Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Scarlet Letter
Théâtre de la Colline  (Paris)  janvier 2019

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Angélica Liddell d'après un roman de Nathaniel Hawthorne, avec Joele Anastasi, Tiago Costa, Julian Isenia, Angélica Liddell, Borja López, Tiago Mansilha, Daniel Matos, Eduardo Molina,  Nuno Nolasco, Antonio Pauletta, Antonio L. Pedraza et Sindo Puche.

Depuis ses débuts en 1993, et davantage encore avec son accession à la notoriété la décennie suivante avec "La Casa de la Fuerza", les spectacles de la comédienne, auteure et metteur en scène espagnole Angélica Liddell s'inscrivent dans une déclinaison inversée de la devise-slogan d'un hebdomadaire français : le poids des images et le choc des mots.

Celle-ci s'inscrit dans le dispositif dédié de sa Compagnie Atra Bilis, ce qu'elle nomme "le théâtre de la douleur", qui s'avère un avatar contemporain du théâtre de la cruauté prôné par Antonin Artaud dans les années 1930, dispensé selon la radicalité de la performance corporelle empruntée à l'actionnisme viennois des années 70, donc rien de nouveau qui ont pourtant scotché sinon séduit la critique comme le public.

Le corps est donc appréhendé comme le lieu de questionnement du monde, et en l'espèce, sur le néo-puritanisme et le conformisme libertaire, avec en sous-latence, l'objet-sujet d'un amour hétérosexuel absolu qui passe par l'humiliation et la soumission de la femme, et le geste artistique comme une expitaion par la douleur pour accéder à la beauté.

Ainsi Angélica Liddell s'inspire d'un roman américain du 19ème siècle, "The Scarlet Letter" de Nathaniel Hawthorne qui condamne la pratique, dans une communauté rigoriste, de la condamnation d'une femme infidèle au port d'un signe distinctif d'opprobre, l'initiale du mot adultère pour enrichir ses récurrences dramaturgiques et vitupérer contre un néo-puritanisme contemporain.

Pour Angélica Liddell, cette lettre écarlate érigée en lettrine pour Angélica, et, entre autres, Arthur l'amant, l'artiste et pour Artaud, au demeurant largement évoqué - et invoqué - avec un portrait de jeunesse, tel un ange radieux au regard perdu, photographié par Henry Guttmann lors du tournage en 1928 du film "La Passion de Jeanne d'Arc", cloués au pilori de la société participe du "poids des images" qui repose sur sa récurrence scénographique à l'esthétique baroco-kitsch.

En l'occurrence, se retrouvent sa chromatique de prédilection, le rouge sang, soutenue par la projection de tableaux du 15ème siècle italien avec "La mère et l'enfant" de Raphaël et "L'amour victorieux" du Caravage et l'illustration musicale anachronique, du chant grégorien à la pop roumaine du groupe O-Zone en passant par la "Marche pour la cérémonie des Turcs" de Lully, l'inoxydable "I put a spell on you" et la variété italienne des années 60 avec le standard "Il mondo".

Après un prologue-chromo avec Adam et Eve se recueillant sur la tombe de Nathaniel Hawthorne, vêtue de noir comme une duègne du Siècle d'or espagnol avec, sur le dos, une coque de plaies sanguinolentes d'origine équivoque, auto-flagellation ou punition infligée, apparaît Angélica Liddell, grande prêtresse d'un simulacre liturgique.

Et pendant près d'une demi-heure, au son du "Kyrie Eléison", suivant le ballet des moralistes endossant le costume noir à capirote des pénitents, est repris le dispositif d'un spectacle antérieur, "You are my destiny", celui du choeur masculin nu astreint à des exercices d'endurance mais récompensé par l'éjaculation buccale représentée comme la version profane de la communion eurachistique.

Le choc des mots est celui des proférations et imprécations constituant une partition monologale aux termes desquelles Angélica Liddell déverse son amour inconditionnel pour les hommes, "les seuls qui peuvent verser de vraies larmes" et sa haine des femmes, tant celles dont la jeunesse séduit les hommes et qui se comportent comme des putains, tout comme celles ayant passé la quarantaine dont la décrépitude physique s'accompagne d'une incommensurable méchanceté, dans une diatribe éhontée - aurait-elle lu "Une simple lettre d'amour" ? - qui réjouira Yann Moix.

Quant à son inlassable et répétitive exhortation à la transgression subversive, qui commence à faire long feu et même si entendue comme une provocation nécessaire, elle devient elle-même moralisatrice.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=