Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Certaines n'avaient jamais vu la mer
Manufacture des Oeillets  (Ivry)  janvier 2019

Comédie dramatique d'après un roman de Julie Otsuka, adaptation et mise en scène Richard Brunel, avec Simon Alopé, Mélanie Bourgeois, Youjin Choi, Yuika Hokama, Mike Nguyen, Ely Penh, Linh-Dan Pham, Chloé Réjon, Alyzée Soudet, Kyoko Takenaka, Haïni Wang et Natalie Dessay.

Avec "Certaines n'avaient jamais vu la mer", le metteur en scène Richard Brunel propose une adaptation scénique d'un opus de la romancière américaine d'origine japonaise Julie Otsuka consacré à l'émigration japonaise du début du 20ème siècle qu'elle a conçu comme une récit mémoriel à fins de résilience pour libérer la parole tue et de réconciliation avec le passé par sa reconnaissance de l'Histoire.

Et plus particulièrement sur le sort de jeunes nippones d'origine plébéienne qui se trouvent confrontées à une double voir une triple peine du fait de leur condition d'émigré et de femme.

En effet, à la désillusion inéluctable des naïfs croyant à l'Eldorado de l'ailleurs s'ajoutent la déconvenue résultant du mirage du mariage sur catalogue avec des compatriotes nantis, un catalogue manipulé par la marieuse voire des parents qui vendent leur fille, s'avérant des ouvriers frustres et l'astreinte aux travaux subalternes les plus pénibles, de l'agriculture à l'usine, ou ceux considérés comme humiliants, tels les emplois ancillaires.

De plus, y concourent la difficulté à s'intégrer en raison du choc civilisationnel et de la xénophobie ambiante engendrant une ségrégation de fait et un repli communautaire dans des quartiers dédiés. Et pire encore, la déclaration de guerre du Japon signifiée par l'attaque de Pearl Harbour alimente la paranoïa de l'espion-taupe qui les condamnent à la déportation dans des camps d'internement, fait historique souvent méconnu.

Avec la traduction française de Carine Chichereau, la collabration à la dramaturgie de Catherine Ailloud-Nicolas et la scénographie distanciée d'Anouk dell’Aiera qui ne vise pas au naturalisme, Richard Brunel procède à une transposition illustrée du récit original.

Introduit par les visages des comédiennes en gros plan pour s'achever avec ceux de photographies d'époque, à la frontière du théâtre documentaire et du théâtre narratif, la transposition de Richard Brunel, dépourvue de scènes de confrontation, ressort au théâtre d'émotion.

Le profil et le périple de ces femmes anonymes sont dessinés sous forme de fragments de vies, toutes différentes et cependant semblables par leur souffrance et leur destin dispensés de manière chorale, avec une fluidité quasi-chorégraphique.

Et leurs voix sont portées par des comédiennes - Mélanie Bourgeois, Yuika Hokama, Linh-Dan Pham, Chloé Rejon, Alyzée Soudet, Kyoko Takenaka, et Haïni Wang - qui composent un choeur polyphonique face à leurs homologues - Simon Alopé, Youjin Choi, Mike Nguyen et Ely Penh - campant de simples silhouettes masculines.

Tous s'effaceront pour rejoindre les invisibles occultés par l'Histoire comme au regard de la "wasp" de la bonne société américaine (Nathalie Dessay) qui accepte les états de fait, n'a pas compris ce qui se passait, n'a pas vu ou du moins n'a pas réagi, constatant simplement que les citoyens japonais avaient disparu du paysage.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=