Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Foulques
Véronique Boulais  (Editions Jean-Claude Lattès)  janvier 2019

C’est un premier roman que nous proposent les éditions JC Lattès avec Foulques, ouvrage d’un peu plus de deux cents pages écrit par Véronique Boulais, qui a enseigné les lettres pendant de nombreuses années avant de se lancer dans l’écriture.

Avec ce premier roman, elle nous dresse le portrait d’un paresseux moderne et questionne avec sagacité notre rapport à l’amitié, à l’amour et au temps qui passe. Ce paresseux, c’est Foulques, qui donne son titre à l’ouvrage. Pour être plus précis, il s’appelle Foulques-Marie Béranger-Castex. Abonné à ses séances de psy qui occupent son existence, c’est un célibataire oisif, obsessionnel et soupe au lait qui aime aussi dîner au restaurant.

La narratrice, elle, est une prof chahutée par ses élèves, quittée par son grand amour, tout juste réchappée d’un incendie. C’est une femme qui a la poisse, qui attire à elle les catastrophes comme un aimant. Ces deux-là se rencontrent, lui est pauvre et modeste, ils se lient d’amitié puis se brouillent.

Dix ans plus tard, ils se retrouvent. Le statut social de Foulques n’est plus le même. Foulques a hérité d’une fortune colossale, dont il fait profiter sa bande, de palace en palace, de Venise à Londres, pour le meilleur et pour le pire. Foulques ne voit plus à la dépense, il arrose ses amis de cadeaux et de voyages. Foulques va alors emmener la narratrice dans sa folie des grandeurs et elle va plutôt adhérer.

On va donc suivre, sous le regard d’une narratrice embarquée, ce drôle d’engin, autour de quatre parties, dans ses déambulations entre Londres et Venise, avec une cour de potes profiteurs qui n’ont d’amis que le nom et qui n’ont aucun point commun entre eux. Très vite d’ailleurs, des soucis de communication vont s’établir entre eux. Ils ne se comprennent pas et n’arrivent pas à communiquer entre eux. Ils sont en fait des solitaires, des courtisans réunis autour d’un être devenu riche. Foulques est en fait un homme qui souffre de solitude, qui pense que l’argent peut tout compenser.

L’œil de la narratrice, lui, nous montre de façon drôle et réaliste que l’amitié ne s’achète pas, que l’argent fausse les relations entre les individus et que la solitude est un véritable fléau difficile à combattre. Ce premier roman aura été une lecture plaisante et agréable qui ne restera pas forcément dans ma mémoire.

 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=