Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Scarlet Letter
Théâtre de la Colline  (Paris)  janvier 2019

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Angélica Liddell d'après un roman de Nathaniel Hawthorne, avec Joele Anastasi, Tiago Costa, Julian Isenia, Angélica Liddell, Borja López, Tiago Mansilha, Daniel Matos, Eduardo Molina,  Nuno Nolasco, Antonio Pauletta, Antonio L. Pedraza et Sindo Puche.

Depuis ses débuts en 1993, et davantage encore avec son accession à la notoriété la décennie suivante avec "La Casa de la Fuerza", les spectacles de la comédienne, auteure et metteur en scène espagnole Angélica Liddell s'inscrivent dans une déclinaison inversée de la devise-slogan d'un hebdomadaire français : le poids des images et le choc des mots.

Celle-ci s'inscrit dans le dispositif dédié de sa Compagnie Atra Bilis, ce qu'elle nomme "le théâtre de la douleur", qui s'avère un avatar contemporain du théâtre de la cruauté prôné par Antonin Artaud dans les années 1930, dispensé selon la radicalité de la performance corporelle empruntée à l'actionnisme viennois des années 70, donc rien de nouveau qui ont pourtant scotché sinon séduit la critique comme le public.

Le corps est donc appréhendé comme le lieu de questionnement du monde, et en l'espèce, sur le néo-puritanisme et le conformisme libertaire, avec en sous-latence, l'objet-sujet d'un amour hétérosexuel absolu qui passe par l'humiliation et la soumission de la femme, et le geste artistique comme une expitaion par la douleur pour accéder à la beauté.

Ainsi Angélica Liddell s'inspire d'un roman américain du 19ème siècle, "The Scarlet Letter" de Nathaniel Hawthorne qui condamne la pratique, dans une communauté rigoriste, de la condamnation d'une femme infidèle au port d'un signe distinctif d'opprobre, l'initiale du mot adultère pour enrichir ses récurrences dramaturgiques et vitupérer contre un néo-puritanisme contemporain.

Pour Angélica Liddell, cette lettre écarlate érigée en lettrine pour Angélica, et, entre autres, Arthur l'amant, l'artiste et pour Artaud, au demeurant largement évoqué - et invoqué - avec un portrait de jeunesse, tel un ange radieux au regard perdu, photographié par Henry Guttmann lors du tournage en 1928 du film "La Passion de Jeanne d'Arc", cloués au pilori de la société participe du "poids des images" qui repose sur sa récurrence scénographique à l'esthétique baroco-kitsch.

En l'occurrence, se retrouvent sa chromatique de prédilection, le rouge sang, soutenue par la projection de tableaux du 15ème siècle italien avec "La mère et l'enfant" de Raphaël et "L'amour victorieux" du Caravage et l'illustration musicale anachronique, du chant grégorien à la pop roumaine du groupe O-Zone en passant par la "Marche pour la cérémonie des Turcs" de Lully, l'inoxydable "I put a spell on you" et la variété italienne des années 60 avec le standard "Il mondo".

Après un prologue-chromo avec Adam et Eve se recueillant sur la tombe de Nathaniel Hawthorne, vêtue de noir comme une duègne du Siècle d'or espagnol avec, sur le dos, une coque de plaies sanguinolentes d'origine équivoque, auto-flagellation ou punition infligée, apparaît Angélica Liddell, grande prêtresse d'un simulacre liturgique.

Et pendant près d'une demi-heure, au son du "Kyrie Eléison", suivant le ballet des moralistes endossant le costume noir à capirote des pénitents, est repris le dispositif d'un spectacle antérieur, "You are my destiny", celui du choeur masculin nu astreint à des exercices d'endurance mais récompensé par l'éjaculation buccale représentée comme la version profane de la communion eurachistique.

Le choc des mots est celui des proférations et imprécations constituant une partition monologale aux termes desquelles Angélica Liddell déverse son amour inconditionnel pour les hommes, "les seuls qui peuvent verser de vraies larmes" et sa haine des femmes, tant celles dont la jeunesse séduit les hommes et qui se comportent comme des putains, tout comme celles ayant passé la quarantaine dont la décrépitude physique s'accompagne d'une incommensurable méchanceté, dans une diatribe éhontée - aurait-elle lu "Une simple lettre d'amour" ? - qui réjouira Yann Moix.

Quant à son inlassable et répétitive exhortation à la transgression subversive, qui commence à faire long feu et même si entendue comme une provocation nécessaire, elle devient elle-même moralisatrice.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 Avril 2019 :Paques au balcon, la culture dans le salon

Certes il n'y a plus de saison, le climat se réchauffe, les gens se tuent pour des histoires vieilles comme le monde et globalement, tout fout le camp. Ce n'est pas une raison pour se morfondre. Allons de l'avant et régalons nous de musique, cinéma, théâtre, bouquins, expos... Voici notre sélection de la semaine.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Jay Jay Johanson autour de son nouvel album "Kings Cross"
"A heartbeat away from the northeast" de Feu Robertson
"The grim reaper" de Harold Martinez
"Suspiros de Espana" de Quatuor Opus 333
"Grieg : Piano, Orchestral & Vocal Works, Chamber Music" par Divers artistes
"Cyclotron #3", tour d'horizon du label Partycul System qui fête ses 20 ans
"Ose Bashung" de Dirty Old Band
"1958" de Blick Bassy
Brune en concert au FGO Barbara
"Outsider" de Chine Laroche
"Dance EP" de Duke of Paris
et toujours :
"A thousand voices" de Yules
"Dernier voyage" de Accident
"Avancer" de Tarsius
"Partitions" de Orouni
"Sola" de Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Laurent Montagne en interview, autour de "Souviens-toi" à retrouver pour une session acoustique de 4 titres
"Homme demain" de Monsieur et tout un Orchestre
Rencontre avec Le Bal des Enragés
"Free" de In Volt
"Macadam animal" de Guillo
"Replica" de Cassia

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Amour et Psyché" au Théâtre 71 à Malakoff
"La Cagnotte" au Théâtre Le Lucernaire
"Dom Juan" au Théâtre Le Ranelagh
"La démocratie de la peur" au Théâtre Aleph
"Dieu habite Dusseldorf" au Théâtre Le Lucernaire
"Berlin en Seine" au Théâtre Essaion
"Anatomie de la joie" au Théâtre Essaion
des reprises:
"Une vie de pianiste" au Studio Hébertot
"La Logique des femmes" au Théâtre des Variétés
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en avril

Expositions avec :

"Hey ! Modern Art et Pop Culture #4" à la Halle Saint-Pierre
"Chicago Foyer d'Art brut" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Un tramway à Jérusalem" de Amos Gitaï
"Aujourd'hui, rien" de Christophe Pellet
"Disperata" de Edoardo Winspeare
Ciné en bref avec :
"Le Vent de la liberté" de Michael Herbig
"Boy erased" de Joel Edgerton
"Blanche comme Neige" de Anne Fontaine
"Dumbo" de Tim Burton
et la chronique des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Allons nous sortir de l'histoire ?" de Jacques Julliard
"Comment faire mentir les cartes" de Mark Monmonier
"Les âmes englouties" de Susanne Jansson
"Presidio" de Randy Kennedy
"Silens moon" de Pierre Cendors
"Sombre avec moi" de Chris Brookmyre
"Un fruit amer" de Nicolas Koch
"Un siècle américain, tome 3 : Notre âge d'or" de Jane Smiley
et toujours :
"Vindicta" de Cédric Sire
"Mujurushi, le signe des rêves, Vol. 1 & 2" de Naoki Urasawa
"La guerre des autres, rumeurs sur Beyrouth" de Bernard Boulad, Paul Boan, Gael Henry
"Je ne sais rien d'elle" de Philippe Mezescaze
"En lieu sûr" de Ryan Gattis
"Deux femmes" de Song Aram
"3 minutes " de Anders Roslund & Borge Hellstrom
"1793" de Niklas Natt Och Dag

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=