Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce James Blake
Assume Form  (Polydor)  janvier 2019

Chronique à quatre mains par Gilles Deles (GD) et Mickaël Mottet (MM)

MM : La rumeur des gens qui parlent pendant les concerts est crispante, pourtant elle est indissociable de l'expérience du live : l'absence absolue de parasites n'existe jamais. De même, les nouvelles chansons de James Blake se reçoivent idéalement dans un bain de silence, mais en dansant. C'est un paradoxe nécessaire. Les chansons de James Blake, c'est comme faire l'amour dans une église.

L'idéal serait que les concerts de James Blake soient vécus collectivement et écoutés au casque : il y aurait sous nos yeux les corps, le mouvement visible et la chair, mais il y aurait aussi dans nos tympans l'intime, l'intouchable, le subtil.

Dans la chanson "Into the red", Blake répète : "She was the gold rush". C'est l'une des nombreuses litanies magnifiques qui ponctuent Assume Form, album poétique et aérien. Ce genre de phrases ("I can't believe the way we float"), à la fois opaques et limpides, rapproche encore davantage l'écriture de Blake d'une expérience religieuse. C'est le cantique des cantiques, avec de l'autotune.

GD : "Assume Form", il faudra revenir sur le titre et comprendre le génie du concept. Dès le premier titre, il m'agace par son génie. Cette ligne de piano intermittente tout le monde aurait pu la trouver, tout le monde aurait dû la créer. Puis, nous sommes pris au piège on voudrait déjà faire un retour sur cette page mais non.

Deux collaborations arrivent comme une sorte d'album dans l'album sans intercalaires.

MM : Ces deux collaborations (Travis Scott, Moses Sumney), placées intelligemment en deuxième et troisième positions, sont un discours ; celui du contact avec autrui. L'ouverture à l'autre en ouverture d'album.

Les autres chansons en tandem qui arrivent plus loin dans l'album ("Where's the catch ?", avec André 3000, l'un des sommets de cette balade en altitude, et bien sûr "Barefoot in the park", joli duo bilingue avec la Catalane Rosalia) le confirment : Blake s'intéresse désormais au "et", au charnel. Assume form est son premier album qui ne soit pas (que) sur lui.

Dans la chanson titre, il glisse deux phrases clés : "I connect motion to feeling" et "Not thinking, just primal". Un disque de l'abandon, donc, et d'une forme de béatitude toute religieuse, toute amoureuse. Le couple qu'il forme depuis quelques années avec la comédienne Jameela Jamil est manifestement le moteur qui fait tourner cette machine.

Mais ça ne ronronne pas pour autant. Judicieusement, Blake a privilégié les médiums aigus dans la texture sonore de l'album. Les beaux et confortables graves et médiums des deux albums précédents ont disparu.

GD : Blake arrive à faire ce qui est de l'ordre du miracle et qui n'est à la portée que de quelques musiciens : renouveler son propre minimalisme. "Lullaby for my insomniac" est, à ce titre, un des grands morceaux de l'album.

James Blake ne peut pas se contenter de jouer du James Blake. Pas de caricature ici. Que des esquisses d'un soi qui est déjà autre dans le devenir de la musique.

On comprend alors le titre de l'album : il nous faut postuler des formes pour asseoir l'ipséité musicale, des contenants / contenus qui sont autant de morceaux de cire laissés à l'imagination des auditeurs. Dans l'espace du silence se déclinent autant de formes de la liberté créative.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Colour in Anything de James Blake
James Blake en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
James Blake en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Vendredi 14 septembre
James Blake en concert à Pitchfork Music Festival Paris #2 (édition 2012)
James Blake en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - jeudi 1er novembre

En savoir plus :
Le site officiel de James Blake
Le Soundcloud de James Blake
Le Facebook de James Blake


Gilles Deles & Mickaël Mottet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 juin 2019 : Bientôt l'été

On approche de l'été à grands pas, comme toujours pas d'interruption des programmes sur Froggy's Delight. Alors continuez de venir profiter de nos sélections culturelles chaque semaine avec leurs doses de festivals, de spectacles, de livres pour la plage et de musique à écouter partout !

Du côté de la musique :

"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats
et toujours :
"Walter & Lavergne" de Walter & Lavergne
"Solstice EP" de Alma Forrer
"L'hiver des poètes" de Marianne Feder
"Le ventre et l'estomac" de Nicolas Paugam
"Ok Ok !" de Oui Oui Oui
"Chopin : 4 ballades Polonaises, Valses, Nocturnes" de Jean Paul Gasparian
"Omoiyari" de Kishi Bashi
"Moan EP" de Laura Clauzel
"Toutes choses visibles EP" de Malade[s]
"No problem" de Tristan Mélia Trio
Petit tour au festival RUSH de Rouen
Présentation du festival La Magnifique Society de Reims

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Bigre" au Théâtre du Rond-Point
"Retours - Le père de l'enfant de la mère" au Théâtre du Rond-Point
"Le Testament de tante Caroline" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Petit éloge de la nuit" à La Scala
"A ma place, vous Ferrier quoi ?" au Théâtre de l'Atelier
des reprises :
"Folie" au Théâtre Hébertot
"La petite fille de Monsieur Linh" au Théâtre Le Lucernaire
"Speakeasy" au Palais des Glaces
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

"L'Allemagne romantique - Dessins des musées de Weimar" au Petit Palais
et dernière ligne droite pour : "Thomas Schütte - Trois Actes" à la Monnaie de Paris

Cinéma :

le film de la semaine :
"Van Gogh et le Japon" de David Bickerstaff
et la chronique des sorties de mai

Lecture avec :

"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin
et toujours :
"La vie dont nous rêvions" de Michelle Sacks
"Le chant de l'assassin" de R.J. Ellory
"Le chef du contre espionnage nazi parle" de Walter Schellenberg
"London nocturne" de Cathi Unsworth
"Par delà nos corps" de Bérengère Cournut

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC
"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=