2019

Chez Froggy’s Delight, on aime aussi parler des bouquins édités par des petites maisons d’édition qui arrivent aussi à nous offrir des textes intéressants. C’est le cas avec cette jeune maison d’édition suisse, Olivier Morattel éditeur, qui porte le nom de son créateur.

Olivier Morattel est un éditeur passionné et dynamique qui publie des romans francophones. Installé à Dole depuis deux ans, il est maintenant présent da facon un peu plus importante dans l’hexagone. La maison d’édition s’appuie sur quelques auteurs phares dont fait partie Quentin Mouron, un romancier, intellectuel et chroniqueur suisse. Quentin Mouron est considéré comme un écrivain "de mauvais genre", un commentateur amusé de son époque, ironique, intense, au style percutant et épuré.

Son dernier ouvrage, qui vient tout juste de sortir en est la preuve. Vesoul, le 7 janvier 2015, court texte d’un peu plus de 100 pages, est le sixième roman de l’écrivain. L’histoire se déroule sur quelques jours qui débutent l’année 2015. Un jeune cadre prend le narrateur en auto-stop. Ils roulent ensemble jusqu’à Vesoul. Assez vite, la sympathie s’installe entre les deux hommes qui cohabitent dans cette voiture, ils se découvrent une attitude commune dans leur envie d’adhérer au monde qui les entoure. Le narrateur a quitté la Suisse, il n’a pas vraiment d’attache et refuse une vie morne de sédentaire. Son conducteur est un picaro, un nomade aussi des temps modernes, il se rend à un congrès et fait partie de ces gens qui sont toujours en déplacement.

Ils vont fréquenter ensemble, tour à tour, un salon du livre, un festival de sexualité mais aussi un congrès entrepreneurial. A chaque fois, des rencontres différentes, des discours et des pratiques absolument contradictoires qui vont néanmoins les enthousiasmer. De leurs rencontres, de leurs déambulations se dressent devant nous une cartographie de notre époque, autour d’inventaires ridicules de ce que fabrique notre quotidien.

Très vite, ces deux enthousiastes de la vie vont se heurter à la réalité sinistre dessinée par tous ceux qui refusent le nomadisme, le picaresque et la légèreté. De leurs rencontres se dressent très vite des groupes de sédentaires, qui s’opposent à eux et leur mode de vie, qui sont aujourd’hui les maux de notre société : les religieux, les nationalistes et les populistes. Les rencontres s’enchaînent, autour d’amis d’animaux intolérants, des sympathisants du Hezbollah, de nationaux-socialistes peu fréquentables. A chaque fois, des rencontres improbables qui tournent parfois à la bagarre, sans jamais ébranler les certitudes de nos deux enthousiastes. Trois jours d’affrontements donc, de débats d’idées jusqu’au 7 janvier 2015, qui symbolise le vertige et l’hallucination, qui marque la tragédie avec l’attentat de Charlie Hebdo. Une opposition se met en place entre les sédentaires et les picaros, les sédentaires.

C’est donc une lecture intelligente de notre monde et de notre époque que nous propose Quentin Mouron au travers de ces deux personnages et des êtres qu’ils rencontrent au fil de leur voyage. On lit en filigrane la montée des populismes en Europe, l’explosion de la violence sociale, la détresse des populations marginalisées et le fanatisme religieux qui se déploient comme une réponse à l’absurdité de notre monde. Au fil des pages, le narrateur offre au lecteur une variation importante de sourires. On rit noir, on rit jaune pour au final ne plus rire du tout. La comédie accouche d’une tragédie, encore ancrée dans toutes les mémoires. Les réseaux sociaux s’agitent, véhiculant de nouveau des oppositions entre les complotistes et ceux qui rendent hommage aux victimes. La puissance des hommages et des discours officiels annihileront très vite tous ceux qui se réjouissent des attentats. Les sédentaires ont gagné une bataille, les nomades ont remporté la guerre.

Belle surprise donc avec ce petit ouvrage écrit par Quentin Mouron, qui nous offre une petite farce à l’arrière-goût de tragédie.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Quentin Mouron
Le Facebook de Quentin Mouron


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=