Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Garçonnière (The Apartment)
Billy Wilder  (septembre 1960) 

Réalisé par Billy Wilder. Etats Unis. Comédie. 2h05 (Sortie septembre 1960). Avec Jack Lemmon, Shirley MacLaine, Fred MacMurray, Hope Holiday, Naomi Stevens, Joyce Jameson, Edie Adams et Ray Walston.

Dans la filmographie impressionnante de Billy Wilder, chacun trouvera son film préféré. "The Apartment(La Garçonnière" vient rarement à l'esprit car il n'a rien d'un "film préféré" puisqu'il est objectivement un film presque parfait, un film de premier de la classe, avec ces nombreux oscars et son sujet universel mais tellement américain.

Pourtant Billy Wilder a dit que c'était avec "The Big Carnaval" ("Le Gouffre aux chimères")... son film préféré.

En le revoyant, on comprend pourquoi : tout y est évident, simplement évident. D'ailleurs, le réalisateur l'a aussi dit et redit. Toutes les scènes s'enchaînaient sans problème (c'est la seconde collaboration de Wilder avec le scénariste I.A.L Diamond après "Some like it hot (Certains l'aiment chaud)" au point que son montage est l'un des plus fluides de l'histoire du cinéma.

Autre trait de génie de Wilder : avoir donné la vedette à Jack Lemmon alors qu'au départ c'était son partenaire de "Certains l'aiment chaud", Tony Curtis, qui devait être opposé à Shirley Mac Laine.

Lemmon est ici l'étasunien moyen infantilisé par sa hiérarchie, prêt à toutes les petites indélicatesses pour lui plaire et lui complaire. Dans les décors d'Alexandre Trauner, qui anticipent en mieux ceux de "Play TIme" Jack Lemmon vaut largement Monsieur Hulot. Et c'est vrai que Calvin Clifford Baxter annonce Mister Hulot, sans son schématisme mutique.

"La Garçonnière" de Billy Wilder a été adaptée récemment au théâtre par Judith Elmaleh et Gerald Subleyras. Elle a connu un franc succès et ce n'est pas étonnant puisque, au départ, Wilder voulait en faire une pièce de théâtre... et que c'est justement parce qu'il ne pouvait pas reconstituer au théâtre ces bureaux dans lesquels cohabitaient plusieurs dizaines de secrétaires ou de bureaucrates, qu'il a songé à un film.

Totalement synchrone avec son époque, "La Garçonnière" de Billy Wilder raconte l'ère du gigantisme américain, ses grandes corporations où l'homme moyen n'est rien et dont les têtes dirigeantes n'ont aucune morale.

Pouvant n'être vu et lu qu'en s'intéressant au face à face de Shirley MacLaine et Jack Lemmon, ces deux monstres sacrés qui se retrouveront d'ailleurs dans "Irma la Douce" du même Billy Wilder, le film n'en reste pas néanmoins une sévère satire du capitalisme décomplexé par sa puissance.

On y constatera qu'à l'orée des années 1960, extrême limite de l'âge d'or d'Hollywood, le cinéma des grands maîtres encore en activité était encore d'une ambition folle.

Derrière une comédie de pur divertissement passaient beaucoup de critiques et l'on avait presque le sentiment que Wilder aurait pu lui aussi parler de cauchemar américain.

On le disait cynique et sans réelle compassion pour ses concitoyens de fortune. "La Garçonnière" prouve tout le contraire : il faut une sacrée foi en l'homme pour sauver du naufrage un petit personnage aussi méprisable que Jack Lemmon qui, mine de rien, n'est pas loin d'être l'acteur étasunien du siècle.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=